Visite au Centre for history and new media (CHNM), George Mason University, Washington

Dans le cadre d’un voyage d’études aux USA, je vais tenter de rendre compte, en direct, de mes rencontres et des informations collectées. Ce travail de compte-rendu, appelé « live blogging », a pour objectif le partage de l’information avec l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), et, d’une façon plus large, avec les acteurs des « Digital humanities » en France. Parce qu’un savoir qui n’est pas partagé est un savoir stérile. En tant que partenaire privilégié du Cléo, le TGE-Adonis a décidé de reprendre cette activité de veille internationale sur son propre site. Cette possibilité est ouverte aux autres acteurs qui le souhaiteraient. Merci à Emma Bester, stagiaire du CNAM (INTD), pour son travail d’édition de mes notes.


En direct de Washington

Mon voyage aux États-Unis a pour objectif de rencontrer l’équipe du CHNM, le Center for history and new medias et d’assister à trois jours de conférences intitulés « Tools of change for publishing ». La rencontre avec le CHNM a pour objectif d’étudier la possibilité de partenariats avec le Cléo, d’une part, et avec le TGE Adonis, d’autre part.

Un laboratoire de recherches… qui rend bien des services

Le CHNM, créé en 1994 par le regretté Roy Rosenzweig, est dirigé par Dan Cohen. Composé d’une cinquantaine de personnes, le centre s’est doté de trois divisions. Une division « education », une division « research » et une division « Public projects ». La division « education » travaille à la mise en ligne de sources historiques primaires, afin d’améliorer la qualité de l’information historique et de l’enseignement de l’histoire. La division « Public projects » collecte des documents « born-digital », c’est-à-dire nativement numérique, qui n’ont pas eu d’existence analogique préalable, et met en place des expositions en ligne. À titre d’exemple, on pourra consulter Hurricane archive. HA est un projet de mise en ligne de sources concernant les ouragans qui ont touché les États-Unis. C’est aussi, et c’est plus original, un outil de collecte de témoignages en ligne. Un habitant ayant assisté à Katrina, par exemple, peut proposer des photographies ou son histoire, en utilisant de simples formulaires en ligne. Un travail historique est ensuite possible, à partir de ce matériau, dont la critique et l’étude savante seront indispensables par la suite. Une nouvelle façon de collecter des témoignages, que n’auraient sans doute pas reniée Jacques et Mona Ozouf en leur temps. Enfin, la division « research » a pour objectif de définir les méthodes des « digital humanities » (que nous traduisons actuellement en français, faute de mieux, par « humanités numériques »), à la fois pour les chercheurs, les professionnels des bibliothèques et des musées. Le CHNM a pour objectif d’élaborer les outils et les connaissances nécessaires pour gérer l’abondance des informations numériques dont nous disposons aujourd’hui.

Il est notable de constater qu’à la George Mason University, on ne fait pas la différence entre laboratoire de recherche et laboratoire de services. Dans un constant aller-retour entre réflexion théorique et mise en place d’outils de collecte, d’exploitation ou de valorisation des corpus scientifiques, le CHNM innove et fait figure de référence dans son domaine. Un exemple à suivre.

Des projets à foison

Voici la liste des projets du CHNM, classés par division :

Education

Research

Public projects

On notera l’abondance de la production de cette équipe, qui a derrière elle 14 années de travail intense et méthodique. On consultera, en particulier, le livre de Dan Cohen et Roy Rosenzweig : Digital history : a guide. Par ailleurs, les équipes du CHNM ont initié, voici 4 ans, un projet qui se révèlera peu à peu indispensable à la recherche scientifique : Zotero. Cet outil fera l’objet d’un billet spécifique.

J’ai discuté avec plaisir avec Dan, Sean, Jeremy, Tom, Sharon, Sheila, Trevor et quelques autres… Je les remercie pour leurs accueil chaleureux et professionnel.


Marin Dacos

Marin Dacos is the founder of OpenEdition and is now Open Science Advisor at the Ministry of Higher Education, Research and Innovation. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12 février 2009

    […] complet: http://leo.hypotheses.org/788 Copyright © 2009 histoire.lyonelkaufmann.ch. This Feed is for personal non-commercial use […]

  2. 12 janvier 2010

    […] supérieur (24/02/09) – Visite au Centre for history and new media (CHNM), George Mason University, Washington (source: Revues.org, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.