L’édition électronique de Marin Dacos et Pierre Mounier

Couverture-L'édition électroniqueAujourd’hui sort également aux éditions La découverte dans la collection Repères, le livre de Marin Dacos et de Pierre Mounier : L’édition électronique.

En voici un avant-goût :

Avertissement

« Un guide de voyage ressemble un peu à un instantané. À peine a-t-on imprimé le livre que la situation a déjà évolué. Les prix augmentent, les horaires changent, les bonnes adresses se déprécient et les mauvaises font faillite… » On connaît la mise en garde qu’un célèbre éditeur de guides de voyage adresse à ses lecteurs en tête de chacun des ouvrages qu’il publie. Et on sait à quel point la publication de mises à jour en ligne lui permet de remédier aux lenteurs de l’impression sur papier. Ce n’est pas un faible paradoxe que les deux auteurs de ce petit guide au pays de l’édition électronique se trouvent en butte aux mêmes difficultés ! Car un peu comme ces pays émergents qui sont traversés d’une énergie transformatrice, le monde de l’édition électronique est en pleine ébullition. Là aussi, les prix changent, mais surtout les techniques, les acteurs, les adresses et les idées.
À notre tour donc d’avertir nos lecteurs du caractère périssable de certaines informations contenues dans cet ouvrage. Qu’il nous soit permis de renvoyer nos lecteurs à notre blog, Blogo Numericus, où des compléments d’information, de nouvelles analyses et des mises à jour sont régulièrement publiés… sans délai. Cette synthèse est complétée par le Read/Write Book, anthologie de textes de réflexion sur l’édition électronique en 2010.

Table des matières

Introduction

I – Le droit d’auteur à l’épreuve du numérique

– Introduction
– Du droit de propriété intellectuelle aux DRM : la technologisation du droit d’auteur

  • Le Kindle, 1984 et La Ferme des animaux,
  • Quelle continuité de l’analogique au numérique ?
  • Le droit d’auteur dans le numérique : les DRM,
  • Cinq exceptions et trois étapes,

– Un contre-modèle pour le droit d’auteur : licences libres et Creative Commons0

  • Le code, c’est la loi,
  • Retourner le droit d’auteur contre lui-même,
  • Les licences Creative Commons : un système à options,
  • Le livre et les licences Creative Commons,

II – Les conditions économiques de l’édition électronique

– Éditeur recherche modèle(s) d’affaires désespérément

  • Presse : l’information veut-elle vraiment être libre/gratuite ?
  • Les revues scientifiques : lecteur ou auteur-payeur ?
  • Les livres : l’électronique vaut-elle plus cher que le papier ?

– Les lois économiques de l’édition électronique

  • L’édition électronique est d’abord soumise aux lois de l’économie des biens culturels,
  • Un contrepoids : l’économie de la longue traîne, L’économie de l’attention,
  • Marchés à deux versants et effets de réseau : le triomphe des plateformes,

III – L’édition au défi du numérique

– La numérisation
– Les pionniers de la numérisation de livres : des entreprises humanistes
– Un enjeu documentaire majeur : la numérisation de masse

  • Google pénètre la chaîne du livre,
  • Le livre contre-attaque : Google versus le reste du monde,
  • L’industrie de l’information en ligne,

– Nouvelles donnes documentaires et fonctionnelles

  • Qualité, richesse et choix des informations,

– Les fonctionnalités numériques : un processus de création de valeur

  • Data mining : l’exemple de Google Books, Éditorialisation,
  • Interconnexion : crosslinking, localisations,

– Conclusion : un processus inachevé

IV – L’édition numérique

– Des liseuses aux terminaux mobiles

  • La liseuse, une machine qui concentre les attentions et qui fascine,
  • Une machine à tout lire, ou autant de dispositifs que d’usages, d’usagers et de situations ?
  • Logiciels de lecture de livres,
  • Le texte électronique idéal sera lisible, manipulable et citable,
  • Des verrous en perspective ?
  • Les terminaux mobiles,

Stratégies numériques des éditeurs

  • L’ouverture lente du catalogue de livres en ligne,
  • Offres de bouquets,
  • La diffusion électronique de contenus scientifiques,
  • La diffusion électronique de contenus pédagogiques,
  • Sites compagnons,
  • Animations de communautés : émergence de nouveaux enjeux concernant les liens avec le lectorat,

V – L’édition en réseau

– Ohmy News, ou l’avènement du journalisme citoyen
– Politique de la production de savoirs : l’exemple de Wikipédia
– L’écriture comme conversation : blogs et blogosphère

  • Les blogs au croisement des modes de communication,

– Le livre pratique communautarisé : l’exemple des forums de voyage

Conclusion / Les cinq piliers de l’édition électronique. À nouveaux enjeux, nouveaux métiers

– Structuration de l’information
– Documentation de ’information
– Optimisation des conditions de lecture
– Appropriation par les lecteurs
– Développement des interopérabilités
– Le fossé de compétences

Liste des sigles

Repères bibliographiques

Introduction

Que devient la « galaxie Gutenberg » à l’heure d’Internet ? À la fin des années 2000, après la musique et le cinéma, la télévision et la photographie, les interrogations se multiplient à propos du texte imprimé. Car « imprimé », le texte l’est de moins en moins. Du côté de la presse écrite, les tirages diminuent régulièrement au profit de la consultation des sites Web que les journaux alimen­tent en temps réel. Du côté du livre, la révolution n’est pour l’instant qu’annoncée. Mais les supports de lecture électronique, eBooks, liseuses, smartphones et autres iPhones font leur appari­tion et promettent de reléguer le support papier au grenier des inventions ayant fait leur temps.

Comme pour toute révolution technologique, l’ensemble des observateurs se divisent en deux camps : d’un côté, ceux qui pensent que tout revient à la substitution d’un support à l’autre. Trivial, le passage de l’imprimé à l’écran ne change pas fondamen­talement la donne, sinon à donner des possibilités techniques supplémentaires aux acteurs traditionnels de l’édition : utilisa­tion à moindre coût de la couleur, insertion d’objets multimédia, raccourcissement des délais de publication, baisse des coûts de diffusion. Cette position est difficile à tenir en 2010 : partout, les entreprises d’édition sont en difficulté. Le cas de la presse est flagrant avec la disparition pure et simple en quelques années pour ce secteur d’activité de son modèle économique. En ce qui concerne l’édition de livres, la situation est plus insidieuse ; car si aucune remise en cause globale et brutale n’a encore eu lieu, comme cela s’est produit par exemple dans le secteur de l’édition de musique enregistrée, plusieurs facteurs de risque sont en place, qui peuvent faire basculer la situation en quelques années. Le rôle qu’a joué Wikipédia dans le secteur des encyclopédies peut être un exemple précurseur pour d’autres, comme le manuel scolaire,

le guide de voyage, le manuel de cuisine ou de bricolage, la bande dessinée. En quelques années, le secteur des revues scientifiques a subi des mutations considérables et s’est en grande partie déma­térialisé. Dans une autre perspective, l’entrée en scène du géant Google via la numérisation massive de livres a de quoi inquiéter des acteurs traditionnels qui, en raison de leur taille, ne peuvent faire contrepoids.

Dans l’autre camp, ceux qui pensent au contraire qu’une ère nouvelle s’est ouverte, qui verra la disparition du livre tel que nous le connaissons au profit d’une révolution du texte semblable à celle qu’a connue l’humanité avec l’invention de l’imprimerie. Le texte numérisé, fragmenté, recopié, « hyperlié » explose en dehors des limites de l’œuvre close qu’impose le livre et circule sur les réseaux sous de nouvelles formes que certains ont pu qualifier de « liquides ». Le grand historien du livre Roger Chartier a fort bien montré que le texte numérique remet en cause d’un seul coup les trois révolutions historiques qui ont constitué le livre tel que nous le connaissons : le codex, qui organise le texte en pages, le libro unitario, qui associe un objet physique distinct à chaque œuvre, et l’imprimé, qui matérialise le texte. On comprend dès lors mieux pourquoi la révolution en cours peut être perçue essentiellement comme une « perturbation de l’ordre des discours », pour reprendre l’expression proposée par Roger Chartier. Ce qui réjouit certains et provoque l’effroi chez d’autres : si le livre disparaît, ou tout du moins se transforme au point que nous ne le recon­naissons plus, n’est-ce pas vers une nouvelle forme de barbarie que nous nous dirigeons ? Cette évolution n’est-elle pas synonyme de la disparition d’une certaine forme de culture ?

Et, pourtant, en observant la situation d’un peu plus près, celle-ci apparaît beaucoup plus confuse. Que faut-il penser des technologies d’impression numérique et de leur corollaire, les services d’impression à la demande par exemple ? Fossoyeurs ou opportunités pour le livre ? Le débat n’est pas tranché. Quel juge­ment porter sur le rôle que joue le libraire en ligne Amazon et en particulier son nouveau service de distribution de livres numé­riques pour sa tablette de lecture Kindle ? Les difficultés que rencontrent nombre de journaux à vendre leurs exemplaires imprimés sont-elles les signes avant-coureurs de la disparition de ces organes de presse, voire tout simplement de la presse, ou s’agit-il pour eux d’une opportunité pour améliorer leur offre de service ? Et la plupart de ces difficultés ne viennent-elles pas en réalité de plus loin ? De la concurrence des chaînes radio et télé­visées d’information en continu par exemple ?

Ces questions, ceux qui font profession d’« éditer » des textes, c’est-à-dire de les choisir, les rassembler, les corriger, les préparer puis les diffuser et en faire la publicité, se les posent en 2010 avec acuité. Car l’éditeur, celui qui porte le texte de l’auteur vers le public, se trouve aujourd’hui dans la plus grande incertitude sur tous les sujets à la fois : technique, économique, juridique, indus­triel. Reste que l’avenir ne se devine pas ; il se prépare. Car les grandes lignes qui dessineront le paysage de l’édition de demain seront tracées à partir des innovations dont il est fait l’essai. À l’inverse de ceux qui sont paralysés par un futur incertain, un certain nombre d’acteurs font des paris et tentent de modeler par leurs tentatives ce que sera l’édition de demain : l’édition électronique.

Il n’est guère possible de donner définition plus précise de ce qu’est l’édition électronique. Car, de définitions, il y en a autant que d’acteurs, pour ainsi dire, tant le domaine est divers et peu uni. Qu’y a-t-il de commun entre la numérisation de dizaines de milliers d’ouvrages de bibliothèques par Google ou Gallica, le développement de l’encyclopédie collaborative Wikipédia, la publi­cation en ligne du New York Times, la diffusion sur Internet de milliers de revues scientifiques sur le portail Science Direct, la conception d’une application de guide de voyage Lonely Planet pour iPhone ou encore le développement d’une plateforme de blogs scientifiques ? Il s’agit toujours d’édition électronique, mais en en explorant une voie particulière, différente des autres. C’est sur ce paysage à la fois divers et contrasté que nous tentons ici de faire le point. Au-delà de la diversité des acteurs, qui, venant des industries classiques de l’édition ou pure players, produisant des revues, des journaux, des guides de voyage ou des sites commu­nautaires, pratiquent différemment l’édition électronique, il s’agit de dégager des lignes de force communes.

Au-delà de leur diversité, ces pratiques sont en effet soumises à des conditions de possibilité définies par l’environnement économique et juridique dans lequel elles se déploient. Par ailleurs, elles nous semblent relever de trois types d’activité bien spécifiques, correspondant à des positions différentes sur la chaîne de production du texte numérique : certaines activités relèvent de la numérisation, c’est-à-dire le portage du texte imprimé sur support numérique, avec différents degrés de sophistication. D’autres relè­vent de ce que nous pourrions appeler l’édition numérique ; il s’agit de pratiques d’édition qui ne passent pas immédiatement par un support analogique — imprimé — mais exploitent nativement les possibilités qu’offre le texte numérique. D’autres initiatives, enfin, que nous estimons relever de l’édition en réseau, s’appuient pour leur part sur les réseaux électroniques pour développer de nouveaux modes de production des textes. Dans nombre de cas, les analyses des mutations du monde de l’édition ne considèrent qu’un seul de ces trois aspects. Nous avons fait le choix de les considérer successivement parce que, liés entre eux, ils forment un ensemble cohérent malgré sa diversité. C’est cet ensemble dans sa globalité, que nous appelons « édition électronique », qui pose de nouveaux enjeux et crée de nouveaux métiers pour l’édition de demain.

Chronologie des technologies de l’édition électronique

1968 ASCII, système d’encodage de texte de l’American Standard Code for Infor­mation Interchange. Il comporte au départ cent vingt-huit caractères.

1977 UNIMARC (Universal Machine Readable Cataloguing), créé par l’Interna­tional Federation of Library Associations, pour le catalogage numérique de références bibliographiques.

1987 TEI (Text Encoding Initiative), norme de balisage, de notation et d’échange de corpus des documents électroniques

1991 UNICODE, système d’encodage permettant de traiter toutes les langues de la planète.

1991 World Wide Web, premier navigateur Web, développé par Tim Berners-Lee sur NeXTSTEP.

1993 HTML 1.0 (en fait, cette version n’a pas fait l’objet de spécifications). PDF (Portable Document Format) 1.0 et Acrobat Reader, format et lecteur de documents mis en pages, créés par la société Adobe.

1994 DAISY (Digital Accessible Information System), format pour livres audio destinés aux personnes souffrant d’un handicap visuel. Le format est d’abord propriétaire, puis ouvert.

1995 Apache Webserver.

CNET PRISM (Presentation of Realtime Interactive Service Material), précu-seur des CMS. Sera racheté par Vignette en 1996.

1996 CSS (Cascading Style Sheets) 1.0, recommandation du World Wide Web Consortium (W3C), format destiné à gérer l’apparence des pages Web.

1997 WAI (Web Accessibility Initiative), du W3C, dont l’objectif est de proposer des solutions techniques pour rendre le Web accessible à tous, y compris aux personnes handicapées.

1998 XML (Extensible Markup Language), langage à balises créé par le W3C.

1999 RDF (Resource Description Framework), recommandation du W3C préfigu­rant le Web sémantique.

Dublin Core, format de métadonnées composé de quinze éléments. Open eBook, format dédié au livre numérique.

RSS (RDF Site Summary) 0.90, format créé par Netscape pour syndiquer des actualités issues de sources diverses.

2000 PHP-Nuke, premier CMS populaire.

PRISM (Publishing Requirements for Industry Standard Metadata), format de métadonnées dédié à l’édition (XML et RDF).

PRC et Mobipocket, format et société spécialisés dans les livres numériques pour assistant personnel (acquis par Amazon en 2005).

Microsoft Reader format (.lit) et Microsoft Reader, format et logiciel de lecture de livres électroniques de Microsoft.

XHTML 1.0, recommandation du W3C.

2001 OAI-PMH (Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting),
protocole d’interopérabilité de l’Open Archives Initiative.

Cybook, liseuse de livres électroniques produite par la société Cytale. Acrobat eBook Reader, logiciel de lecture pour livres numériques sous droits.

Palm Reader, logiciel de lecture destiné aux assistants personnels Palm. 2003 MediaWiki, logiciel animant Wikipédia.

2006 OASIS (Open Document Format for Office Applications), format initié en 2002, devient une norme ISO (ISO/IEC 26300 : 2006).

ePub, format de livres électroniques, successeur d’Open eBook. Sony Reader, liseuse de livres électroniques de Sony.

2007 Kindle, liseuse de livres électroniques d’Amazon.

2008 Cybook Gen3, liseuse de livres électroniques de Bookeen. Readius, liseuse de livres électroniques enroulable (prototype).

2010 Ipad, tablette électronique tactile et multifonctions d’Apple.

À la fois en rupture et en continuité avec les traditions profes­sionnelles de l’édition imprimée, l’édition électronique doit acquérir une unité et une maturité qui lui manquent encore. Cela ne peut être fait que sur la base de connaissances établies et d’une expérience commune aux professionnels qui l’exercent. Ce livre a pour objectif d’apporter sa contribution à une maturation que beaucoup appellent de leurs vœux.

Conclusion

Conclusion / Les cinq piliers de l’édition électronique. À nouveaux enjeux, nouveaux métiers

L’édition électronique repose sur cinq piliers distincts : la structuration de l’information, la documentation de l’information, l’optimisation des conditions de lecture, l’appropriation par le lecteur et le développement des interopérabilités (ne sont pas intégrées les dimensions économiques et juridiques).

Structuration de l’information
Les choix de structuration de l’information sont décisifs à long terme. Les enjeux de ces métiers sont la maintenabilité, l’évolutivité, l’indexabilité, la citabilité, la pérennité et l’interopérabilité des contenus. La structuration de l’information ne concerne pas seulement le choix d’un format, mais, plus largement, la façon dont les documents vont subir des interventions régulières tout au long de leur vie, y compris après leur publication. Il faut donc intégrer le choix des formats dans un schéma plus général, qu’on appellera schéma directeur du système d’information, qui ne servira pas seulement à produire des ouvrages, mais permettra aussi d’alimenter le catalogue en ligne, le catalogue papier et les API ouvertes par l’éditeur.

Documentation de l’information
Aussi élaboré et fin qu’il soit, le système d’information n’est pas une fin en soi et il devient peu à peu ce que les professionnels qui l’utilisent parviennent à en faire. Cela dépend de la priorité accordée à cette tâche partiellement invisible, de la clarté et de l’ergonomie des interfaces qui leur sont proposées, ainsi que de l’existence de chartes de qualité de l’information, afin que celle-ci soit codée de façon harmonieuse.

Optimisation des conditions de lecture
L’accessibilité permet au contenu d’être consulté par la plus large population possible. Les normes techniques d’accessibilité sont définies par le W3C (World Wide Web Consortium). Elles ont pour objectif la prise en compte des différents environnements technologiques de lecture et des différents handicaps humains. C’est le projet « Web Accessibility Initiative » (WAI) qui regroupe les recommandations et les normes édictées par le W3C en ce sens. En particulier, il publie le Web Content Accessibility Guidelines (WCAG).

Appropriation par les lecteurs
L’appropriation des textes par les lecteurs constitue une des nouveautés les plus importantes de l’édition électronique. La définition d’une politique d’appropriation éditoriale ne peut se résumer à l’insertion d’un forum, à la possibilité de faire des commentaires ou à l’installation d’un wiki dans un coin du site. L’édition inscriptible doit correspondre à un projet éditorial fort et cohérent. Il s’agit ici de l’appropriation des contenus par ceux à qui ils sont destinés : les lecteurs. L’appropriation est à la base des usages du texte : lecture, mais aussi partages, commentaires, copie et… écriture de nouveaux textes.

Développement des interopérabilités
La mise en liens est stratégique pour insérer la publication dans l’écosystème thématique qui lui correspond, à l’échelle du Web tout entier. Cette capacité comporte toujours deux sens, sortant et entrant. En général, on se préoccupe de délivrer des données vers l’extérieur, privilégiant plutôt le sens sortant, alors que le sens inverse est tout aussi stratégique, car il assure une inscription complète du site dans le réseau. De ce point de vue, les interopérabilités sont des éléments décisifs pour donner à l’édition une véritable réticularité. La mise en liens transforme des données inertes en données actives. Elle augmente la fréquentation et apporte du sens à la lecture. Contrairement à ce qui est souvent admis, l’interopérabilité ne consiste pas en un référencement basique : référencer un site, en général, est faiblement efficace et ne peut se passer d’un référencement au niveau des unités documentaires plus petites, idéalement le document, voire le paragraphe (voir chapitre IV).

Le fossé de compétences
Bouleversement, révolution, changement de paradigme, ébullition, changement de siècle : les expressions sont nombreuses pour décrire la situation de l’édition électronique à la fin de la première décennie du XXIe siècle. Ces évolutions rapides et assez éloignées des fondements de l’édition traditionnelle ont provoqué des tensions dans la profession, créant des déficits de compétence et des difficultés d’adaptation. Le Skillset a mené une étude des besoins de compétences de l’industrie de l’édition en Angleterre, qui conclut à un fossé de compétences (skills gap) structurel s’étendant rapidement. Pour remédier à cette situation, un diagnostic puis une politique de recrutement et de formation profondément renouvelée semblent s’imposer. Le gouvernement français a inauguré en 2009 un portail des métiers de l’Internet et des lieux de formation correspondants (www.metiers.Internet.gouv.fr) qui peut être utile, même s’il ne concerne pas exclusivement l’édition électronique et si la cartographie des lieux de formation reste incomplète.
Progressivement, les métiers de l’édition électronique se définissent par la mise au point d’un corpus de règles, de bonnes pratiques, de chartes qualité, de normes et de savoir-faire qui, réunis, constituent un « état de l’art » évolutif. Cet état de l’art est de plus en plus contigu avec d’autres secteurs qui ont le Web et le numérique pour point commun. Cet état de fait marque un virage pour l’ensemble des métiers de l’édition, dont les rapprochements avec l’industrie de la téléphonie, des jeux vidéo, du cinéma et de la presse n’étaient pas aussi forts auparavant. Cette nouvelle situation pourrait avoir un impact important sur les orientations que prendront l’édition et l’édition électronique à l’avenir. Même au temps des prédictions un peu délirantes sur la convergence, en pleine bulle spéculative autour d’Internet, qui aurait prédit qu’un téléphone et une console de jeux pourraient devenir des débouchés importants pour le livre ?
L’état de l’art de l’édition électronique accorde également une place de plus en plus importante à l’informatique. Les professions des bibliothèques commencent à le dire : « Si vous n’aimez pas l’informatique, ne devenez pas bibliothécaire. » Il y a fort à parier qu’une partie des métiers de l’édition prennent cette direction. Univers du texte et de l’image, de la pensée et de l’art, de la controverse et du débat citoyen, de l’érudition et de la beauté de la langue, les métiers de l’édition ne peuvent faire l’économie de l’intégration au vaste écosystème numérique offert par le réseau. Optimiser la circulation des textes, améliorer leur visibilité et leur notoriété sont en effet des perspectives importantes à l’heure où la profession s’interroge sur son avenir. Cependant, l’édition électronique offre également de nouvelles perspectives, qui relèvent de la nouvelle nature du texte, désormais inscriptible.
Les communautés de lecteurs semblent devoir prendre une part de plus en plus importante dans une contribution nouvelle aux sens de la lecture et des textes. Le Read/Write Book, le livre qui s’écrit, qui s’inscrit et qui se lit, est une perspective qui n’en est qu’à ses débuts et qui constituera une nouvelle alliance entre l’auteur, l’éditeur et le lecteur.


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. 25 mars, 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Jeanne, Silvae, Christine Genin, Revues.org, Hypothèses billets and others. Hypothèses billets said: L’édition électronique de Marin Dacos et Pierre Mounier http://bit.ly/9J3PA0 […]

  2. 14 mai, 2010

    […] concise de Marin Dacos et Pierre Mounier dans Le monde, par ailleurs auteurs de l’excellent L’édition Electronique. La situation actuelle est le point d’aboutissement de plus de dix ans d’attentisme et […]

  3. 14 octobre, 2010

    […] à la fois les pratiques et les métiers de production, de diffusion, de stockage du livre (voir L’édition électronique de M. Dacos et P. Mounier). L’existence de fichiers numériques immatériels remet en […]

  4. 11 novembre, 2010

    […] autre présentation du livre sur http://leo.hypotheses.org/4482 Faites tourner l'info […]

  5. 10 février, 2011

    […] Lire une présentation détaillée sur hypothese.org […]

  6. 17 février, 2011

    […] Dacos et Pierre Mounier dans le Repères L’édition numérique posent que  L’information au coeur du livre numérique, en dehors de son support de lecture, […]

  7. 28 avril, 2011

    […] Lien: http://leo.hypotheses.org/4482 […]

  8. 10 mars, 2015

    […] et aux critères du texte numérique idéal identifiés par Marin Dacos et Pierre Mounier dans leur livre de référence. La maquette de la revue est tout simplement épouvantable, complexe et difficile à naviguer. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *