Les métiers du Cléo (5) : assistant d’édition (François-Xavier Mas)

Le bibliothécaire. G. Arcimboldo

« Le bibliothécaire ». G. Arcimboldo

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons François-Xavier Mas, assistant d’édition de mars à septembre 2008.

Comment arrive-t-on au Cléo ?

J’ai commencé par faire des études de droit et assez vite, je me suis rendu compte que c’était les sciences humaines et sociales qui m’intéressaient : l’histoire, l’anthropologie, la sociologie, etc. J’ai alors entamé en plus de mon cursus de droit, un cursus en sociologie dans l’idée de faire de la recherche.
J’ai pensé à l’édition comme un moyen de rester dans le domaine des sciences humaines et sociales et de la recherche. Suite à mon DEA, j’ai fait un DESS, donc une formation à l’édition qui m’a permis d’acquérir les compétences et le savoir théorique de la base du métier.
J’ai fait un premier stage pour valider ma formation à l’édition dans une université en République tchèque. Il s’agissait d’un programme de recherche d’assez grande ampleur sur l’histoire du livre et des pratiques de lecture, qui a donné lieu à une publication. Ce programme partait d’une bibliothèque aristocratique avec un fonds en plusieurs langues : en français, en allemand, en latin, en italien, etc., constitué de livres du XVIIe au XIXe siècle. Ce cadre de travail m’a permis de découvrir l’histoire du livre et de commencer à m’intéresser sérieusement à la typographie. Il s’agissait d’une première expérience, mais déjà je commençais à voir que le milieu universitaire m’intéressait tout particulièrement.
À la fin de ce stage j’ai cherché du travail. J’ai finalement signé un CDD aux éditions Milan, à Toulouse en tant que secrétaire d’édition du pôle sciences humaines adultes. Les éditions Milan étant des éditions spécialisées dans la jeunesse, j’ai donc intégré le seul pôle qui traitait des publications pour adultes. Il s’agissait de sciences humaines vulgarisées, majoritairement en philosophie et psychologie.
À la fin de mon contrat, j’ai décidé de me tourner vers des publications plus académiques, plus pointues. Le Cléo avait diffusé une annonce sur l’ASFORED et j’y ai répondu en me disant que, puisque ma ligne directrice, c’était la volonté de travailler dans les sciences humaines et sociales, avoir quelques compétences en édition électronique pouvait être un gros plus pour la suite.

Quelles fonctions occupes-tu au sein de l’équipe ?

Ma fonction, c’est la fonction de base. Le travail d’assistant d’édition consiste à aider les revues qui n’en ont pas les moyens à mettre leur revue en ligne.
C’est un travail très technique puisqu’il s’agit d’exploiter les fichiers définitifs que nous envoient les revues, soit sous format PDF (mais rarement), soit sous forme de fichiers PAO (InDesign ou XPress) soit encore de fichiers Word (DOC).
Le travail consiste en une opération qu’on appelle le stylage. Il s’agit de faire en sorte que le fichier que nous a envoyé la revue soit lisible par le logiciel d’édition électronique Lodel, développé par le Cléo. Cette action permettra ensuite de passer d’un fichier DOC à un fichier XML.
L’un des avantages de ce métier est qu’il permet d’apprendre beaucoup sur les logiciels, Word principalement, mais également les logiciels de PAO (XPress ou InDesign), et les logiciels de traitement d’images comme Photoshop ou Gimp. L’un des aspects du travail est en effet aussi de traiter les images que nous transmettent les revues pour pouvoir les publier en ligne, sachant que le traitement d’une image pour le format Web est différent que pour l’impression papier.
Autre avantage que je vois, c’est que l’on est amené à travailler sur un grand nombre de revues et sur un grand nombre de disciplines.
Ce poste, c’est comme un observatoire de la recherche actuelle en sciences humaines et sociales. On peut se familiariser avec beaucoup de disciplines et avec les principes de la publication scientifique, c’est-à-dire comprendre comment une revue est structurée et comment est structuré d’une manière générale un article scientifique avec son appareil critique, ses notes, ses annexes, ses résumés, etc.
D’autre part, je pense qu’un assistant d’édition qui entre au Cléo a tout intérêt à ne pas se contenter d’être un simple exécutant et à s’investir le plus possible dans la vie du laboratoire, c’est-à-dire à suivre les listes de discussions, notamment celle du comité de rédaction qui est particulièrement enrichissante du point de vue de l’actualité de la recherche. Il est donc tout à fait possible d’acquérir en six mois – puisque ce sont des contrats précaires (vacations, ou CDD) – un grand nombre de compétences.

À ce propos, justement, quelles sont les évolutions qu’a connues ton métier depuis que tu es au Cléo ?

Depuis mon arrivée, une réflexion sur ce poste a été amorcée. Donc, l’évolution elle-même est en train de se faire. Malheureusement je vais partir et je ne la verrai pas aboutir. L’objectif est peut-être pour le Cléo de tirer davantage parti des compétences des assistants d’édition en leur donnant des tâches un peu plus importantes que des tâches d’exécution technique, et en les faisant participer notamment à la coordination. Il s’agirait peut-être de coordonner quelques opérations avec les revues elles-mêmes, afin d’alléger les chargés d’édition qui sont souvent submergés. Sous-traiter quelques petites choses mais aussi effectuer des tâches de rédaction notamment de billets sur le blog. Voilà, je pense que ce sont les principales évolutions prévues pour ce poste, et je pense que c’est bien.

Maintenant, une question technique : quelles sont les difficultés que tu rencontres en travaillant à partir des fichiers InDesign ou XPress ?

Les fichiers XPress présentent une première difficulté : XPress ne fait pas de liens dynamiques entre les appels de notes et les notes de bas de page. Par conséquent, il faut passer par un logiciel créé par le laboratoire qui s’appelle Orphan Notes et qui permet de resolidariser les notes de bas de page avec les appels de notes.
InDesign, lui, permet de faire un lien dynamique entre les appels et les notes de bas de page. Malheureusement, et je l’avais déjà constaté dans mon précédent travail, beaucoup de maquettistes n’utilisent pas cette possibilité, et finalement c’est la même chose : on est obligé de passer par Orphan Notes. Mais il m’est quand même arrivé de tomber sur des revues ou des ouvrages qui l’utilisaient et à ce moment-là, c’est vraiment magique parce qu’en exportant le texte, on exporte tout : les notes de bas de page, les tableaux… On exporte tout !
Une des difficultés récurrentes, ce sont aussi les résidus de tirets de césure. Quand on fait une mise en page en PAO, on fait attention à toutes les fins de lignes, donc il y a des césures. À l’exportation ces césures sont conservées ; il n’y a pas d’autre moyen de les retrouver que de faire un rechercher-remplacer des tirets. Le problème est que des tirets, il y en a une multitude !
Un autre problème, dont je me suis rendu compte en travaillant sur des livres, est la différence entre l’édition de livres et l’édition de revues. L’édition de livres prend plus de temps et elle semble plus professionnelle. Il y a des mises en page très propres qui facilitent mon travail ensuite. Pour certaines revues – pas toutes parce que certaines sont tout de même de très professionnelles – la mise en page est vraiment mal faite et du coup, quand on exporte le texte, on récupère des styles dans tous les sens ; il y a un important travail de nettoyage à faire avant de pouvoir importer tout ça dans Lodel.
Un autre avantage de ce poste, c’est qu’on peut développer un regard critique sur l’édition, la mise en page par exemple, parce qu’on se rend compte, quand on récupère des fichiers qui sont mal mis en page et qu’on les exporte, de ce qu’il ne faut surtout pas faire. Je prends un exemple qui m’énerve au plus haut point et qu’on retrouve assez souvent : ‘les petites capitales insérées sans utiliser le procédé normal, mais en mettant les chiffres romains en majuscules puis en diminuant le corps de la police, de corps 12 à corps 8. Il faut ensuite revenir en arrière…

Crédit image : « Le bibliothécaire », Giuseppe Arcimboldo (1566). Skokloster (Suède), Château de Skokloster. Ceci est une reproduction photographique fidèle d’une œuvre d’art original en deux dimensions. L’œuvre d’art elle-même est dans le domaine public.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. J’aime beaucoup cet exemple final François-Xavier ! 😉

  2. Marin Dacos dit :

    C’est le quotidien de la structuration de contenus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *