Études photographiques en ligne et en libre accès !

L’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte est heureuse de vous annoncer qu’une des plus anciennes revues du portail Revues.org, Études photographiques, est de retour. Après une malheureuse éclipse liée à l’évolution à contre-courant du droit français, la revue revient en ligne, avec ses images et en libre accès complet. Ce résultat est le fruit d’un important travail de l’équipe de la revue, mais aussi du CLEO. Un beau travail de graphisme met en valeur une revue fortement illustrée, conformément à son objet d’étude et à l’impératif d’utiliser les images comme outil démonstratif. Le suivi de projet a été réalisé par une équipe éditoriale du CLEO de plus en plus affutée et par une équipe informatique toujours aussi efficace. Pour partie réalisé dans l’ombre et au service de la publication, cet important travail doit être salué à sa juste valeur. Il est récompensé par de nouveaux pics de fréquentation pour la revue en ligne. André Gunthert a signé un éditorial pour accompagner cette mise en ligne, que je me fais un plaisir de reproduire ici.

A l’occasion de la parution de son n° 22 (octobre 2008), la rédaction d’Etudes photographiques est heureuse d’annoncer la réouverture du site web de la revue.

Créée en 1996, la seule revue francophone consacrée à la recherche en photographie avait ouvert dès 1997 un site permettant d’accéder gratuitement à une sélection d’articles, avant de rejoindre en 2002 le portail d’édition électronique Revues.org. La nouveauté de cette expérience se heurtait alors à l’absence de formule praticable permettant la reproduction en ligne des illustrations. Les articles repris sur le site étaient donc amputés de leur iconographie, ce qui, on le comprendra, pour un organe consacré aux images, ne pouvait constituer qu’une solution temporaire. Un horizon se dessinait avec la directive du Parlement européen du 22 mai 2001, qui recommandait l’acclimatation des règles du “fair use” anglo-saxon et pouvait ouvrir à un usage raisonnable de l’exception pédagogique. Hélas! La réponse de la France chiraquienne, sous la forme de la loi DADVSI (“Droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information”), allait refermer durablement cette voie. En juin 2006, prenant acte de l’impasse devant laquelle se trouvait placé l’usage scientifique des contenus multimédias, la rédaction d’Etudes photographiques prenait la décision de suspendre son expérience d’édition en ligne.

Cette réaction ne devait pas rester sans suites. Après la publication d’un article-manifeste décrivant les difficultés de la situation française, une première réunion publique d’historiens de l’art était organisée à l’INHA en juin 2007, suivie d’un colloque international en janvier 2008 à l’institut Max Planck pour l’histoire des sciences de Berlin, sous le patronage de Lorraine Daston. C’est grâce aux recommandations issues de cette rencontre qu’Etudes photographiques peut aujourd’hui rouvrir son site. En application de la préconisation d’une «politique de libre accès aux images du domaine public», conforme aux dispositions du code de la propriété intellectuelle, la revue a choisi de reproduire l’iconographie des articles dont l’ensemble des illustrations ne relèvent pas du droit d’auteur – soit environ la moitié des contributions publiées sur papier. Pour les autres, seul le texte est repris, ce qui permet une consultation ou une recherche rapide, mais ne remplace pas l’examen de la version papier. Incomplète, la version en ligne ne peut être considérée comme une publication scientifique et ne pourra faire l’objet d’une citation.

L’évolution du rôle de la publication sur internet nous a également amené à revenir sur le principe dit de la “barrière mobile”, selon lequel on observe un décalage de quelques années entre la parution papier et la mise en ligne. De plus en plus souvent, c’est par le réseau que l’on prend connaissance d’un contenu. Supposée protéger les intérêts de l’éditeur, la barrière mobile pénalise le chercheur, en ralentissant la diffusion de son travail. Les nouvelles dispositions de l’évaluation des enseignants-chercheurs, qui intègrent désormais Google Scholar à la batterie des indicateurs, encouragent également à ne pas différer une publication devenue un outil de mesure instantané de la productivité savante. Avec le recul de l’expérience, il est devenu patent que la consultation en ligne et sur papier ne concernent ni les mêmes publics ni les mêmes usages. C’est donc en toute sérénité, pour le profit des lecteurs et des auteurs, que nous avons choisi pour Etudes photographiques d’emboîter le pas aux revues qui publient simultanément dans les deux formats.

La réouverture du site, le rattrapage des volumes parus et l’intégration de l’illustration ont représenté un effort considérable, qui a occupé une bonne partie de l’été les équipes d’Etudes photographiques et de Revues.org. En cette rentrée, les plâtres sont loin d’être secs, et il faudra encore plusieurs semaines pour achever l’ouvrage. Mais avec sa maquette aérée, ses nouvelles fonctions et un vaste corpus d’articles, le site rénové constitue déjà un outil précieux, dont il était futile de différer encore l’accès. Nous espérons que vous aurez comme nous plaisir à retrouver Etudes photographiques en ligne, avec ses images.

http://etudesphotographiques.revues.org/index1213.html


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.