Le métier d’historien à l’ère numérique : nouvelles pratiques, nouvelle épistémologie ?

Samedi 12 mars, entre 9h00 et 12h30, le Cléo participera à une table ronde de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine (SHMC).

Présentation :

En quoi les outils numériques changent-ils notre manière de travailler ? Il ne s’agit pas ici de revenir sur les rapports entre informatique et histoire, mais bien plutôt de s’interroger sur la manière dont cet outil nouveau qu’est l’ordinateur-portable-relié-à-internet a révolutionné le métier d’historien, depuis moins de vingt ans.

Bien souvent, le discours épistémologique sur l’histoire travaille à partir des notions d’objectivité et de critique historique, et s’interroge sur les rapports entre l’histoire et les autres sciences sociales ou humaines, les temporalités de l’histoire, ses acteurs, etc. Or ce discours ne dit rien d’une vaste palette de pratiques qui se sont immiscées dans le quotidien de la recherche en histoire comme dans les autres sciences humaines et sociales. Alors même que les équipements informatiques, les programmes publics ou privés de numérisation, ou l’utilisation des moteurs de recherche internet dans les salles de cours, s’imposent comme les grands enjeux de la réflexion publique sur l’enseignement et le recherche de demain, l’épistémologie historique discute fort peu de ce que des technologies informatiques, aussi universellement répandues qu’inégalement riches et performantes, ont fait aux manières les plus concrètes de travailler, de collecter l’information, de se l’approprier, de la communiquer ou la transmettre, mais aussi de construire et de représenter les résultats de la recherche. Elles ont aussi redéfini les catégories mêmes et les lieux qui structuraient le travail de l’historien(ne), tels que l’archive, la salle de cours, la revue, ou la bibliothèque. Ces nouvelles pratiques nécessitent-elles de repenser les fondements épistémologiques la discipline historique ? En quoi ces nouveaux instruments modifient-ils les formes de l’écriture de l’histoire et les conditions de production de la vérité scientifique ?

Invités :

Jean-Luc Pinol (ENS Lyon) : « Construire une infrastructure des services numériques pour les SHS »

Emilien Ruiz (EHESS) : « Les transformations du métier d’historien à l’ère du numérique : retour d’expériences »

Pierre Mounier (CLEO/Revues.org) : « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée »

Yann Potin (Archives nationales) : « Institutions et pratiques d’archives face à l’ère de la numérisation : expériences et malentendus »

Bruno Latour (Sciences Po) : « Comment le numérique repose quelques questions classiques de l’historiographie ».

Eric Brian (EHESS) : « Incidences du numérique sur la division du travail historique »

Informations pratiques :

Samedi 12 mars 2011, 9h.-13h30 (avec pause café-croissants)
ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (RER Luxembourg)

Crédits photographiquesOld style way, par BrunoDelzant en cc by-nc-sa 2.0 sur Flickr

Samedi 12 mars 2011, 9h.-13h30 (avec pause café-croissants)
ENS, salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (RER Luxembourg)

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. serge noiret dit :

    Bonjour à tous et un très bon travail demain !

    Je serais venu seulement pour les croissants mais avant et après leur distribution je vois là une proposition scientifique d’une extrême pertinence que nous nous posons aussi en Italie depuis quelques temps.

    Disant cela vous comprendrez pourquoi il m’est impossible de participer aux débats parisiens sur ces questions fondamentales que vous vous posez pour une nouvelle épistémologie de l’histoire actualisée dans ses méthodes mais aussi ses produits, au monde numérique.

    Je ne sais pas s’il est ou non disponible déjà, mais Jean-Philippe Genet et Andrea Zorzi ont dirigé un ouvrage intitulé « Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer », Rome: Ecole Française de Rome, 2011, dans lequel ma participation s’intitule « Y a t-il une Histoire Numérique 2.0 ? », pp.235-289. Je reviens sur ce thème en français, dans un autre essai « La Digital History: histoire et mémoire à la portée de tous » pour la revue italienne Ricerche Storiche, Florence, n.1, 2011 qui devrait sortir encore ce mois ci mais qui serait intéressé peut recevoir une version « word »….

    Enfin pour ceux qui lisent l’Italien je vous recommanderais les essais en accès direct publié sur le site web dela revue Memoria e Ricerca, URL: [http://www.fondazionecasadioriani.it/modules.php?name=MR&op=mronline].
    Le dernier numéro de 2010 a permis de traduire une réflexion extrêmement stimulante et utile de Philippe Rygiel du CHS de Paris 1 et consacrée justement à l’actualisation de l’enquête historique à l’époque « digitale » (un terme que personnellement je préfère à celui communément utilisé en France, « numérique », parce qu’il se rapproche non seulement du terme américain qui fut introduit en 1998 par Edward L.Ayers à l’Université de Virginie, mais aussi surtout de celui qui est utilisé aujourd’hui en espagnol et en italien, les autres langues latines.

    J’aurais aimé donc beaucoup pouvoir écouter et apprendre des communications de votre workshop qui, j’espère, laissera des traces écrites ou visuelles ?

    Merci en tout cas au CLEO pour favoriser ce genre de rencontre qui sont rares dans le domaine de l’historiographie alors qu’elles abondent dans d’autres champs scientifiques comem la linguistique, la philologie, la littérature ou même l’archéologie.

    En passant je vous rappelle le prochain déroulement de http://www.thatcampflorence.org auquel le CLEO, TGE Adonis, le PIREH et le CHS de Paris 1 Sorbonne participeront directement.

    Encore bon travail à tous

    Serge Noiret
    Institut Universitaire Européen, Florence

  2. serge noiret dit :

    Juste un P.S. à mon précédent billet: si une traduction italienne pour Memoria e Ricerca, revue italienne d’histoire contemporaine, d’une ou plus de vos interventions demain vous tentait, n’hésitez pas à me contacter à ce sujet! Bien cordialement , SN.

  1. 10 mars, 2011

    […] En quoi les outils numériques changent-ils notre manière de travailler ? Il ne s’agit pas ici de revenir sur les rapports entre informatique et histoire, mais bien plutôt de s’interroger sur la manière dont cet outil nouveau qu’est l’ordinateur-portable-relié-à-internet a révolutionné le métier d’historien, depuis moins de vingt ans. via leo.hypotheses.org […]

  2. 10 mars, 2011

    […] via Le métier d’historien à l’ère numérique : nouvelles pratiques, nouvelle épistémologie ? | …. This entry was posted in Histoire savante, Nouvelles de l'histoire. Bookmark the permalink. ← Café histoire du 5 March 2011 blog comments powered by Disqus /* […]

  3. 13 décembre, 2011

    […] En quoi les outils numériques changent-ils notre manière de travailler ? Il ne s’agit pas ici de revenir sur les rapports entre informatique et histoire, mais bien plutôt de s’interroger sur la manière dont cet outil nouveau qu’est l’ordinateur-portable-relié-à-internet a révolutionné le métier d’historien, depuis moins de vingt ans. via leo.hypotheses.org […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *