Les métiers du Cléo (7) : éditrice (Inès Secondat de Montesquieu)

Inès Secondat de Montesquieu

Inès Secondat de Montesquieu

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Inès Secondat de Montesquieu, éditrice et responsable du pôle édition.

Quelle a été ta trajectoire avant d’arriver au Cléo ?

Je suis arrivée à Revues.org, puis au Cléo juste après mes études, en 2004. Auparavant, j’avais fait des études de littérature : hypokhâgne-khâgne, licence et maîtrise de lettres modernes. Et un DESS d’édition et de communication.

Quel rôle joues-tu au sein de l’équipe ? Où se situe ton intervention dans le processus de l’édition électronique ?

Historiquement, mon métier consiste à accompagner les revues et à concevoir les sites Web d’édition électronique. L’accompagnement des revues signifie la formation, l’accompagnement éditorial, c’est-à-dire voir un peu quels sont les besoins de chacune d’entre elles, quelle apparence peut avoir leur site, comment faire passer leur projet de l’édition papier à une édition électronique ou, pour les revues qui ne sont qu’électroniques, les aider à trouver les solutions pour une édition en ligne qui les satisfassent. C’est aussi de la conception et de la gestion de projet : mettre en place les sites, travailler avec les graphistes, les éditeurs et l’intégrateur. Ces derniers temps j’ai mis de côté le suivi des revues pour m’occuper du pôle éditorial et des projets plus généraux. L’équipe éditoriale du Cléo est passé de deux à 10 personnes en quelques années, il s’agit donc pour moi de coordonner le travail de l’équipe afin s’assurer une une plus grande fluidité dans les projets, de veiller à la qualité et à l’harmonisation des revues du portail.

Quelle évolution a connu ton métier depuis que tu le pratiques ?

Je crois que globalement c’est à peu près la même chose, en tout cas en ce qui concerne l’accompagnement des revues. Par contre, aujourd’hui, ce métier se spécialise de plus en plus dans la gestion de projets. Lorsque j’ai commencé à travailler au Cléo je participais à chacun des projets de Revues.org, mes tâches étaient très variées et plurielles. Je m’occupais de l’édition, de la communication, du suivi des adhésions, des formations, et au niveau des sites j’avais en charge leur intégration, et leur mise en forme graphique par exemple. En fait, j’ai participé à tous les projets de Revues.org, parce que l’on était peu nombreux au début : deux chargées d’édition. Aujourd’hui, les chargés d’édition se concentrent sur l’accompagnement des revues, les évolutions éditoriales, typographiques, et ne font plus d’intégration. Nous avons un intégrateur qui s’occupe exclusivement de cela ce qui permet une bien meilleure qualité technique de nos sites.
Mes compétences en intégration et en graphisme sont assez limitées, car ce n’est pas mon métier, l’intérêt d’être passée par là au début c’est que ça m’a permis de comprendre quelles étaient les problématiques et de comprendre ces différents métiers… Savoir ce qu’il est possible ou complexe de faire techniquement, savoir jusqu’où on peut aller, ce qu’on peut demander, ce qu’il faut éviter de faire graphiquement, etc.

Question technique : à quoi sert la numérotation des paragraphes ?

Elle sert à plusieurs choses. La première est la citation de l’article en ligne : il est extrêmement utile pour les revues qui sont exclusivement sur support électronique de pouvoir être finement citées. C’est très difficile quand on consulte un article en ligne, de retrouver la référence à un paragraphe en particulier qui a été cité en référence. Il s’agit de renvoyer précisément le lecteur au passage cité. Une deuxième utilisation se place du côté des utilisateurs : je trouve pratique de pouvoir s’interrompre pendant sa lecture et de la reprendre au paragraphe exact auquel on s’était arrêté. Après cela sert aussi, au sein de l’équipe, dans le travail éditorial, à situer rapidement les endroits où on a repéré des problèmes éditoriaux.
On a commencé à mettre en place ce système en 2006. Ça a été un peu long avant d’être bouclé techniquement de manière précise, fine et correcte. La citation des paragraphes rend le travail éditorial plus complexe parce que les secrétaires de rédaction ne font pas toujours attention, en lisant la page, aux problèmes de numérotation des paragraphes, et qui sont liés à une erreur de préparation des documents (un paragraphe vide, une liste à puces stylée en normal, etc.). Il n’y a pas encore cette attention portée à la page Web, à l’édition électronique ; ce n’est pas encore totalement acquis, et ce même pour les revues électroniques. C’est quelque chose qu’il est parfois dur de faire passer : mettre le doigt sur les choses dont on a conscience mais que nos interlocuteurs ne voient pas forcément.

Ce n’est donc pas un outil qui est apparu avec les revues électroniques ? Les autres portails ne le pratiquaient pas non plus ?

Le portail Cairn l’avait mis en place dès 2006, mais cette pratique n’est pas véritablement répandue sur les autres portails. C’est peut-être aussi la difficile mise en place de cet outil qui freine son arrivée sur les portails. Après, il y a beaucoup de portails qui fonctionnent par la diffusion de PDF, c’est-à-dire en conservant l’image du papier, avec les paginations du support papier, et qui n’ont pas l’utilité de cette numérotation.

Crédit photographique : Inès Secondat de Montesquieu, par Anne de Montgolfier, tous droits réservés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *