Les métiers du Cléo (8) : documentaliste (Jean-Christophe Peyssard)

Dans le désert de Palmyre

Dans le désert de Palmyre

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Jean-Christophe Peyssard, documentaliste et responsable du pôle Information scientifique jusqu’en septembre 2008.

Quelle a été ta trajectoire avant d’arriver au Cléo ?

J’ai commencé à travailler au CNRS en 1996 comme documentaliste pour la bibliothèque arabe de l’Institut de recherches et études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Je cataloguais des livres en langue arabe pendant que je terminais ma maîtrise de Langues et civilisations arabes. J’ai alors commencé à m’intéresser aux métiers de la documentation, à l’information scientifique et technique, au contexte et à la structuration de la recherche en sciences humaines et sociales, … Dans ces années là s’est créée la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Les instruments de la recherche SHS y étaient regroupés, non seulement les bibliothèques des laboratoires mais aussi les laboratoires. J’ai été intégré à la médiathèque de la MMSH, comme responsable des collections de périodiques. Parallèlement, sollicité par des chercheurs, j’ai commencé à réaliser des sites Web en HTML statique avec DreamWeaver. Mon premier site a été celui de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée.
En 2000, une collègue documentaliste, Véronique Ginouvès, a organisé à Aix-en-Provence une journée d’étude sur les revues électroniques en SHS. Marin Dacos y était invité et c’est à ce moment-là que j’ai repéré un site qui s’appelait Revues.org… Nous avons commencé à échanger des courriels, j’ai proposé aux chercheurs de la REMMM d’adhérer au portail. Ce projet de mutualisation, de création d’un portail des revues me paraissait limpide. À l’époque, il n’y avait que quatre revues sur le site et Revues.org n’avait pas encore de locaux ni d’équipe. De mon côté, j’ai orienté ma carrière de bibliothécaire arabisant vers celle de responsable des ressources électroniques à la MMSH. En septembre 2006, le projet de Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) était lancé. Marin a obtenu un poste d’ingénieur d’étude par mutation interne et m’a proposé de rejoindre l’équipe de Revues.org. Le laboratoire se structurait et Marin a décidé de créer des pôles : le pôle information scientifique et technique, le pôle éditorial et le pôle informatique.

Justement, quel rôle joues-tu au sein de l’équipe ?

Mes premières missions, à mon arrivée, consistaient à travailler à la structuration des métadonnées, à faire vivre L’album en sciences sociales et à envisager les évolutions de Calenda. Ce sont des missions qu’on a inventées, structurées, et qui ont évolué en cours de route. Aujourd’hui, le référencement est au centre du pôle IS. L’objectif est de faire connaître et diffuser les contenus, de vérifier qu’ils sont bien indexés par d’autres outils scientifiques comme les moteurs de recherche ou les bases de données. La communication est également devenue une mission importante. Il s’agit d’appliquer la politique de communication définie par le directeur du laboratoire et les responsables de pôles, de faire connaître le laboratoire, ses services et ses contenus. D’ailleurs, depuis peu, on ne parle plus du pôle IST mais du pôle IS, pour axer davantage sur la communication et la valorisation. Le pôle s’occupe de la maintenance et du pilotage du projet Calenda, et d’autres projets se sont ajoutés. Un des plus porteurs pour les mois à venir, est celui d’organiser une Université d’été en 2009 sur l’édition électronique. Pierre Mounier en a défini le contenu pédagogique avec Marin. Leur idée de départ, c’est de présenter sur deux axes complètement différents la littérature scientifique (du côté de l’édition), et la communication scientifique (du côté de la valorisation). Le pôle IS est aussi dévolu au développement d’Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en sciences sociales.  Il s’agit d’une communication scientifique presque directe, un peu sur le mode de l’auto-archivage, avec au centre la rédaction, l’écriture des chercheurs, leurs projets.

Et si tu devais nommer ton métier aujourd’hui ?

Ce qui est sûr, c’est que ce sont d’abord des documentalistes qui travaillent dans ce pôle, même si les personnes qui en font partie ne sont pas toujours des « documentalistes natifs ». J’aime bien le mot de médiateur, ici il s’agit de médiation pour la valorisation de la communication scientifique. D’ailleurs, mon métier va encore évoluer dans ce sens puisque je quitte Revues.org pour intégrer l’Institut français du Proche-Orient à Damas en tant que responsable médiateur des ressources électroniques. Il faut qu’il y ait des professionnels aux interfaces des métiers qui sont établis comme ceux de l’informatique et ceux de l’édition. Il faut pouvoir, aussi, parler à la communauté de documentalistes. Ce sont eux qui font la médiation des outils documentaires au sein de la communauté, qu’il s’agisse des étudiants, des enseignants, des chercheurs, des bibliothécaires… On pourrait dire que si le pôle édition est l’œil typographique du portail, au pôle IS incombe la mission d’assurer la cohérence des informations qui y sont présentées.

Quelle évolution a connu ce métier depuis sa création au Cléo ?

L’arrivée du Web dans les laboratoires du CNRS s’est faite d’une façon inattendue. J’ai vécu deux révolutions dans les laboratoires où je travaillais. Au départ, les chercheurs donnaient à des secrétaires la saisie de leurs documents. Puis les postes bureautiques PC sous Windows sont arrivés et ils ont dû commencer faire eux-mêmes la saisie. Ils ont dû prendre en main des instruments de productivité. Une partie du virage a été raté car beaucoup de chercheurs ont eu un mal fou à s’y mettre.
Ensuite, il y a eu l’arrivée du mail et du Web. Ça a été révolutionnaire au sens où ceux qui se le sont vite approprié ont démultiplié leur productivité, leur réseau, leur capacité d’agir dans l’espace scientifique. Du côté des documentalistes, c’était un petit peu la déprime parce qu’ils se disaient : « on n’a plus rien à faire, on n’a plus de travail, les gens vont trouver eux-mêmes les livres, on va tout numériser,… Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? ». C’était l’utopie de la bibliothèque virtuelle sans bibliothécaire. En fait, cela s’est avéré totalement faux et aujourd’hui les documentalistes sont plus nécessaires que jamais. Par contre, la génération de documentalistes qui n’est pas digital-native, comme on dit, doit encore se former à ces outils. Il y a en fait un problème d’incompétence de beaucoup de membres de cette profession qui n’ont pas su, ou ne sont pas parvenus à devenir les experts de la médiation et de la transmission des savoir-faire autour de ces outils : parce qu’il n’y a pas eu de plan de formation, parce que cela n’a pas été organisé au niveau structurel, parce qu’eux-mêmes n’ont pas compris encore ce qu’était le Web,  la citabilité, … Des questions aussi simples que celles-là mais qui sont encore mal appropriées par la communauté.

Une dernière question : Zotero c’est quoi ?

Zotero, c’est un outil pour gérer sa bibliographie sous toutes ses formes. Des outils existaient déjà, sous la forme de logiciels propriétaires : Endnotes, Refworks ou Procite. L’avantage de Zotero est qu’il est libre et gratuit. Par ailleurs, c’est un plugin de Firefox. Il est donc intégré à la pratique que l’on peut avoir du Web. Zotero propose la fonctionnalité de cliquer sur une petite icône et d’intégrer directement les références de l’article que l’on est en train de lire en ligne dans une bibliographie personnelle. Par la suite, au cours de la rédaction d’un article par exemple, le chercheur peut générer des bibliographies au format de la MLA (Modern Language Association), au format Chicago style ou d’autres, et de générer les appels de notes de bas de page automatiquement dans l’article en question.
C’est un superbe outil qui, de plus, offre des perspectives de développement à long terme. Un de leurs projets se développe actuellement en collaboration avec Internet archive, une gigantesque bibliothèque virtuelle située à San Francisco qui permettra aux chercheurs de stocker leurs archives, leurs papiers de chercheurs sur des serveurs via Zotero.

Bibliographie de Jean-Christophe Peyssard

Jean-Christophe Peyssard et Véronique Ginouvès, « Bibenligne, un annuaire de liens spécialisé en sciences humaines et sociales dans le domaine des études méditerranéennes » in Bulletin des Bibliothèques de France 51, 3 (2006), p. 49-52.

Crédits photographiques : « Dans le désert de Palmyre », par Bagolina, licence CC-by-nc.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29 mai 2009

    […] Les métiers du Cléo (8) : documentaliste (Jean-Christophe Peyssard) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.