Compte rendu : « Les modèles économiques de l’édition numérique »

Virginie Clayssen - Photo par Élodie Picard

Virginie Clayssen - Photo par Élodie Picard

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Claire Vital, assistante de documentation et d’édition au Cléo.

Les modèles économiques de l’édition numérique (cours)

Intervenante : Virginie Clayssen
Vendredi 11 septembre 2009 – 10h30-12h30 (amphi Charve – Université St Charles)

Virginie Clayssen est chargée de développement et de veille numérique pour le groupe Editis et présidente de la commission numérique du Syndicat national de l’édition depuis juin 2009.

Le Read/Write Book : anglicisme ou désambiguïsation ?

L’utilisation d’un titre anglais pour un livre dont le contenu est principalement rédigé en français pourrait en surprendre plus d’un. Pourtant, ce titre est au cœur de la problématique. Il décrit avant tout les propriétés d’un support informatique : read, c’est être accessible en lecture ; write, accessible en écriture. Ainsi, le vocabulaire de l’univers du code vient percuter l’écosystème traditionnel du livre. Si le livre imprimé est lui aussi accessible en lecture et en écriture (par les annotations), il ne l’est que par les êtres humains et échappe notamment à l’indexation automatique. Avec le numérique, le livre devient accessible en lecture via un dispositif technique. Certains dispositifs permettent également d’écrire ; le livre peut alors devenir accessible en écriture.

Virginie Clayssen rappelle l’époque pré-Internet du livre numérique, celle du CD-Rom (ROM pour Read Only Memory, un support non inscriptible donc). L’usage du CD-Rom ne permettait pas réellement l’écriture et liait celle-ci à l’usage d’une machine particulière (sur le disque dur de l’ordinateur).

Dans le monde d’où nous venons, le privilège est l’autorisation exclusive d’imprimer et de vendre un livre pour une durée déterminée. Dans l’univers du code, ce terme revêt un sens tout particulier et désigne les droits que l’on accorde à un utilisateur sur une base de données. Une fois encore, nous sommes donc confrontés à une nouvelle polysémie. Tout comme il existe différents types de privilèges, il y a une variété des usages pour le livre.

Roger Chartier : « Ici se situe le grand défi, qui est de savoir si le texte électronique doit être soumis à des concepts hérités et donc du coup doit être transformé dans sa matérialité même, avec une fixité et des sécurités, ou si inversement les potentialités de cet anonymat, de cette multiplicité, de cette mobilité sans fin vont dominer les usages d’écriture et de lecture. Je crois que là se situent la discussion, les incertitudes, les vacillations contemporaines. »1

Difficile de savoir de quelle manière nous lirons dans vingt ans. Mais les comportements de lecture ont déjà changé et nous devons nous poser des questions.

Le moment e-book : le Kindle et autres liseuses

Il y a quelques années, on pensait que le numérique était réservé à un certain type d’édition, tel que l’édition médicale. Il était alors inconcevable d’imaginer que nous pourrions lire un livre sur un écran. Contre toute attente, il existe bien un public de lecteurs pour le livre numérique, en littérature. Ce phénomène est particulièrement significatif aux États-Unis, où beaucoup d’éditeurs ont d’ores et déjà fait basculer une partie de leur catalogue en numérique. Le principal acteur de ce changement est Amazon, avec l’introduction du Kindle sur le marché américain.

Créée en 1995, l’entreprise se positionne en tant que distributeur de biens culturels, mais aussi en tant qu’acteur du cloud computing en vendant de l’espace sur ses serveurs et des services associés (de ce point de vue, elle devient alors un concurrent de Google). Avec la commercialisation du Kindle, Amazon propose un modèle propriétaire qui ne lit que les livres vendus sur sa plateforme (et inversement). L’entreprise représente déjà 14 % des parts de marché aux États-Unis. La perception de l’utilisateur est communément de se dire que le livre numérique ne peut pas être aussi cher que le livre papier. Pourtant, il reste encore des questions de stockage et d’acheminement. Avec un prix unique de $9,99 pour les nouveautés, Amazon vend actuellement à perte, son objectif étant de vendre beaucoup de liseuses pour s’approprier un marché naissant.

La chaîne de librairie Barnes & Noble – premier concurrent d’Amazon aux États-Unis – vient récemment de se doter de sa propre plateforme de vente de livres numériques. Cette fois, le lecteur a la possibilité de lire le livre numérique sur différentes liseuses (Barnes & Noble se veut device agnostic) mais le format proposé reste un format propriétaire (ereader).

De son côté, Sony adopte le format ePub et se rapproche de Google, avec la création d’un partenariat pour la diffusion en ePub d’un million d’ouvrages du domaine public.

Au Royaume-Uni, plusieurs liseuses sont en vente et la chaîne de librairie Waterstone propose des livres au format ePub.

En France, ce lancement est limité pour cause d’accords d’exclusivité : en effet, la TVA n’est pas la même pour le livre, selon qu’il soit papier ou numérique – le premier étant soumis à la TVA à 5,5 % contre 19,6 % pour le livre électronique. En outre, le livre numérique n’est pas soumis à la loi Lang sur le prix unique du livre et fait donc courir un risque aux libraires.

La question du prix du livre est une question centrale, aussi bien pour le public que pour les différents acteurs de son circuit. Pour le lecteur, le livre numérique – parce qu’immatériel – doit être très peu cher. Pourtant, même pour celui-ci, se posent des questions de stockage, d’acheminement, etc. Pour l’instant il n’y a pas de réel consensus sur le modèle économique du livre numérique, encore moins sur son prix. C’est à l’usage que certains seront amenés à perdurer ou disparaître.

La lecture juste à temps : DailyLit

À partir du moment où le livre devient numérique, celui-ci s’offre un nouveau « destin » : il peut être enrichi, le nombre de pages devient illimité, … Pour l’instant les expérimentations sur les liseuses ne proposent que de simples transpositions du livre tel qu’on le connaît déjà. Avec DailyLit, on sort de ce cadre pour proposer un véritable « service du livre ». Face à un marché de l’attention fragmentée, où le manque de temps est l’obstacle majeur à la lecture, DailyLit propose de s’abonner à un livre et d’en recevoir des extraits. L’offre est paramétrable en fonction de chaque individu : durée de lecture, taille de l’extrait, outil de lecture, …

Après avoir proposé ce service pour des livres gratuits du domaine public, celui-ci s’est progressivement ouvert aux livres sous droits, avec des abonnements payants. Désormais, c’est le sponsoring qui prime : des sociétés sponsorisent certains livres. Chaque envoi contient le logo de la marque sponsor, permettant ainsi de préserver la gratuité du service pour l’utilisateur.

Ainsi, avec DailyLit, on a l’idée que livre accompagne véritablement son lecteur. Il s’agit d’une offre originale, dont il faut suivre les usages de près.

La lecture dans le nuage : Google

L’expression cloud computing fait référence au nuage utilisé par les informaticiens pour représenter Internet. Le numérique n’est pas aussi immatériel qu’il n’y paraît ; en témoignent les fermes de serveurs construites par Google, Amazon ou Microsoft dans le monde entier. Sans ces usines (datacenters), il n’y aurait pas de Web 2.0.

Un point sur le Google Books Settlement…

Le Google Books Settlement intervient suite à l’action en justice menée par la Authors Guild américaine contre Google, qui numérise sans accord les livres sous droit dans les bibliothèques. Pour Google cette numérisation, à partir du moment où elle ne dévoile pas le contenu dans son entier (snipets), relève du fair use.

Des éditeurs du monde entier sont engagés dans cet accord (il s’agit d’une class action). Les ayants droit pouvaient sortir du règlement jusqu’au 4 septembre 2009 (il fallait donc faire une démarche). En ne faisant rien, l’ayant droit est engagé par les termes de cet accord, par défaut.

L’accord prévoit une compensation des actes de numérisation et de mise à disposition des ouvrages des ayants droit dans le passé (l’enveloppe prévue est de 45 millions de dollars). Pour être dédommagés, les ayants droit devront cependant lister les ouvrages concernés et demander réparation à Google. Google pourra continuer à numériser les livres de bibliothèque sans accord.

Le régime sera différent selon que les livres seront encore commercialisés ou non. Les livres encore commercialisés (opt-in) ne seront pas inclus dans l’offre de Google. Les livres considérés comme épuisés (opt-out) seront systématiquement inclus dans l’offre de Google, sauf refus de l’éditeur.

Le projet de Google concerne les livres du monde entier mais ne sera accessible qu’à partir du territoire américain, pour l’instant. Le règlement autorise une multitude de formes d’exploitation, notamment l’impression à la demande, le téléchargement de PDF, la vente d’espaces publicitaires et la divulgation d’extraits.

L’accord prévoit en outre la création d’un registre, le Book rights registry. Cet organisme, financé dans un premier temps par Google, sera chargé de l’identification des ayants droit, la réception les demandes d’opt-in et d’opt-out, la collecte des revenus, la redistribution et la résolution des conflits.

Le calendrier Google Books

Les échéances Google sont les suivantes :

  • 5 janvier 2009 : mise à disposition de la liste des ouvrages numérisés par Google. Les livres numérisés restent pourtant difficiles à recenser pour l’éditeur car les métadonnées – recensées automatiquement – n’ont pas été harmonisées. On trouve donc des doublons, des graphies erronées ou des noms multiples (éditions Pocket, Pocket, Pocket édition…).
  • du 5 janvier au 4 septembre 2009 : notification du projet Google Books au monde entier et recueil des souhaits de sortir du Google Book Settlement. Une fois sorti du règlement, le seul moyen de protester sera alors d’attaquer Google en justice…
  • 5 janvier 2010 : date limite – pour les ayants droit participant au règlement – pour demander une compensation des actes de numérisation et de mise à disposition de leurs ouvrages.
  • 5 avril 2011 : date limite – pour les ayants droit participant au règlement – pour demander le retrait des copies.

Dans le cadre de ce règlement, Google obtient alors l’autorisation de faire du commerce avec les livres numériques. Si on considère la quantité d’ouvrages concernés, on peut s’inquiéter du prochain monopole Google…

Le projet, sur lequel la justice américaine devait à l’origine statuer le 7 octobre 2009, devait finalement être étudié le 9 novembre 2009.

Le livre dont vous êtes le co-auteur : sharedbooks

Cf. conférence du 10 septembre 2009 sur l’impression à la demande – Luc Spooren et Virginie Clayssen.

Certains payent, d’autres pas : FiledBy

FiledBy est un site américain qui présente quelques analogies avec Google. Il propose une base de données orientée auteur, dont l’objectif est de faciliter la présence d’un auteur sur le Web et le contact avec son lecteur. Cette base de donnée a été créée sans l’accord des auteurs. Ces derniers peuvent ensuite revendiquer la page qui leur est dédiée et se servir des fonctionnalités proposées. Une grande partie du service est gratuite (freemium) mais des fonctionnalités premium (payantes) sont également mises en place.

L’entreprise semble avoir trouvé un marché : l’université de Cambridge aurait passé un accord avec FiledBy pour inscrire ses auteurs sur le site.

On peut également s’identifier comme lecteur, créer des espaces de discussion à propos d’un livre. Il s’agit donc d’un réseau social structuré auteur d’une base de données triée par auteur et dédiée au dialogue entre les auteurs et les lecteurs. FiledBy est donc un réseau qui intègre l’écosystème du livre.

Un modèle poétique : Publie.net

« Notre modèle n’est pas économique, il est poétique » (François Bon, publie.net)

Publie.net est une maison d’édition coopérative d’auteurs nativement numérique. Le catalogue qu’elle développe est entièrement numérique.

La vente se fait par téléchargement. La notion d’exemplaire n’existe pas en numérique. Chez Publie.net, une fois que le prix a été payé, l’accès est illimité, mais l’utilisateur (en bibliothèque) devra consulter en ligne.

Le projet s’est appuyé sur des échanges nourris dans la blogosphère du livre, sur La Feuille ou TeXtes par exemple. À l’origine du projet on retrouve François Bon (Remue.net) et Philippe De Jonckheere (Desordre.net).

Blogosphère ou bouquinosphère : qui sont les bloggeurs ?

Ils peuvent être auteurs, éditeurs ou intervenants du monde de l’édition, bibliothécaires, journalistes spécialisés, ou tout simplement lecteurs. Les horizons et points de vue diffèrent, c’est ce qui contribue peut-être à créer la richesse du débat. Mais la bouquinosphère n’est pas uniquement virtuelle, elle donne aussi lieu à des rencontres : BookCamp, rencontres de la Bouquinosphère, …

Conclusion

Il n’y a pas un livre, mais bien des livres. Le destin numérique des livres est donc extrêmement varié, selon leur nature, les acteurs de leur conception, les usages qui en sont faits.

Plutôt que des modèles économiques, les projets présentés sont d’abord des expérimentations, des innovations ou le fruit d’intuition, de paris qui impliquent tous une compréhension profonde des conséquences de la numérisation, des possibilités offertes par le Web et de ce qui se joue sur la toile. Il s’agit donc d’être attentif et dénué de préjugés à l’égard des pratiques qui se développent sur cet espace.

Liens

Crédits photographiques : « Virginie Clayssen – Les modèles économiques de l’édition numérique », Élodie Picard, tous droits réservés.

  1. « Le livre : son passé, son avenir. Entretien avec Roger Chartier », Ivan Jablonka, La Vie des idées, 29/09/2008 []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 17 novembre, 2009

    […] This post was mentioned on Twitter by Silvae and Bibliothèques UBO, OA Tracking Project. OA Tracking Project said: Compte rendu : « Les modèles économiques de l’édition numérique »: Posted by gavinbaker to oa.french oa.economi.. http://bit.ly/3uNeh3 […]

  2. 6 décembre, 2009

    […] Compte rendu: “Les modèles économiques de l’édition numérique” (source: Virginie Clayssen @ CLEO – Université d’été de l’édition […]

  3. 14 septembre, 2010

    […] En bref, tout savoir sur ce nouvel écosystème aussi appelé la « Bouquinosphère » … Rapport disponible ici! […]