Le Très grand équipement (TGE) ADONIS du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) lance la première phase de réalisation de l’infrastructure numérique d’accès unifié aux données et documents des Sciences Humaines et Sociales (SHS)

Le Très grand équipement (TGE) ADONIS du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) lance la première phase de réalisation de l’infrastructure numérique d’accès unifié aux données et documents des Sciences Humaines et Sociales (SHS).

tge-adonis-2
S’appuyant sur les communautés de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens, mais aussi sur les opérateurs des humanités numériques du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, le TGE ADONIS travaille, depuis deux ans, à la définition d’un accès unifié aux données et à la mise en place d’une interconnexion des services numériques dans le cadre du développement de l’e-science dans les SHS. Ce travail de conception a été réalisé au travers d’appels à projets, de projets pilotes (numérisation, archivage pérenne, expérimentations technologiques) et d’engagements et de soutiens en direction des plateformes technologiques des SHS (mise en ligne de sources et corpus, édition électronique). Il a aussi bénéficié des travaux de l’Université d’été (Lyon, sept. 2008), et des ateliers et séminaires de travail (nov. 2008-jan 2009).
Cette première phase de réalisation, qui va durer un an, permettra la mise en œuvre :- D’un moteur de recherche sur les données, méta-données et documents des SHS accessibles au travers de protocoles standards issus du mouvement de l’open access tel que l’OAI-PMH, utilisé depuis plusieurs années par les producteurs de données en SHS. Ce moteur à facettes permettra de proposer les réponses fondées sur les interconnexions de données les plus pertinentes.

Ce cœur du dispositif est sous traité et donne lieu à un marché. Un prestataire sera choisi en octobre 2009 et une plateforme sera livrée en octobre 2010.
- D’un socle d’intégration de services (annonces scientifiques, géo-localisation de données, transformation automatisée de masse de données, gestionnaires de méta-données, archivage pérenne, hébergement de données, réseaux sociaux). Ces services feront au fur et à mesure l’objet de contractualisations avec les grands opérateurs public

Pour cette première phase, financée par le plan de relance gouvernemental attribué au CNRS, le TGE ADONIS s’est associé au Centre pour le communication scientifique directe (CCSD) du CNRS, au Centre de Calcul de l’IN2P3 et au Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO), en constituant une équipe projet.

En parallèle, durant toute cette phase de réalisation, des consortiums d’équipes retenues par appel à projets (plus de 40 équipes) viendront nourrir d’exemples, contraintes et tests spécifiques les fonctionnalités en cours développement, associant étroitement diverses communautés utilisatrices.

A terme, ce projet vise à :

- Mettre en place la mémoire vivante de la recherche en SHS et à la rendre accessible au plus grand nombre

- Placer les données et documents des SHS dans le Web de données, la prochaine évolution du Web permettant une meilleure mise à disposition, relation et échange de données brutes de/pour la recherche scientifique

- Initier un processus pour améliorer l’exposition, la mise à disposition des données et les projets collaboratifs des communautés (chercheurs, documentalistes, bibliothécaires, ingénieurs en humanités numériques, informaticiens) par l’utilisation de méthodes de travail itérative entre les besoins et les possibilités technologiques du Web de données

- Valoriser le travail sur les données structurées, issues par exemple des méthodes de re-documentarisation des données : sur les méta-données, sur les corpus, sur la normalisation et l’utilisation de référentiels

- Développer l’interconnexion des données et des services au travers de la notion de grille offrant des outils, méthodes, standards et espaces pour les données mutualisées et virtualisées tout en respectant les contraintes d’accès sécurisé.

Concrètement, l’utilisateur final, -chercheur, enseignant, étudiant des SHS- trouvera dans cette infrastructure Web un espace de recherche, de navigation et de travail sans égal. Les opérateurs trouveront en retour des accès intégrés à haute valeur ajoutée pour leurs services, bibliographiques ou éditoriaux, par exemple.

Enfin les grandes institutions des SHS pourront contractualiser ces accès avec le TGE ADONIS, afin de valoriser leurs propres sites Web et leurs recherches.

Lire le communiqué sur le site du TGE ADONIS.


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Isabelle Brancourt dit :

    Le TGE ADONIS représente certainement l’espoir des petits laboratoires dont les projets, incluant des numérisations de sources par nécessité, représentent des investissements qui sont au-dessous des dotations dont ils bénéficient. Le TGE ADONIS serait-il ouvert à l’hébergement d’une base évolutive d’analyse et d’indexation des archives de la justice criminelle à Paris, au XVIIIe siècle, Châtelet et parlement de Paris réunis ?

  1. 23 décembre, 2016

    […] avec les crédits octroyés en 201O par la Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne et le TGE Adonis du CNRS.  Que ces deux institutions soient profondément remerciées pour un soutien ayant permis […]

Répondre à Isabelle Brancourt Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *