OpenEdition à l’École française de Rome

École française de Rome, Palazzo Farnese

École française de Rome, Palazzo Farnese, par Roberto Fuligni, licence CC-BY-NC-ND 2.0

Marin Dacos, directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), et Jean-François Rivière, chargé d’édition au Cléo, seront à Rome durant la semaine du 6 au 10 février 2012, à l’invitation de l’École française de Rome.

Marin Dacos donnera notamment une conférence lundi 6 février, à 17h, sur le thème « Libres accès aux résultats de la recherche scientifique. D’ArXiv à OpenEdition Freemium »

Le mouvement du libre accès aux résultats de la recherche scientifique, lancée en 1991 par des Physiciens, comme une réponse concrète à un besoin de rapidité des échanges entre pairs, est devenu au début du XXIe siècle un mouvement structuré autour de la Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance (2003), qui portait autant sur les articles que sur les données associées à la recherche. Signée par plus de 360 établissements d’enseignement supérieur et de recherche, cette déclaration est à la fois une réaction au problème posé par un oligopole d’industriels de l’édition possédant des milliers de revues, une position de principe sur la nécessaire efficacité scientifique des publications et une posture démocratique sur la nécessité de l’accès, par tous les citoyens, à l’ensemble des résultats de la recherche.

Si, d’un point de vue médiatique, cet enjeu est plus visible sur la question  des sciences touchant à la santé (médicaments, risques sanitaires, etc.), d’un point de vue démocratique, le sujet touche les fondements des sciences humaines et sociales et interroge le rapport que nos disciplines veulent et peuvent développer avec la société. Les tenants du libre accès ont désormais dépassé les pétitions de principe et proclament que le libre accès ne doit pas être un idéal, mais une réalité, non pas une opération commando basée sur les bonnes volontés, mais un dispositif économiquement viable à long terme. Pour cela, ils ont analysé les points de blocage d’un processus d’ouverture de la science qui doit être financé pour dépasser le stade de l’utopie.

À l’heure des restrictions budgétaires et des déficits publics, la science peut-elle être gratuite ? L’édition électronique scientifique de qualité ne peut pas se passer de professionnels et coûte cher, très cher, parfois même plus cher que l’édition papier, quoi qu’en laisse penser une vieille (et inexacte) intuition. Il ne saurait donc y avoir d’édition de qualité qui soit gratuite. En revanche, elle pourrait être en libre accès, si des modèles économiques inventifs permettaient leur financement à cause, voire même grâce au fait qu’ils soient librement accessibles à tous.

Lieu de la conférence : École française de Rome, Piazza Navona, 67, Salle de conférences (1er étage).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *