Hypothèses : histoire d’une collaboration internationale

Le portail germanophone d’Hypothèses, de.hypotheses, fêtera bientôt ses 10 ans. Nos partenaires allemands ont proposé un entretien à l’équipe d’OpenEdition, dont voici la version française. Au cours de cet entretien, nos collègues du service Blogging scientifique reviennent sur les particularités d’Hypothèses et l’évolution du blogging en sciences humaines et sociales dans les communautés académiques en France et en Allemagne.

© FrankBoston – Adobe Stock
  • Née en France, la plateforme internationale de carnets de recherche Hypothèses existe depuis 2009. À cette époque en Allemagne, les blogs en sciences humaines et sociales n’étaient pas très répandus. Les blogs étaient plutôt vus comme relevant du privé, une sorte de journal intime en ligne. Comment et pourquoi est née l’idée, en France, d’utiliser le format du blog pour partager des projets de recherche en sciences humaines et sociales ?

En 2009, la perception des blogs était la même en France qu’en Allemagne : un blog était un support personnel permettant de parler librement de son équipe de football favorite, de poster des photos de vacances ou des recettes de cuisine ! Il y avait déjà des blogs de science bien sûr – y compris des blogs en sciences humaines et sociales -, mais si de nombreux blogs étaient utilisés pour parler de sujets « sérieux », l’objet en lui-même était trop associé à un support d’expression subjectif pour l’ancrer dans la sphère académique. Et pourtant ! Pourtant c’est le pari qu’ont fait les fondateurs d’Hypothèses, et cela a fonctionné.

L’enjeu était multiple : il s’agissait d’abord de réunir des initiatives isolées. De donner à voir la richesse des blogs existant en sciences humaines et sociales et de crédibiliser ces initiatives, en les fédérant sous une bannière commune, partant du principe qu’à plusieurs, on est toujours un peu plus forts !

L’objectif était également, sur le fond, de permettre aux blogueurs de s’affranchir du cadre classique des publications académiques et de ses contraintes éditoriales, pour fournir aux membres de la communauté scientifique des sciences humaines et sociales un outil léger et simple d’utilisation, leur permettant de parler librement – sur le fond et sur la forme – de leurs travaux. L’occasion également de ne pas publier que des articles parfaitement finalisés, témoignant de travaux achevés, mais aussi d’évoquer des pistes de réflexion, de jeter des idées amenées à devenir – ou non – des sujets de recherche à part entière. En creux, l’idée était de participer au développement d’une nouvelle façon d’écrire la recherche scientifique, en ouvrant un espace d’expérimentation intellectuelle et éditoriale, qui faisait la part belle au travail collaboratif et à la diffusion des connaissances, y compris au-delà du monde académique.

Et c’est là l’autre enjeu majeur de ce projet : briser le modèle descendant de la transmission des connaissances via une communication scientifique directe, offrant la possibilité à chacun de plonger dans la recherche en sciences humaines et sociales, voire d’y intervenir, via des contenus publiés directement par les architectes et les artisans de cette recherche, et les espaces de dialogue mis en place tels que les commentaires associés à chaque billet.

Aujourd’hui encore, la reconnaissance du blog comme un support de publications scientifiques ne va pas de soi pour tout le monde, mais les mentalités évoluent et l’on voit de plus en plus souvent des billets d’Hypothèses cités dans des publications académiques classiques. Attention toutefois, l’enjeu n’a jamais été pour nous de faire reconnaître le billet de blog scientifique comme une publication qui aurait le même statut qu’un article de revue académique par exemple. Il s’agit plutôt d’un objet complémentaire. La principale limite à cela réside dans l’absence de validation scientifique systématique des billets de blogs. Mais il s’agit également du corollaire de ce qui fait l’essence même du blogging scientifique : la liberté qu’il offre à celles et ceux qui l’utilisent !

  • La communauté francophone des utilisateurs d’Hypothèses est largement la plus grande avec plus de 3 800 blogs catalogués (en comparaison, il y a 300 blogs germanophones catalogués). Comment expliquer qu’en comparaison, le blogging scientifique s’est aussi bien établi en France ? Quelles personnes ou institutions sont à l’origine de ce succès et de la reconnaissance du blogging en tant que format de publication scientifique ?

D’une façon générale, nous n’avons pas inventé le blogging scientifique avec Hypothèses ! Si cette façon d’utiliser les blogs s’est développée en France au fil des années, c’est notamment grâce à différentes initiatives, portées par des structures publiques ou des associations. Ceci étant dit, il est clair qu’Hypothèses a joué (et continue à jouer) un rôle majeur dans la crédibilisation du blogging scientifique et dans son développement, notamment dans le champ des sciences humaines et sociales. Et cela a demandé beaucoup d’efforts, car le contexte initial dans lequel Hypothèses a été créé était marqué par les idées reçues et un scepticisme certain concernant le fait d’utiliser un blog pour parler de travaux de recherche. Si l’essai a été transformé, c’est notamment grâce à Pierre Mounier et Marin Dacos, à l’initiative du projet et qui ont réalisé un important travail de lobbying auprès de la communauté académique pour expliquer en quoi cette idée était en réalité bien moins farfelue qu’il ne pouvait y paraître à première vue !

Les membres du conseil scientifique d’Hypothèses ont également joué un rôle important en ce sens, apportant au projet une assise scientifique indéniable, et participant eux-mêmes à faire la promotion de l’outil dans leurs cercles professionnels, avec comme exemple marquant l’utilisation de leur propre blog.

Mais si Hypothèses a pu voir le jour et participer à la montée en puissance du blogging scientifique en France, c’est aussi grâce à une pirouette sémantique : laissant de côté le concept de « blog », les fondateurs de la plateforme lui ont préféré celui de « carnet de recherche ». Un terme qui montre bien, par analogie au véritable carnet du chercheur dans sa version physique, l’ancrage de ce nouveau support de publication dans la sphère académique. Un terme qui aura sans doute apaisé certaines craintes parmi les décideurs politiques et les financeurs de l’époque, et permis au projet de réellement émerger et de pouvoir se développer. Et pourtant, Hypothèses est bien une plateforme…de blogs !

Par la suite, c’est la communauté des carnetiers elle-même qui a pris le relai en créant une dynamique positive, intégrant ce nouvel outil dans ses pratiques quotidiennes, et se faisant l’ambassadrice décentralisée d’un projet désormais international et dont nous constatons chaque jour l’utilité et l’importance, via les retours de celles et ceux qui en bénéficient et en sont les acteurs tout autant que nous. 

  • Le portail germanophone de.hypotheses existe depuis 2012, le portail hispanophone es.hypotheses depuis 2012 également, le service Blogging scientifique travaille en collaboration étroite avec des partenaires situés en Allemagne et en Espagne, chargé de l’animation de ces portails et de l’accompagnement des communautés qui leur sont liées. Pourquoi avez-vous choisi de promouvoir le blogging scientifique au niveau européen et international ?

Il est difficile de répondre à cette question de façon complète à notre seul niveau, d’une part parce qu’une partie des choix qui ont été opérés et ont conduit à la mise en oeuvre de ces partenariats l’ont été bien avant notre arrivée et, d’autre part, parce que ces orientations ne répondent pas seulement à une logique qui ne concernerait qu’Hypothèses, mais impliquent plus largement OpenEdition, et particulièrement nos collègues qui travaillent au sein du secteur développement international, et avec qui cela vaudrait la peine que vous réalisiez une prochaine interview !

Ce que l’on peut dire, toutefois, c’est que le développement d’Hypothèses vers l’Europe et au-delà est en cohérence avec la logique qui sous-tend le projet en lui-même : Hypothèses est une plateforme ouverte, où chaque membre de la communauté académique des sciences humaines et sociales peut ouvrir un carnet de recherche pour partager librement ses réflexions et ses travaux avec un public le plus large possible. C’est une plateforme trans-disciplinaire, multilingue, dont les productions sont décentralisées et qu’il serait tout à fait impensable de tenter de contenir dans les seules frontières françaises. La richesse de la mixité scientifique, éditoriale et culturelle présente sur Hypothèses réside très précisément dans cette logique d’ouverture, que nous cultivons et espérons pouvoir développer encore davantage à l’avenir.

Cela fait également écho à la recherche scientifique en elle-même, dont Hypothèses constitue l’un des canaux de diffusion. En effet, il est fréquent que les projets de recherche impliquent des équipes internationales, et Hypothèses pourrait difficilement ne pas être le relai de cette réalité.

Et puis, il convient également de dire que le développement d’Hypothèses vers l’international est aussi marqué par des opportunités qui ont été saisies au bon moment. Difficile en effet d’envisager un développement en direction d’une aire géographique, culturelle et scientifique nouvelle, sans avoir auprès de soi les bons partenaires, experts de cet environnement que, de notre côté, nous ne pouvons pas comprendre dans toutes ses finesses. C’est par exemple la chance que nous avons de pouvoir travailler avec l’Institut historique allemand et la Fondation Max Weber, grâce à qui le volet germanophone d’Hypothèses ne cesse de croître et de participer au rayonnement et à l’intérêt de l’ensemble de la plateforme.

  • Il y a deux ans, Hypothèses fêtait son dixième anniversaire. Comment le blogging scientifique a-t-il changé depuis le lancement de la plateforme ? Quelles sont les tendances actuelles ? Qu’est-ce qui se fait toujours / qu’est-ce qui est démodé ?

Dès le départ, Hypothèses a été pensé comme un espace de publication favorisant la diversité des projets éditoriaux. On trouve en effet aussi bien des carnets individuels que collectifs, des carnets de laboratoire, de bibliothèque, de terrain, de vulgarisation… Mais les carnets de recherche ne rentrent pas forcément dans une case bien définie. L’une des forces d’Hypothèses, c’est de permettre une hybridation permanente des styles d’écriture et des approches éditoriales. Et c’est sans doute cette tendance principale qui a toujours marqué et continue de marquer la plateforme : l’expérimentation et l’innovation !

Il serait trop complexe de tenter une analyse exhaustive des différents usages de la plateforme, et l’étude de l’évolution de ces usages au fil du temps ne peut être qu’un exercice hasardeux compte-tenu de la croissance de la plateforme (difficile de comparer les usages sur une plateforme qui comporte aujourd’hui plus de 6 000 blogs, alors qu’elle n’en comptait qu’une poignée il y a 10 ans, et d’en tirer des conclusions en termes d’évolutions des pratiques).

Néanmoins, parmi les pratiques qui se sont développées au fil du temps et se sont solidement installées sur la plateforme, nous pouvons par exemple citer les carnets collectifs portés par des équipes, des institutions ou accompagnant des programmes de recherche, et qui jouent souvent un rôle majeur en termes de centralisation de l’information, de veille et de communication autour d’un sujet spécifique. Cela semble répondre à un réel besoin de communication, pour des professionnels qui n’ont pas toujours les moyens matériels et financiers d’accéder aux bons outils pour ce faire.

On notera que ces carnets témoignent également d’un usage important de la plateforme, qui est de présenter des résultats préliminaires à propos de travaux en cours, sans se placer dans la logique de publication d’un travail totalement achevé, souvent propre aux livres et revues scientifiques. Les carnets de fouilles archéologiques constituent un bon exemple de cette pratique.

Il est également possible de citer le caractère réflexif de bon nombre de carnets de chercheurs ou de doctorants, qui vont faire le choix d’utiliser leur carnet Hypothèses non seulement pour diffuser les résultats de leur travaux, mais aussi (et peut-être surtout) pour parler des conditions dans lesquelles ces travaux se déroule, des méthodes mises en oeuvre et des difficultés rencontrées dans leur quotidien professionnel et, parfois et plus largement, du fonctionnement du monde de la recherche scientifique. Les billets issus de ces carnets sont souvent ceux qui engendrent le plus de discussions, qu’il s’agisse des commentaires présents sur les carnets en question, ou des réseaux sociaux qui constituent l’un des prolongements naturels d’Hypothèses.

La dimension pédagogique de certains carnets est également intéressante à mettre en avant en tant qu’usage marquant d’Hypothèses. Il s’agit ici surtout de carnets de master, qui deviennent de véritables espaces d’apprentissage de l’écriture scientifique pour des étudiants encadrés par un responsable.

  • Est-ce que vous remarquez des différences en fonction des pays dans la façon qu’ont les chercheurs de bloguer ? Une historienne espagnole blogue-t-elle autrement qu’une historienne française ou allemande ?

Hypothèses permet de prendre en compte les spécificités culturelles des différentes communautés scientifiques qu’elle regroupe, par la liberté éditoriale que la plateforme propose. Et cela passe notamment par la possibilité de bloguer dans sa propre langue. Sur ce point par exemple, nous avons remarqué que les carnetiers allemands bloguent plus en anglais (ou mettent en œuvre des publications bilingues) que les Espagnols et les Français. 

Mais au-delà de ce genre de considérations, nous n’avons que peu de connaissances sur ces différences, qui constituent pourtant un vrai enjeu, notamment pour prendre en compte la réalité de cette diversité académique et éditoriale à l’échelle internationale, et tenter par là-même de proposer une plateforme la plus ouverte et accessible possible.

Un sujet qui mériterait d’être creusé avec nos partenaires ; ce qui donnerait à notre équipe une très bonne raison de faire un petit tour d’Europe à votre rencontre !

  • Hypothèses comprend plus de 6 000 blogs (dont 3 800 sont inscrits au catalogue d’OpenEdition). Quels sont les défis techniques d’une plateforme de cette ampleur ? Quels aspects en particulier sont liés à l’entretien (sécurité, etc.) d’une plateforme aussi importante ?

Hypothèses est actuellement (à notre connaissance) la plus grande plateforme de blogs en sciences humaines et sociales à l’échelle internationale. Cela implique effectivement une dimension technique qui n’a rien d’anecdotique.

Le logiciel que nous utilisons pour faire tourner Hypothèses, WordPress, est un logiciel libre développé par une large communauté mondiale, et utilisé actuellement comme moteur d’environ un tiers de l’intégralité des sites Internet de la planète ! L’utilisation de cet outil ne nous pose donc pas de problème en termes de développement informatique, puisque cela ne repose pas sur nous. En revanche, il s’agit de réaliser régulièrement les mises à jour du logiciel, ainsi que des thèmes graphiques et des plugins qui l’accompagnent. Or cela peut parfois s’avérer complexe, car une mise à jour impliquant 6 000 blogs peut avoir des conséquences plus lourdes et plus délicates à identifier que sur un blog isolé… Et en la matière, nous n’avons pas vraiment de soutien à chercher à l’extérieur, car les installations de WordPress de cette taille sont extrêmement rares.

En lien avec cette logique, l’installation de nouvelles fonctionnalités sur Hypothèses – qui fait partie de nos missions et nous permet d’offrir aux utilisateurs une plateforme la plus adaptée possible à leurs besoins éditoriaux – correspond également à un défi technique, au sens où chaque plugin et chaque thème graphique se doit d’être soigneusement testé avant d’être déployé, afin de nous assurer qu’il ne remettra pas en cause, une fois en ligne, la stabilité et la sécurité de la plateforme. Car ce sont bien là les deux enjeux majeurs sur le plan technique : garantir une stabilité optimale de la plateforme, d’une part, pour que son fonctionnement ait lieu sans encombre et qu’Hypothèses soit accessible en écriture et en lecture partout dans le monde à chaque instant et, d’autre part, nous assurer qu’Hypothèses demeure un espace où les carnetiers puisse bloguer sans crainte des spams, des intrusions sur leur carnet ou de la perte de leurs données.

Concernant ce dernier point, la pérennité des contenus publiés sur Hypothèses – notamment dans une logique de citabilité de ces productions – est au cœur de nos préoccupations. Ainsi, l’intégralité de la plateforme fait l’objet d’une sauvegarde régulière, stockée dans les locaux d’un centre de calcul très sécurisé du CNRS, à Lyon.

Tout ce travail repose quasiment exclusivement sur nos collègues du secteur informatique d’OpenEdition, qui travaillent dans l’ombre pour faire tourner nos plateformes, en faisant en sorte que toutes ces considérations techniques soient transparentes pour les utilisateurs, afin que ces derniers puissent se concentrer sur les aspects éditoriaux des outils mis à leur disposition.

  • À quoi ressemble une journée de travail normal pour le service Blogging scientifique à Marseille ? Combien de collègues s’occupent de la plateforme et quels sont leurs rôles ? Comment vous répartissez-vous les tâches ?

Le service Blogging scientifique se compose actuellement de quatre personnes :

Nathalie Casanova, qui vient de nous rejoindre et s’occupe de tout ce qui concerne l’accompagnement des utilisateurs (gestion de notre support-forum, de la liste de discussion des carnetiers, mise en œuvre de nos formations…)

Céline Guilleux, qui travaille à mi-temps dans notre service et à mi-temps au sein du service Événements scientifiques (qui s’occupe de la plateforme Calenda), en tant que chargée de validation scientifique. C’est notamment elle qui traite les candidatures de nouveaux carnets et gère leur catalogage une fois qu’ils sont suffisamment structurés.

Michel Tamarin est quant à lui chargé de projet web pour Hypothèses. À ce titre, il coordonne les opérations techniques sur la plateforme, qu’il s’agisse de maintenance ou d’évolutions, en lien direct avec le secteur informatique d’OpenEdition.

François Pacaud, responsable du service Blogging scientifique, en charge de la coordination et de la structuration générale de notre activité, et impliqué de façon opérationnelle notamment sur les questions de formations et de partenariats.

Si le service Blogging scientifique est bien le service qui « s’occupe » au quotidien d’Hypothèses, en accompagne les utilisateurs, veille à son bon fonctionnement éditorial et technique et en valorise les productions, il n’en reste pas moins vrai que nous ne sommes pas les seuls à être impliqués autour d’Hypothèses. Comme l’ensemble des plateformes et services d’OpenEdition, Hypothèses est un projet collectif, qui ne pourrait fonctionner sans l’implication quotidienne de nombreux collègues, aux expertises variées et complémentaires (informatique, communication, administratif…).

Quant à nos journées types, il est difficile d’en dresser un portrait précis, car nos missions sont différentes, et varient également en fonction des besoins du moment. Ce que nous pouvons dire, c’est qu’une partie de notre travail quotidien consiste à traiter des emails, qu’il s’agisse de sollicitations internes ou de réponses à nos utilisateurs. Nous avons également un certain nombre de tâches récurrentes à mener, comme la création et le catalogage des carnets, ou la réponse aux questions posées sur le support-forum, mais il s’agit surtout ensuite de s’adapter au contexte, qu’il soit question de mettre la plateforme à jour, de travailler sur tel ou tel projet, de participer à telle ou telle réunion en lien avec le fonctionnement du service, de l’unité ou de la plateforme, ou encore par exemple de répondre à une interview proposée par nos partenaires !

  • Quelles sont les grandes questions qui sont d’actualité dans la communauté francophone des utilisateurs d’Hypothèses ?

La question qui anime l’équipe d’Hypothèses depuis plusieurs années est précisément de savoir quelle est la nature exacte de cette communauté des carnetiers et quels sont les liens existant entre ses membres ! Nous apercevons des éléments de réponse, ça et là, que ce soit sur la liste des carnetiers ou sur Twitter par exemple, mais nous n’avons qu’une vision parcellaire de cette communauté, et nous essayons toujours un peu plus de contribuer à sa structuration, en mettant notamment à sa disposition différents outils, tels que le support-forum déployé pour les carnetiers francophones courant 2020.

Dans ce contexte, difficile de répondre précisément à la question des sujets d’actualités qui animeraient cette communauté, d’autant que les espaces de discussions que nous proposons servent avant tout (et cela est tout à fait légitime !) à discuter d’éléments techniques et éditoriaux posant problème et pour lesquels nous tâchons d’apporter des réponses de façon quotidienne. Pour l’instant, il n’y a que très peu d’échanges qui concernent par exemple le blogging scientifique en tant que tel, son rôle dans la sphère académique et toutes les questions afférentes. Mais cela ne veut pas dire que les choses n’iront pas davantage dans ce sens à l’avenir…

  • Comment Hypothèses et le blogging scientifique vont-ils continuer à se développer dans le futur ? Pourrais-tu nous parler des nouveautés techniques prévues ?

A priori, nous ne voyons pas de raisons à ce que la croissance d’Hypothèses ralentisse dans les années à venir. Nous allons donc devoir continuer à gérer une plateforme de plus en plus grande envergure, tout en répondant aux besoins de ses utilisateurs.

La première nouveauté que nous allons mettre en œuvre en ce sens, est une nouvelle version du portail hypotheses.org, qui constituera bientôt une réelle porte d’entrée sur Hypothèses, avec des informations plus claires et plus précises que celles que l’on peut y trouver actuellement.

Nous allons également continuer à enrichir la plateforme avec de nouvelles fonctionnalités. Les prochaines qui devraient voir le jour sur la plateforme, si nos tests se passent correctement, pourraient permettre d’une part la création facilité de blogs multilingues, et l’attribution intuitive de licences libres à tout ou partie de chaque carnet, dans une logique de diffusion des billets publiés sur Hypothèses à un public toujours plus large.

En termes d’accompagnement, nous prévoyons également de mettre en place prochainement des formations en ligne qui, indépendamment du contexte sanitaire particulier, devraient permettre à un nombre important de carnetiers d’obtenir facilement et gratuitement de solides bases en matière de gestion de leur carnet de recherche.

D’une façon générale, nous ne manquons pas d’idées, mais parfois de moyens pour les concrétiser ! Actuellement, nous explorons par exemple la piste d’une catégorisation automatique des contenus présents sur la plateforme. À voir si et quand ce projet pourrait voir le jour…

  • Avez-vous un blog préféré et si oui, lequel ?

Nous n’avons pas à proprement parler de « blogs préférés » – même si certains attirent davantage notre attention que d’autres, soit parce qu’ils sont particulièrement bien mis en forme, soit parce que leur contenu fait écho à des centres d’intérêts personnels -, et plutôt que mettre l’accent sur tel ou tel blog, nous préférons toujours mettre en avant la diversité d’Hypothèses, qu’elle soit thématique, linguistique, éditoriale ou formelle. C’est là que réside la vraie richesse de la plateforme, et c’est toujours un plaisir de découvrir ce que les carnetiers peuvent proposer et mettre en œuvre grâce à ce support qui leur est offert. Alors au final, peut-être que notre blog préféré est sans cesse le prochain, celui qui n’existe pas encore et qui ne manquera pas de nous surprendre !



Citer ce billet
OpenEdition team (2021, 7 avril). Hypothèses : histoire d’une collaboration internationale. L’Édition électronique ouverte. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/6g1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search