Position du Conseil scientifique d’OpenEdition sur le libre accès

Dans le cadre des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche, le conseil scientifique d’OpenEdition (Centre pour l’édition électronique ouverte) souhaite attirer l’attention du gouvernement français sur la situation du libre accès (Open Access) à la littérature scientifique.

Le libre accès est au bénéfice de tous

Nous affirmons que le libre accès aux résultats de la recherche scientifique est une avancée pour la société dans son ensemble. Il s’agit d’un paradigme efficace et juste, car il facilite l’accès par les chercheurs du monde entier, mais également par l’ensemble des citoyens, aux résultats de la recherche. Les bénéfices directs sont évidents pour le progrès de la science, de la connaissance et de la société. Dans le secteur des Sciences humaines et sociales, qui permet de comprendre les sociétés complexes dans lesquelles nous vivons, le libre accès aux résultats de la recherche est également essentiel, tant à la marche de nos sociétés qu’à l’enrichissement culturel de chacun. Par ailleurs, le libre accès favorise le rayonnement de la recherche bien au-delà des frontières nationales et disciplinaires. Enfin, l’essentiel des recherches étant financées sur fonds publics, il est nécessaire de restituer au public les fruits de cet investissement collectif aussi vite et aussi efficacement que possible.

Progrès du libre accès

L’Union européenne a bien compris ces enjeux et s’est engagée dans la promotion du libre accès, considéré comme un atout pour l’innovation à l’échelle du continent et, donc, comme un levier améliorant l’efficacité de ses investissements dans le secteur de la recherche. Elle défend deux voies. La première est la voie appelée verte (« green road »), incarnée notamment par HAL en France, qui est celle des archives ouvertes, dans lesquelles les chercheurs déposent leurs travaux en texte intégral et les rendent accessibles à tous. Cette solution a permis l’élévation vers le libre accès de centaines de milliers d’articles dans toutes les disciplines. Nous soutenons cette démarche. Cependant, elle ne doit pas être la seule stratégie à développer.

Ce qu’on appelle la voie dorée (« gold road ») est fortement soutenue par le Royaume Uni, suite au rapport Finch. Le Gold Open Access désignait traditionnellement des publications éditées (revues, livres) en libre accès. Progressivement, cette définition a été détournée pour se résumer à un seul modèle économique, celui de l’“auteur-payeur”. Ce modèle se développe rapidement et impose le paiement, par les auteurs, leur centre de recherche ou leur organisme de financement, de sommes variables pour couvrir les frais d’édition (entre 1000$ et 5000$ par article). Ce mécanisme, généralisé dans certaines disciplines, ne nous paraît pas le plus favorable au progrès de la science :

  • il relie la capacité à publier à la capacité financière du chercheur, de son laboratoire ou de son établissement ;
  • il comporte, dans son principe, une incitation pour les éditeurs à augmenter le nombre de publications, alors que leur mission et leur modèle économique reposaient traditionnellement sur une sélection des meilleurs articles ou livres ;
  • l’écosystème éditorial en vient à dépendre d’une relation trop exclusive entre l’auteur, ou plutôt l’institution qui le finance, et les éditeurs. Se retrouvent dès lors marginalisés les représentants de lecteurs, notamment les bibliothèques, qui, dans le modèle traditionnel, réalisent des choix dans l’offre éditoriale.

Nous manifestons notre préférence pour une troisième voie pour le libre accès. La voie appelée platinum est celle d’une édition en libre accès qui permet aux auteurs de publier et aux lecteurs de lire sans obstacle financier. Pour financer un tel modèle, diverses modalités existent, recensées par l’Open Access Directory. Nous privilégions un modèle hybride, le modèle  Freemium, dans lequel le texte est en libre accès, mais un ensemble de services à forte valeur ajoutée sont par ailleurs commercialisés. C’est dans cette optique qu’OpenEdition a lancé en 2011 OpenEdition  Freemium pour les revues, et lancera fin 2012 un programme Freemium pour les livres (OpenEdition Books). L’accueil de cette proposition par le public, les éditeurs et les bibliothèques, mais également l’émergence d’initiatives s’appuyant sur le même principe, avec des modalités différentes, sont des signes de diffusion de cette idée. Le modèle  Freemium est au cœur du projet d’équipement d’excellence porté par OpenEdition et sélectionné par le gouvernement français pour les huit prochaines années.

 

Les membres du Conseil scientifique d’OpenEdition

Claire Lemercier, Philippe Cibois, Sylvain Piron, Patrice Bellot, Florence Bouillon, Chérifa Boukacem, Marin Dacos, Björn-Olav Dozo, Éric Duchemin, Melanie Dulong de Rosnay, Hubert Guillaud, Pierre-Cyrille Hautcoeur, Jean Kempf, Octavio Kulesz, Joëlle Le Marec, Antónia Lima, Pierre Mercklé, Pierre Mounier, Natalie Petiteau, Jean-Christophe Peyssard, Laurent Romary, Sophie Roux, Hervé Théry, Milad Doueihi, Claudine Moulin.

Pour en savoir plus

  • Position de la Commission européenne de juillet 2012 : “Pour un meilleur accès aux informations scientifiques : dynamiser les avantages des investissements publics dans le domaine de la recherche”

http://ec.europa.eu/research/science-society/document_library/pdf_06/era-communication-towards-better-access-to-scientific-information_fr.pdf

  • Rapport Finch : “Accessibility, sustainability, excellence: how to expand access to research publications”

http://www.researchinfonet.org/publish/finch

  • Budapest Open Access Initiative 10 years

http://www.soros.org/openaccess/boai-10-translations/french

  • Liste des différents modèles économiques pour le Libre Accès recensés par l’Open Access Directory

http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_journal_business_models
http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_book_business_models

  • OpenEdition et OpenEdition Freemium

http://www.openedition.org/6438
http://www.openedition.org/8699

Version anglaise

http://oep.hypotheses.org/1039


Vous aimerez aussi...