Tendances concernant les livres électroniques (Tools of change for publishing)

Dans le cadre d’un voyage d’études aux USA, je vais tenter de rendre compte, en direct, de mes rencontres et des informations collectées. Ce travail de compte-rendu, appelé « live blogging » a pour objectif le partage de l’information avec l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), et, d’une façon plus large, avec les acteurs des « Digital humanities » en France. Parce qu’un savoir qui n’est pas partagé est un savoir stérile. En tant que partenaire privilégié du Cléo, le TGE-Adonis a décidé de reprendre cette activité de veille internationale sur son propre site. Cette possibilité est ouverte aux autres acteurs qui le souhaiteraient. Merci à Emma Bester, stagiaire du CNAM (INTD), pour son travail d’édition de mes notes.

En direct de New York

Un aperçu général des tendances concernant les livres électroniques

Orateurs de la matinée « Ebooks » :

Le marché américain des ebooks est en croissance forte, comme le montre le graphique ci-dessous (statistiques IDPF).

Un marché en forte croissance

US Trade Wholesale Electronic Book Sales

US Trade Wholesale Electronic Book Sales

Un des intervenants demande à la salle « Qui a déjà lu un e-book? ». La salle, toute entière, lève la main. C’est un phénomène nouveau. Est ainsi évoquée une véritable explosion de la lecture en ligne et sur les « digital devices ». Cela représente, à leurs yeux, des opportunités concernant l’émergence d’un marché et de revenus pour les éditeurs. Cela, d’autant plus que le coût de production des ebooks est en baisse. La plupart des éditeurs s’appliquent désormais à produire des livres dans plusieurs formats et sur plusieurs plateformes, ne se contentant pas d’une seule. La plupart des éditeurs constatent des croissances importantes (à 2 ou à 3 chiffres).

Le marché est très différent selon les catégories :
– Littérature générale : 1% du marché du papier
– Enseignement supérieur : 30% des revenus
– Ouvrages de référence : 60% des revenus
– STM (Sciences, techniques et médecine) : « Lower double digit percentage of total book revenue »

Les prix des ebooks sont très variables. Il semble qu’aucune tendance ne se dessine pour l’instant. Le prix dee référence reste bien souvent celui du volume papier.

La problématique de la longue traine (long tail) est mise en avant.

Le cas de SpringeLink

Dans le domaine de la recherche, notamment STM, il y a des attentes fortes de la part des utilisateurs, qui veulent des contenus numériques.
Google est devenu pour eux un important pourvoyeur de lecteurs : 30% des accès viennent de là. Bien sûr, 60% proviennent des bibliothèques universitaires.

Electronic discoverability essential

Electronic discoverability essential

Les besoins des utilisateurs sont variables, d’un campus à l’autre. A l’Université de Chicago, les utilisateurs téléchargent autant de chapitres de livres que d’articles. A l’univeristé de Münster, les téléchargements de chapitres de livres correspondent à 63% des téléchargements.

Usage of content

Usage of content

Springer expérimente l’étiquettage des contenus par l’utilisateur. C’est très différent du travail des professionnels de l’indexation.
Springer vend des collections, son modèle économique ne s’appuie pas sur la vente à l’unité des livres.

Une grille de lecture

Les intervenants proposent une typologie permettant de lire le monde des livres électroniques.

  • La consultation est-elle immersive ou épisodique? Lire un livre est une expérience d’immersion dans laquelle le monde extérieur s’efface. En revanche, dans le domaine de la consultation d’ouvrages de référence, la lecture est une série d’opérations à épisodes, avec une véritable navigation entre des contenus liés entre eux.
  • Lecture (ils parlent de « consommation ») : est-ce que le contenu est lu en ligne ou off-line?
  • Degrée d’interactivité : est-ce que le contenu s’adapte à des demandes de l’utilisateurs, ou ressemble-t-il, trait pour trait, au livre papier?
  • Besoins de recherche : quel est le degré d’indexation requis par le type de contenu et d’usage?
  • Annotation : Quel est le besoin d’annotation, c’est-à-dire de surlignage, d’annotation, de prise de notes et d’ajouts critiques?
  • Client : Qui sélectionne le contenu, qui paie pour ce contenu, qui l’utilise?
  • Usage attendu : information, divertissement, éducation.
  • Métadonnées: Quels sont les besoins d’enrichissement des métadonnées, pour trouver et utiliser le contenu? Les métadonnées sont des informations bibliographiques qui aident l’utilisateur à trouver le contenu dont il a besoin. Ce sont également des éléments permettant une classification précise des contenus.
  • Intégration du « end-user workflow » : dans les contextes professionnels et d’enseignement, le contenu peut être présenté de manière statique. Il peut également se présente comme une application liées au contenu, aidant l’utilisateur à réaliser ses objectifs professionnels ou pédagogiques.
  • Archivage du contenu : Quelles sont les procédures permettant à l’utilisateur de récupérer à nouveau un contenu, par exemple dans le cas d’une perte de données.

Littérature, Enseignement, Références et Recherches : 4 grands domaines bien différenciés

Les clients :
– Littérature générale : individus,
– Enseignement supérieur : vendus aux professeurs, achetés par les étudiants,
– Ouvrages de référence  : vendus aux bibliothèques,
– STM : vendus aux bibliothèques, utilisés par les étudiants et les chercheurs

Les usages sont différents :
– Littérature générale : téléchargement, puis lecture offline. La navigation en ligne ne sert qu’à trouver puis décider d’acheter.
– Enseignement supérieur : la consultation a plutôt lieu en ligne. L’accès offline est beaucoup moins important.
– Ouvrages de référence : dans ce cas, c’est essentiellement un accès et une consultation en ligne.
– STM : la lecture a lieu en ligne autant qu’offline, après téléchargement, et même impression de chapitres.

L’importance des besoins de recherche est également à différencier :
– En littérature générale, les besoins de recherche sont faibles. La recherche a lieu par titre et par auteur.
– Dans le domaine de l’enseignement supérieur, les intervenants pensent également que les besoins d’indexation sont faibles. Mon opinion personnelle est que les besoins sont élevés.
– Dans le domaine des ouvrages de référence et en STM, les besoins de performances des moteurs sont très élevés.

Les besoins d’annotations divergent également selon le type d’objet éditorial et de public :
– En littérature générale, les besoins d’annotation sont faibles
– Ce n’est pas le cas dans le domaine de l’enseignement supérieur, où ils sont absolument décisifs, notamment pour l’usage pédagogique.
– En ce qui concerne les ouvrages de référence, les besoins d’annotation sont moins élevés, bien qu’ils ne soient pas nuls.
– Enfin, dans le domaine de la recherche scientifique, les besoins sont variables : parfois faibles, parfois très élevés.


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Alain Pierrot dit :

    Il faudrait aussi croiser le rôle, la facette, endossée par le lecteur dans son acte instancié de lecture : la lecture utile de l’étudiant ou du chercheur, pour le succès à l’examen ou la gestion de carrière, respectivement, imposent des besoins en indexation et en appropriation d’un contenu riche, assorti de métadonnées d’autorité, sur toutes sortes de documents, y compris les classiques de la littérature.

  2. Marin Dacos dit :

    Il est en effet relativement clair que la typologie proposée sépare parfois artificiellement des univers qui ne sont pas si tranchés dans la réalité.

  1. 9 février, 2009

    […] Change for Publishing, qui se déroule actuellement à New-York. Il vient de publier en quasi live son premier compte rendu sur le blog du Cleo : et constate que le marché du livre électronique est en très forte croissance (mais on part de […]

  2. 23 octobre, 2009

    […] Ainsi, le numérique appelle un développement communautaire autour des contenus et permet d’autres usages de lecture, comme le rappelle Hubert Guillaud dans ce billet d’Internet Actu : Les premières études sur les usages des livres électroniques montrent bien qu’on ne les utilise pas de la même façon que les livres papier. On pioche plus facilement des passages ou des chapitres plutôt que d’avoir une lecture linéaire. Sans compter qu’on n’a pas les mêmes usages selon les types de contenus qu’on consulte : on a plutôt tendance à télécharger certaines formes littéraires et à accéder en ligne à d’autres, comme l’expliquaient certains des spécialistes du secteur à la conférence TOC 2009. […]

  3. 23 octobre, 2009

    […] Ainsi, le numérique appelle un développement communautaire autour des contenus et permet d’autres usages de lecture, comme le rappelle Hubert Guillaud dans ce billet d’Internet Actu : Les premières études sur les usages des livres électroniques montrent bien qu’on ne les utilise pas de la même façon que les livres papier. On pioche plus facilement des passages ou des chapitres plutôt que d’avoir une lecture linéaire. Sans compter qu’on n’a pas les mêmes usages selon les types de contenus qu’on consulte : on a plutôt tendance à télécharger certaines formes littéraires et à accéder en ligne à d’autres, comme l’expliquaient certains des spécialistes du secteur à la conférence TOC 2009. […]

  4. 31 décembre, 2009

    […] Tendances concernant les livres électroniques (Tools of change for publishing)” (source: Revues.org, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *