Focus : quelles perspectives pour l’accès ouvert diamant ?

Le Sommet mondial sur l’accès ouvert diamant a eu lieu du 23 au 27 octobre 2023 à Toluca (Mexique). L’objectif était de rassembler la communauté autour de la publication scientifique « diamant » pour créer un dialogue entre éditeurs, institutions, experts et parties prenantes de tous les continents lors d’événements hybrides et multilingues organisés par plusieurs organisations dont l’ANR, la cOAlition S, OPERAS et Science Europe. Pierre Mounier, directeur adjoint et responsable du secteur International d’OpenEdition, coordinateur du projet d’infrastructure européenne OPERAS, revient sur les conclusions de ce sommet et l’implication d’OpenEdition dans la promotion et la mise en œuvre de la voie diamant et la structuration de la communauté diamant nationale.

© Ai.Art.Creations – stock.adobe.com
  • Les conclusions du Sommet mondial sur l’accès ouvert diamant nous apprennent que la mise en œuvre de la voie diamant peut être assez différente selon les pays ou régions du monde. En dehors de l’Amérique latine où se déroulait l’événement, la France était le pays le plus représenté à ce sommet. Y a-t-il des spécificités françaises en termes de modèle économique ? Quelles sont les différences par rapport aux autres pays ?

La France se caractérise par sa capacité à s’organiser autour d’infrastructures qui permettent le soutien aux modèles de publication en accès ouvert diamant. OpenEdition en est un exemple frappant bien entendu, mais pas seulement. À Toluca, l’infrastructure Métopes était aussi bien représentée et active (elle a d’ailleurs scellé un accord avec Erudit et Redalyc pour un travail en commun sur le format XML JATS), ainsi qu’Episciences, plateforme de publication portée par le CCSD. On avait aussi des représentants de Mir@bel et du réseau Médici qui jouent un rôle important. Donc, si la France n’est pas le seul pays où le modèle diamant est bien soutenu, loin s’en faut, elle possède quand même cette capacité à « penser infrastructure » de manière précoce et centrale pour venir en soutien à ses presses universitaires et à son riche écosystème d’acteurs engagés dans ce mode de publication. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette particularité. Il serait trop long de les déplier ici je pense. Mais souvenons-nous qu’« infrastructure » est un mot français à l’origine, et cela se ressent encore aujourd’hui !

  • Quelles problématiques ont émergé pour les acteurs français de l’édition et les infrastructures comme OpenEdition ?

L’enjeu majeur du modèle d’accès ouvert diamant est de sortir d’une situation de dispersion et de fragmentation mise en lumière par l’étude Open Access Diamond Journal Study (OADJS). Évidemment, la France est déjà bien mieux placée par rapport à cela grâce à son réseau d’infrastructures et de plateformes organisé au niveau national en articulation avec la feuille de route des infrastructures de recherche, ce qui est là aussi une particularité dans le paysage international. Je pense d’ailleurs, mais c’est une réflexion toute personnelle, qu’OpenEdition, du fait de son ancienneté et de la masse critique qu’elle représente, a un rôle particulier à jouer dans cette structuration nationale en bonne intelligence avec ses partenaires et les autres infrastructures qui composent le paysage national.

Maintenant, si l’on prend un pas de recul, on se rend vite compte qu’il y a pour OpenEdition – comme pour l’ensemble des acteurs français – un enjeu de coopération au niveau européen et international qui n’est pas évident à mettre en musique. Il y a déjà tant à faire en France que pour beaucoup d’entre nous, il est très difficile d’investir du temps, de l’énergie et des ressources dans des coopérations qui sont par nature complexes et incertaines, au-delà de nos frontières. C’est pourtant absolument nécessaire, car le paysage de la publication scientifique, y compris en sciences humaines et sociales, est soumis à des lignes de force qui dépassent de loin les frontières nationales. Il y a donc un enjeu de structuration au niveau européen et international pour la communauté de l’accès ouvert diamant, en particulier pour lui donner une plus grande visibilité, mutualiser les ressources, en accroître la capacité, et les acteurs français doivent prendre toute leur place dans ce mouvement.

  • La création d’une Fédération mondiale de l’accès ouvert diamant a été validée lors de ce sommet. Un « hub de capacité » fédérant plusieurs « centres de capacité diamant », opéré par OPERAS, devrait également voir le jour grâce au soutien financier de l’ANR et du CNRS. En quoi consisteront ces centres et quel sera le rôle d’OpenEdition dans ce contexte ?

Mon collègue Johan Rooryck a proposé au cours de ce sommet un modèle de structuration en 4 niveaux symbolisés sous la forme d’une pyramide.

Au premier niveau, les revues diamant et leurs éditeurs scientifiques représentent la communauté qu’il s’agit de fédérer. Cette communauté doit trouver de l’aide et des services auprès de centres de capacité et d’infrastructures qui se trouvent au niveau des institutions de recherche, des universités, des bibliothèques, des communautés scientifiques et au niveau national. Ce sont les « capacity centers ». En ce sens, OpenEdition comme le Réseau Repères peuvent être conçus comme des centres de capacité institutionnels et nationaux.

Au niveau continental et mondial, il s’agit de créer ce qui n’existe pas encore : un « hub » européen qui est une structure de mutualisation de ressources, en particulier entre les centres de capacité, un peu à l’exemple de Redalyc-Amelica qui fédère les ressources et les acteurs pour l’ensemble de l’Amérique Latine, et une fédération mondiale, qui a pour vocation de permettre aux hubs continentaux de coopérer partout où c’est possible.

Si l’on s’en tient au hub européen, il devrait pouvoir commencer à offrir l’année prochaine aux équipes éditoriales des revues diamant un ensemble d’outils accessible via un portail commun : d’abord une liste de fournisseurs de services sur lesquels les revues peuvent s’appuyer pour effectuer leur tâches de coordination éditoriale, d’édition, de publication et de diffusion numérique. Mais aussi un standard de qualité qui couvre sept dimensions de la publication scientifique accompagné d’un outil d’auto-évaluation leur permettant d’identifier les points sur lesquels elles ont des marges de progression à réaliser. Elles trouveront une boîte à outils et un guide qui les conduiront vers les ressources dont elles ont besoin pour progresser. Une plateforme de formation devrait aussi voir le jour pour permettre aux équipes de monter en compétence. Un forum permettra à la communauté de discuter, d’échanger, de s’entraider et de s’organiser pour agir collectivement. 

Ces ressources sont actuellement développées dans le cadre du projet Diamas financé par la Commission Européenne et coordonné par OpenEdition via sa tutelle Aix-Marseille Université. Dans le cadre de Diamas, OpenEdition a en charge le développement de la plateforme de formation. Parallèlement, le projet Craft-OA, lui aussi financé par la Commission Européenne et coordonné par l’Université de Göttingen doit développer des outils techniques comme des versions améliorées des logiciels de publication les plus utilisés comme OJS, mais aussi un « Diamond Discovery Hub » qui devrait établir une liste de revues diamant pour faciliter leur visibilité et leur référencement dans les grands outils d’information scientifique, et, plus largement, une boîte à outils technique qui est le pendant de celle développée dans le cadre de Diamas pour les bonnes pratiques. OpenEdition coordonne le développement du Diamond Discovery Hub.

De nombreux outils d’interopérabilité entre les logiciels de publication mais aussi avec OpenAire et EOSC sont en cours de développement dans ce projet pour soutenir la durabilité et la résilience de l’infrastructure technique qui permet la publication et la diffusion des revues diamant. La plus grande partie des développements entrepris dans le cadre de ces deux projets a vocation à rejoindre le hub européen. Avec l’ensemble de la communauté des fournisseurs de service et de technologie, il s’agit d’offrir aux revues diamant européennes une infrastructure distribuée à l’échelle du continent qui soit à la fois durable, résiliente, efficace et simple d’utilisation pour les équipes éditoriales et les chercheurs.

J’ai conscience de l’ampleur de l’ambition, qui pourrait être perçue comme démesurée. Mais il faut garder deux éléments en tête : tout d’abord, il ne s’agit pas de créer une infrastructure à partir de rien. Beaucoup de ressources existent déjà. Mais elles sont dispersées, invisibilisées, isolées. L’effort consiste ici à les rassembler, les organiser, les coordonner dans un ensemble cohérent qui leur donne la puissance et la reconnaissance qu’elles méritent. Et puis, d’ailleurs, si l’on veut que le modèle d’accès ouvert diamant soit un succès, on n’a pas vraiment le choix. Car ce modèle est en concurrence avec d’autres modèles portés par des géants de l’édition qui opèrent au niveau mondial. L’enjeu est donc ici a minima d’équilibrer les plateaux de la balance, non pas en créant un nouveau géant, mais en déployant la force de la communauté au même niveau. Isolé, chacun des acteurs qui porte le modèle diamant ne peut pas peser dans la dynamique de l’édition scientifique mondialisée. Ensemble, nous pouvons changer le cours des choses. C’est un message fort qui a emporté l’adhésion des participants de la conférence de Toluca : ¡Juntos somos más fuertes y mejores! Ensemble, nous sommes plus forts et meilleurs.

  • Qu’est-ce que cela implique pour les communautés d’OpenEdition et nos partenaires nationaux et internationaux ?

J’espère que dans un avenir proche, nos communautés et nos partenaires verront changer de manière positive les conditions dans lesquelles ils réalisent leurs missions. Non seulement en accédant plus facilement aux outils, services, compétences et ressources de toute nature dont ils ont besoin, mais aussi en étant mieux reconnus et mieux soutenus par les politiques et les financements de la recherche. Ici intervient évidemment la question disciplinaire. Car cette initiative en soutien du modèle diamant concerne toutes les disciplines, pas seulement les sciences humaines et sociales. Mais il est frappant de constater à quel point le modèle d’accès ouvert est beaucoup plus prédominant en SHS (et en mathématiques), alors qu’il est non pas complètement absent, mais minoritaire dans les autres disciplines qui ont adopté plus massivement un modèle reposant sur un paiement par les auteurs des frais de publication (modèle dit « Gold APC »).

Beaucoup de nos collègues dans ces autres disciplines se rendent compte des limites du modèle économique de publication scientifique auquel ils sont soumis ou qu’ils ont choisi… et cherchent aujourd’hui une alternative. À nous, acteurs des SHS, de leur montrer ce qui est possible. Nous avons de beaux exemples dans nos disciplines de revues qui, ou bien ont été créées récemment sur un modèle en accès ouvert diamant et qui sont des succès manifestes, ou bien de revues beaucoup plus anciennes qui ont magnifiquement réussi leur transition d’abord au numérique, puis à l’accès ouvert diamant. Pourquoi cela ? Parce que dans tous les cas, ces revues reposent sur un investissement de nos collègues chercheurs pour prendre en main le destin de leur revue comme espace de publication relevant de leur responsabilité collective, devant répondre aux besoins spécifiques de leur communauté de recherche, sous leur contrôle, et non comme un produit que l’on peut consommer et jeter.

Parce qu’au-delà de la question de qui paie quoi, c’est véritablement la particularité du modèle d’accès ouvert diamant : des revues contrôlées ou dirigées par la communauté de recherche elle-même qui en prend soin. Il est important, je pense, que nos collègues chercheurs en SHS partagent cette longue tradition de communication de la recherche qui est la leur au-delà de leurs disciplines.

  • Science Europe a récemment réuni les financeurs de la recherche pour travailler à la co-construction de recommandations pour l’accès ouvert diamant. Quels sont les enjeux d’une telle initiative ?

L’enjeu est à la fois très simple et compliqué à résoudre : les agences de financement sont aujourd’hui structurées de manière à financer des projets de recherche sélectionnés de manière compétitive. Pour de nombreuses agences, le soutien à la communication scientifique se fait par l’intermédiaire des dépenses éligibles à l’intérieur de l’aide allouée au projet. Les APC par exemple sont éligibles. Il s’agit d’imaginer avec elles, en particulier dans le cadre du projet Diamas, comment elles peuvent mettre en place des mécanismes de financement plus variés pour soutenir une diversité de modèles de publication en accès ouvert, y compris le modèle diamant. 

L’ANR a fait un pas important dans cette direction en annonçant à Toluca un soutien financier à la création du hub européen en 2024. C’est un excellent début et un signal extrêmement fort envoyé aux autres agences. Mais cet effort doit se poursuivre, et collectivement au niveau européen au moins.

Il est encourageant de voir l’intérêt croissant des agences de financement de la recherche pour le modèle diamant et leur volonté de réfléchir à des évolutions de leurs modes d’interventions pour garantir qu’une diversité de modèles, et non un seul, soit soutenue, selon les besoins des communautés scientifiques, et non selon les lignes de force de mécanismes de financement qui engendrent involontairement des distorsions et constituent une menace pour la bibliodiversité.



Citer ce billet
OpenEdition team (2023, 20 décembre). Focus : quelles perspectives pour l’accès ouvert diamant ? L’Édition électronique ouverte. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vffn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search