Un nouvel outil pour alimenter les débats autour des livres en SHS

Une nouvelle fonctionnalité vient d’être déployée sur OpenEdition Books : avec l’outil Review of Books, il est désormais possible de lier un ouvrage à des comptes-rendus de livres figurant sur OpenEdition Journals, permettant ainsi d’alimenter les débats autour des livres en sciences humaines et sociales. Elodie Faath, responsable du service OpenEdition Lab, chargée de projets R&D, Mathieu Orban de Xivry, développeur R&D à OpenEdition Lab, et Alice Pierre, chargée d’édition au service Livres d’OpenEdition, nous donnent des précisions sur le développement de cet outil et les pistes possibles pour de futures collaborations de recherche.

© cienpiesnf – Adobe Stock
  • Tout a commencé avec le projet de recherche AgoraWeb. Quel était l’objectif ?

Elodie F. : AgoraWeb est un projet de recherche R&D financé par le Conseil régional Provence-Alpes Côte d’Azur entre 2012 et 2015. Il s’agit de la seconde collaboration entre OpenEdition et le LSIS devenue aujourd’hui le LIS (Laboratoire d’Informatique et Systèmes, UMR 7020). Le projet posait la question de la recommandation automatique de livres à partir d’une analyse dynamique du Web, de son contenu et de ses interconnexions implicites et explicites. 

Son application consistait initialement en la création d’un site Web de référence sur les débats autour des livres en sciences humaines et sociales en signalant les comptes-rendus de lecture, les commentaires et signalements sur les réseaux sociaux d’ouvrages scientifiques, de manière à recomposer en un seul lieu les discussions et les débats autour de chacune de ces publications. 

Pour y parvenir, le projet visait à développer des méthodes numériques robustes, applicables à grande échelle pour :

  • rechercher efficacement sur le Web un ensemble pertinent d’information et de commentaires liés à la parution d’un ouvrage ;
  • la détection et l’analyse automatique des passages de texte faisant référence à l’ouvrage ;
  • parvenir à un système de recommandation de lecture s’appuyant sur des données de natures diverses.

L’équipe de recherche était composée de deux chercheurs, Patrice Bellot et Frédéric Béchet, et d’un doctorant, Hussam Hamdam, qui a soutenu sa thèse en 2015. L’équipe de développement était composée d’une chargée de documentaire et d’un développeur chargé de mettre en place le prototype de site OpenEdition Review of Books.

  • Pourquoi avoir opté finalement pour des fonctionnalités sur la plateforme et non pour un site Web de référence ?

Elodie F. : L’objectif d’AgoraWeb était de créer une méta-revue permettant d’identifier et d’analyser l’ensemble des comptes-rendus de lecture (identifiés par les métadonnées du document ou détectés automatiquement), d’agréger et d’ordonner les informations bibliographiques autour de l’ouvrage et d’enrichir ce dispositif par un outil de recommandation.

Le prototype de site Web intitulé OpenEdition Review of Books était un espace expérimental répondant à différentes problématiques de recherche du projet, notamment la mise en place des processus de traitement des corpus, l’évaluation et l’analyse des résultats. Le prototype devait également permettre de visualiser les différentes navigations possibles grâce aux modèles de description des données, et d’améliorer l’environnement permettant la diffusion et la valorisation des comptes-rendus présents sur les différentes plateformes d’OpenEdition et l’optimisation des interfaces de consultation.

Même si les résultats étaient prometteurs, la création d’un site Web de référence aurait supposé davantage de contenus et un travail d’éditorialisation. Nous avons privilégié le développement d’une fonctionnalité supplémentaire pour valoriser les ouvrages et les comptes-rendus de lecture disponibles sur OpenEdition Books et OpenEdition Journals.

  • Ce projet est le fruit d’une collaboration entre OpenEdition Lab et le service Livres d’OpenEdition. En quoi a consisté le travail de chacun des services sur ce projet ?

Mathieu O. : Un des premiers échanges a consisté à décrire et repérer les informations les plus pertinentes pour identifier un livre à partir d’un compte-rendu de lecture. En effet, certaines métadonnées peuvent être absentes, d’autres présentes ou encore être disponibles à différents endroits. À titre d’exemple, il est parfois nécessaire d’extraire (grâce au logiciel d’annotation automatique Bilbo) le nom de l’auteur d’un ouvrage à partir d’une bibliographie complète, là où normalement il devrait être mentionné dans une métadonnée, un champ spécifique. La collaboration avec le service Livres, mais aussi le service Revues et le service Données, a permis d’avoir une connaissance fine de la description de ces métadonnées. OpenEdition Lab a ensuite sélectionné  les métadonnées adéquates. Par ailleurs, le Lab et le service Livres ont  travaillé sur  la mise  en valeur et l’affichage de ces informations sur les pages de la plateforme et sur la résolution des possibles erreurs d’identification. 

Alice P. : Le service Livres a suivi le projet en s’assurant notamment que la fonctionnalité corresponde au mieux aux besoins des utilisateurs de la plateforme OpenEdition Books, et en ayant pour objectif de créer la meilleure expérience utilisateur possible. Nous avons travaillé en particulier sur la question de l’affichage du template et de la fenêtre pop-up en front-office, l’affichage et le fonctionnement du plugin en back-office pour les utilisateurs Lodel, et enfin, les différentes pages d’informations nécessaires à la bonne compréhension et prise en main de cette nouvelle fonctionnalité.

  • Comment accéder aux comptes-rendus depuis un ouvrage ?

Alice P. : Lorsqu’un ou plusieurs comptes-rendus sont associés à un ouvrage, un bouton « recensé par » apparaît sur la page d’accueil de l’ouvrage concerné, dans la partie gauche sous la couverture. En cliquant sur ce bouton, on ouvre une fenêtre pop-up qui affiche le ou les comptes-rendus associés.

On peut alors consulter les informations suivantes : auteur du compte-rendu, titre, URL et DOI. Pour consulter le compte-rendu, il suffit de cliquer sur l’url : la page du site OpenEdition Journals concernée s’ouvre. 

  • Combien de livres sont concernés par cette fonctionnalité ?

Mathieu O. : 13 % des livres sont aujourd’hui identifiés comme étant en lien avec un ou des comptes-rendus, soit environ 1 400 livres distincts. En effet, certains ouvrages peuvent être recensés plusieurs fois.

On ignore en réalité combien de livres sont réellement concernés, on peut penser que c’est sans doute le double. Le problème est que plus nous « ouvrons » l’algorithme pour qu’il trouve des livres, plus il commet des marges d’erreurs importantes : c’est ce que l’on appelle les faux-positifs. Si nous « resserrons » les paramètres pour l’identification, nous tombons alors sur une fiabilité totale de l’identification mais le nombre de livres concernés va alors drastiquement baisser.  Nous avons estimé que l’identification de ces liens devait être fiable à plus de 90%. Nous sommes à 91 % aujourd’hui. Un mécanisme d’invalidation manuelle a été mis en place afin d’écarter ces faux positifs restants.

  • Est-il prévu de lier les ouvrages à des contenus figurant sur les autres plateformes d’OpenEdition ?

Elodie F. : Nous avions évoqué la possibilité de relier les ouvrages aux comptes-rendus disponibles sur la plateforme Hypothèses lors du projet Inter-Textes. Chahinez Benkoussas, qui était doctorante sur ce programme, avait commencé à travailler en premier lieu sur les marqueurs de la détection des compte-rendus sur les plateformes OpenEdition Journals et Hypothèses et les premiers résultats sont décrits sur le carnet de recherche d’OpenEdition Lab.

Nous avons repris ces résultats en ajoutant à la détection des comptes-rendus les travaux réalisés par un autre doctorant, Hussam Hamdam, sur l’analyse de sentiments formalisés par le logiciel echo. L’idée a donc été d’étendre les marqueurs de comptes-rendus identifiés par Chahinez avec des marqueurs d’analyse de sentiments sur la plateforme Hypothèses. Mathieu a mis à disposition de la communauté le code de Roboh (Review Of Books On Hypotheses) sur GitHub. Mais si les résultats de catégorisation des comptes-rendus d’Hypothèses avec ce logiciel  sont probants avec un taux de réussite de 80%,  la partie la plus délicate est de pouvoir identifier correctement les ouvrages concernés. La recherche autour de l’annotation des références implicites dans un texte pourra sans doute apporter quelques réponses. En ce sens, le développement récent du logiciel de recherche Bilbo2 pourra, on l’espère, répondre à ces questions.

  • L’objectif est d’alimenter les débats autour des livres en sciences humaines et sociales. Review of Books pourrait-il répondre à d’autres besoins ? Y a-t-il des pistes pour de futurs projets de recherche ?

Elodie F. : Le principal intérêt de ce projet était de mettre en avant les comptes-rendus de lecture présents dans les revues d’OpenEdition Journals et de les associer avec les livres non seulement présents sur OpenEdition Books mais aussi sur d’autres plateformes de publication. L’inverse était également vrai : connecter nos ouvrages avec des recensions hors de nos revues. C’était pour l’époque un projet ambitieux et complexe à mettre en place. Cependant, nous souhaiterions pouvoir en discuter aujourd’hui avec différents acteurs en leur présentant les avantages de cette fonctionnalité.

Les pistes envisagées pour ouvrir et étendre cette fonctionnalité sont principalement de trois niveaux :

  • La première piste vise à fournir et exposer cette information dans différents standards informatiques afin qu’elle soit accessible au plus grand nombre. On peut par exemple penser à l’ajouter comme métadonnée dans la description d’un ouvrage ou d’un compte-rendu (au niveau du DOI notamment). On peut aussi développer un service qui permettrait aux bibliothèques et institutions partenaires qui soutiennent le développement de l’accès ouvert en acquérant des contenus Freemium d’accéder facilement à ces métadonnées et de les fournir à leurs usagers.
  • Une autre piste serait de valoriser nos comptes-rendus en recherchant les livres concernés par ces comptes-rendus sur des plateformes de diffusion externes, au-delà d’OpenEdition Books. 
  • Enfin, la dernière piste prolongerait cette externalisation et nous donnerait l’opportunité de créer une passerelle supplémentaire vers le citoyen. L’idée serait de construire avec certains acteurs de la diffusion numérique, comme La Vie des idées, Nonfiction ou des librairies électroniques, une base de données commune et une API (Application Programming Interface) qui permettent à chacun de mettre en commun l’ensemble des liens identifiés et ainsi d’associer à ses livres les possibles comptes-rendus liés, quelles que soient les plateformes.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search