« A book is a place » (Tools of change for publishing)

Bob Stein, de l’Institute for the Future of the Book, a ouvert la journée par une intervention sur la définition du livre. Il part de l’idée que les livres sont les choses qui permettent aux humains de manipuler des idées à travers le temps et l’espace (« Books are what humans use to move ideas arount time and space »). Et il fait évoluer peu à peu cette définition, constatant que le réseau, bien plus que le numérique, apporte de profondes modifications au livre…
Et de proposer une nouvelle définition : un livre est un endroit où les lecteurs, et parfois les auteurs, se retrouvent (« A book is a place where readers (and sometimes authors) congregate »). Et il va plus loin, suggérant que les auteurs deviennent les têtes de file de communautés de questionnements (quand il s’agit d’essais et d’idées) ou les créateurs de mondes que les lecteurs peuplent, quand il s’agit de fictions. Je ne résiste pas au plaisir de le citer dans le texte : « Authors becomle leaders of communities of inquiry (non-fiction) or creators of worlds that readers populate (fiction) ». Il me semble bien avoir entendu que, concernant la fiction, son modèle était Warcraft (en fait, World of warcraft). Un monde conçu par des gens qui constituent la population de ce monde… Renversant.

Se plaçant délibérément dans une approche prospective, il soutient que nos arrières petits-enfants penseront la lecture comme une expérience socialisée, quelque chose que l’on fait à plusieurs. « Our great grandchildren will think of reading as a sociales experience -something they do with others. » Dès lors, le rôle principal des éditeurs dans le futur pourrait être de construire et d’alimenter des communautés vivantes, pour les auteurs et pour leurs lecteurs. « The principel role of publishers in the future is to build and nutrure vibrant communities for authors and their readers. »

Dans The book nobody read, Owen  Gingerich, rappelle que De revolutionibus est un livre qui a été annoté énormément. L’annotation est un ancien concept. C’est une forme de conversation entre le lecteur et l’auteur. Le livre en réseau va plus loin. Le livre devient le support d’une conversation, plus vaste, au point de devenir une conversation lui-même. C’est dans cette optique que Commentpress a été développé par l’institut pour le futur du livre : pour développer des pratiques de lectures publiques (pas au sens des bibliothèques)  des lectures conversationnelles. Désormais, le livre n’est pas la fin du processus. Le livre ne procède plus seulement des réflexions, discussions et échanges qui précèdent son impresion et le figent. Il y a désormais un processus après, qui relève de l’écrit, et qui est notoire, public. Et la boucle peut être bouclée. Le potentiel de rétroactivité est important, puisque la conversation post-publication peut donner naissance à une évolution du livre, voire à une véritable réédition de celui-ci.

Commentpress va être encore amélioré, plus robuste, plus puissant. Giant Chair va s’impliquer dans son développement.
Je me permets d’ajouter une remarque personnelle, inspirée par cette conférence: pour qu’une culture soit vivante, elle ne doit pas être trop fortement sacralisée. Le livre, par certains aspects, est parfois devenu l’objet d’une vénération quasi-mystique, qui me paraît négative, parce qu’elle en fige la dynamique, la forme et les modalités. Le livre n’est pas sacré, il est précieux. L’annoter, c’est entrer en relation avec lui. C’est lui marquer la plus grande marque de respect, puisqu’il s’agit de commencer à penser ou à ressentir avec lui.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search