OpenEdition contribue aux projets européens dédiés au développement du modèle « diamant »

OpenEdition est impliqué dans les projets DIAMAS, CRAFT-OA et PALOMERA, récemment lancés. Financés par la Commission européenne, ils permettront de structurer le paysage de l’édition en accès ouvert « diamant » et de consolider ce modèle vertueux de publication. Sandra Guigonis, directrice adjointe et responsable du secteur Éditorial d’OpenEdition, et Pierre Mounier, directeur adjoint et responsable du secteur International d’OpenEdition, coordinateur du projet d’infrastructure européenne OPERAS, nous expliquent les enjeux de ces projets au regard des stratégies éditoriale et internationale d’OpenEdition.

© TAlex – stock.adobe.com
  • En mars 2022, OpenEdition était parmi les premiers signataires du plan d’action pour l’accès ouvert « diamant », lancé par l’ANR, Science Europe, le consortium OPERAS, coordonné par OpenEdition, et la cOAlition S. Les projets DIAMAS, CRAFT-OA et PALOMERA sont dans la continuité du plan d’action. En quoi consistent-ils ?

PM. Ces trois projets répondent à des appels à proposition qui ont été lancés quasiment en même temps par la Commission européenne dans le but de renforcer les modes de publication en accès ouvert pris en charge par les institutions de recherche (incluant universités et sociétés savantes) sur le plan « non technique » (DIAMAS : bonnes pratiques, formation, stabilité financière), sur le plan technique (CRAFT-OA : infrastructures de diffusion, outils d’édition, services d’indexation) et aussi plus particulièrement pour les livres (PALOMERA : alignement des politiques en faveur de l’accès ouvert). Les trois projets, dont la Commission demande explicitement qu’ils soient coordonnés, visent à créer à terme un « Capacity Centre » à l’échelle globale dont les éditeurs qui pratiquent l’édition en accès ouvert « diamant » (c’est-à-dire sans demander aux auteurs de payer des frais de publication) profiteront. Ces projets, coordonnés par l’Université d’Aix-Marseille, l’Université de Göttingen et OPERAS embarquent de larges consortia (23, 20 et 16 partenaires) de toutes natures à travers l’Espace Européen de Recherche (EER). Ce qui est particulier à ces consortia est qu’ils rassemblent des institutions de toutes natures et de toutes tailles. Nous avons des universités et des organismes de recherche, comme le CNRS, mais aussi des organismes rassemblant des financeurs de la recherche, comme Science Europe, des agences gouvernementales, comme la Fecyt, des infrastructures, comme le DOAJ, OpenEdition, OAPEN et OPERAS, et beaucoup d’organisations ombrelles qui rassemblent de vastes communautés, comme LIBER et SPARC Europe pour les bibliothèques, OASPA pour les éditeurs, la cOAlition S et Science Europe, pour les organismes de financement de la recherche (dont l’ANR en France), la TSV qui rassemble les sociétés savantes de Finlande. En un mot, c’est une grande partie de la communauté scientifique européenne dans sa diversité non seulement géographique mais aussi de compétences que nous avons voulu rassembler autour d’un effort inédit pour soutenir et promouvoir le modèle diamant d’accès ouvert et lui permettre de travailler de manière coordonnée en ce sens.

SG. L’objectif du Plan d’action pour l’accès ouvert « diamant » est de rassembler, au niveau international, les différents acteurs de l’écosystème de l’édition en accès ouvert diamant, revues et plateformes, pour harmoniser et développer des ressources communes et accroître leur visibilité. Dans la suite de ce Plan d’action, les trois appels européens offrent à ces acteurs un cadre pour mener à bien cette ambition et répondre aux recommandations du Plan. Il était naturel qu’OpenEdition rejoigne ces propositions qui s’inscrivent pleinement dans ses missions. Depuis la création de la plateforme Revues.org en 1999, OpenEdition a toujours promu la circulation de savoirs ouverts couplée à l’appropriation des pratiques et des outils de l’édition scientifique et tant le développement de l’édition numérique en accès ouvert que la diffusion de ses usages et compétences sont au cœur de nos missions.

  • Quels sont les axes sur lesquels OpenEdition apporte sa contribution ?

PM. OpenEdition a développé une expertise particulière en matière de formation à l’édition numérique en accès ouvert des éditeurs de revues et de livres, basée sur notre modèle d’appropriation. C’est cette expertise que nous allons mobiliser dans le cadre du projet DIAMAS en plus de la coordination du projet que nous assumons aussi, grâce au soutien de notre tutelle Aix-Marseille Université et de sa filiale de valorisation ProtisValor Mediterranée. Au sein de CRAFT-OA, nous sommes chargés d’un « work package » entièrement dédié à la mise en visibilité des publications Diamant à travers une série d’actions facilitant leur indexation. Pour cela, nous comptons sur nos partenaires comme Mir@bel qui font déjà un important travail. Nous participons à PALOMERA essentiellement pour y représenter notre communauté d’éditeurs et nous assurer que leur particularités sont bien prises en compte dans les analyses que produiront le projet et surtout les recommandations.

SG.  Les expertises mises en œuvre reposent aussi sur les relations privilégiées que nous avons nouées au fil du temps avec l’ensemble des acteurs et actrices de l’édition scientifique. Aussi, nous souhaitons travailler en liaison avec nos communautés et nos partenaires sur ces trois projets. Les ressources et les formations que nous proposons à nos communautés sont, comme le souligne Pierre, un aspect essentiel du modèle d’appropriation que nous promouvons. Il est vecteur d’autonomie et repose sur la reconnaissance des métiers et expertises de ceux et celles qui produisent au quotidien les publications scientifiques. Si le projet DIAMAS mobilise directement cette dimension de nos activités, le projet CRAFT-OA comporte également la production de supports et de documentation pour les communautés « diamant ». Enfin, proposer un modèle économique vertueux et durable pour l’édition scientifique en accès ouvert diamant est également un enjeu important que visent ces projets.

  • Ces projets ne concernent pas uniquement les SHS. Comment s’articulent les réflexions entre les différentes disciplines ? Y a-t-il beaucoup de disparités entre disciplines ? Quelles sont les particularités pour les SHS ?

PM. Le modèle Diamant est en effet plus étendu que les seules SHS. Dans l’étude que nous avons effectuée préalablement à ces projets, nous avons trouvé qu’un peu plus de la moitié des revues Diamant appartenaient aux SHS. La particularité des SHS est que le modèle Diamant est extrêmement dominant parmi les revues en accès ouvert de ces disciplines, alors que dans les STM, ce modèle coexiste avec d’autres, et en particulier le modèle dit « Gold-APC » (en accès ouvert mais qui requiert le paiement par les auteurs de frais de publication) proposé par les éditeurs commerciaux et qui domine symboliquement le modèle Diamant. La situation est donc toute différente entre les deux « blocs » de discipline, même s’il faut nuancer cette opposition qui est par construction un peu artificielle (il y a de nombreuses variations entre les disciplines à l’intérieur de chaque bloc).

SG. Il me semble qu’une des particularités des SHS est aussi l’importance qu’y prend la question du multilinguisme. Si l’anglais s’est imposé comme la lingua franca des STM, ce n’est pas le cas pour une grande partie des disciplines des SHS : les chercheurs et chercheuses produisent leurs travaux dans toutes les langues. C’est une des dimensions de la bibliodiversité et il peut y avoir une tension entre un système de diffusion international qui tend à la généralisation de l’anglais et l’importance de maintenir une production scientifique en langues natives. Les trois projets prennent bien en compte ces enjeux – bibliodiversité et multilinguisme -, ne serait-ce que parce qu’ils réunissent des partenaires dans l’ensemble des pays européens, tels que la Federation of Finnish Learned Societies ou l’Université de Coimbra qui se sont saisis de ces enjeux depuis de nombreuses années.

  • Comment pourront se traduire les résultats de ces projets au niveau d’OpenEdition ?

SG. Ces projets vont nous permettre de renforcer la dimension internationale de nos activités et services. De fait, ils s’inscrivent pour nous dans un cadre déjà international : près d’un quart des éditeurs de livres et de revues, ainsi qu’environ deux tiers des visites sur les plateformes d’OpenEdition proviennent d’autres pays que la France. C’est le reflet de la circulation des savoirs qui n’est pas circonscrite à des frontières nationales et c’est aussi le rôle d’une infrastructure telle que la nôtre de favoriser cette diffusion et cette visibilité internationales, y compris en facilitant l’inclusion dans des réseaux extra-nationaux de nos communautés et de réseaux proches comme les réseaux Médici, Repères, ou Mir@bel. De manière concrète, certains livrables du projet seront immédiatement utiles : ressources documentaires et matériaux de formation, ensemble de bonnes pratiques et de recommandations, aide à l’indexation dans des bases et agrégateurs, outils techniques ou logiciels, l’ensemble des livrables sera disponible dans le futur Capacity Centre. Ceux qui seront les plus immédiatement en rapport avec nos services pourront être réutilisés dans notre contexte. Plus largement, c’est toute la communauté Diamant qui forme l’essentiel des partenaires, contributeurs et contributrices d’OpenEdition qui en bénéficiera.

  • Le contexte international de la science ouverte est en pleine évolution et OpenEdition en est l’un des acteurs majeurs. Quels sont les autres projets européens ou internationaux dans lesquels OpenEdition est impliqué ?

PM. La stratégie d’internationalisation d’OpenEdition passe par le développement d’OPERAS, l’infrastructure européenne dédiée à la communication scientifique ouverte. À ce titre, nous coordonnons plusieurs projets qui portent le développement de nos activités dans plusieurs domaines : le projet TRIPLE, qui approche de son terme, a permis de développer la plateforme de découverte pour les SHS GoTriple ; COESO, coordonné à l’EHESS développe la plateforme de soutien aux recherches participatives VERA ; le projet OPERAS-PLUS, coordonné par notre partenaire privilégié en Allemagne, la Max Weber Stftung, soutient le développement de l’infrastructure OPERAS en tant que telle. Nous participons aussi aux projets Skills4EOSC sur les questions de formation à la science ouverte et nous coordonnons un projet financé par la Mellon Foundation sur les métriques d’usages des livres en accès ouvert. Vous pouvez retrouver la liste de tous les projets dans lesquels nous sommes impliqués sur cette page : https://operas-eu.org/projects/.

  • Quels sont les prochains objectifs pour les stratégies éditoriale et internationale d’OpenEdition ?

SG. La stratégie éditoriale d’OpenEdition se décline en plusieurs dimensions, telles que continuer à nourrir la qualité et la fluidité de nos relations avec nos communautés, faciliter l’accès à nos services et ressources, en amplifier les usages. Plusieurs actions et projets y concourent, notamment dans le cadre du projet COMMONS. Sur le plan international, notre stratégie s’inscrit dans le cadre du développement d’OPERAS. Nous aurons l’occasion de revenir sur ces différents aspects à l’occasion des prochaines Rencontres d’OpenEdition qui auront lieu en mai à Marseille.

PM. Nous sommes actuellement en phase de lancement des projets que nous avons présentés. Ces projets durent entre 18 mois et 3 ans. Notre horizon est donc la création de ce “capacity centre” dont nous souhaitons qu’il ait une portée globale. Un des enjeux majeurs qui est devant nous est donc de faire la jonction avec les communautés d’éditeurs Diamant en dehors du seul périmètre européen.

Pour en savoir plus

Lire le communiqué de presse AMU.



Citer ce billet
OpenEdition team (2023, 9 février). OpenEdition contribue aux projets européens dédiés au développement du modèle « diamant ». L’Édition électronique ouverte. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/6hp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search