THATCamp Paris, 25-26 septembre 2012

Nous publions ci-dessous une interview de Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo, au sujet de THATCamp Paris 2012. Ses propos ont été recueillis par Nadine Dardenne (TGE Adonis) et le texte est initialement paru en juillet 2012 dans la Lettre l'information de l'INSHS, n°18.

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) organise les 25 et 26 septembre prochain, son deuxième THATCamp. Derrière cet acronyme (The Humanities and Technology Camp), une organisation originale pour partager, échanger, débattre autour des expériences, des outils et des savoir-faire dans le domaine des humanités numériques.

Rencontre avec Pierre Mounier, Directeur adjoint du Cléo, organisateur de l’événement

Pouvez-nous nous rappeler ce qu’est un THATCamp ?

P. M. : Les THATCamps sont des “non-conférences” (un-conference). Le principe d’organisation est contraire à celui d’un colloque scientifique classique : pas de barrière à l’entrée, pas de programme établi à l’avance, pas d’opposition entre orateurs et auditeurs. Un THATCamp est ouvert à tous sur la base du premier arrivé-premier servi. Il est auto-organisé par les participants eux mêmes qui composent le programme par vote sur le moment, et il est constitué de sessions où tout le monde est invité à partager ses compétences et son expérience sur un sujet donné. Les THATCamps ont été inventés par des doctorants du Roy Rosenzweig Center for History and New Media (CHNM, dirigé par Dan Cohen, à l’Université Georges Mason de Washington). Le principe est dérivé des barcamps organisé sur le même principe depuis des années par des développeurs de logiciels aux États-Unis d’abord, puis partout dans le monde.

Le premier THATCamp européen s’est tenu à Paris en 2010 à l’initiative du Cléo. Comment s’inscrit cette édition 2012 par rapport aux autres THATCamps organisés ces dernières années ?

P. M. : Le THATCamp de Paris a été suivi de nombreux autres dans différentes villes d’Europe : Londres, Cologne, Florence, Lausanne, Madrid, Luxembourg. Le principe des THATCamps est de s’adresser à un public local, de proximité. Pourtant, dans toutes ces rencontres, plusieurs nationalités étaient représentées, ce qui est le signe qu’il existe au minimum un réseau d’acteurs européens des humanités numériques qui se connaissent, échangent régulièrement et travaillent quelquefois sur des projets communs. Ce sera le cas de ce deuxième THATCamp Paris où des acteurs venant de plusieurs pays d’Europe seront invités. Il s’agit de donner à ce réseau européen, qui se développe par ailleurs au sein d’organismes très structurés comme ALLC ou Dariah, la possibilité de se rencontrer et d’échanger de manière moins formelle et sur la base d’une ouverture à une plus grande diversité d’acteurs.

Plusieurs sessions de formation (bootcamp) ainsi que des sessions de co-production “intensive“de logiciels (codesprint) ou de livres (booksprint) sont envisagées. Quels en sont les objectifs ?

P. M. : Par sa nature, un THATCamp est assez peu structuré, essentiellement basé sur l’échange informel et le partage d’expérience. La proposition est intéressante car on y trouve ce qui manque en général aux colloques classiques, mais elle est incomplète. C’est la raison pour laquelle un nombre croissant de THATCamps sont précédés de courtes sessions de formation. Celles-ci permettent, par ailleurs, dans un domaine en si forte évolution comme les humanités numériques, de réduire la très grande hétérogénéité des niveaux d’information et de compétences entre les participants. Nous avons, par ailleurs, souhaité faire en sorte que ce second THATCamp puisse déboucher sur des réalisations concrètes. Nous avons donc proposé qu’il soit suivi de deux jours consacrés au développement collectif d’outils logiciels ou à la rédaction en groupe de manuels pour les humanités numériques. Ces méthodes de réalisation ouverte, intensive et collaborative sont de plus en plus mises en oeuvre, en particulier dans les milieux du logiciel libre. Elles prennent le nom de codesprint pour le développement logiciel et de booksprint pour la rédaction de livres, des manuels essentiellement (les Floss manuals utilisent cette technique de rédaction). Il s’agit bien de “sprints”. Il est donc inutile d’espérer voir sortir des suites logicielles complètes et des encyclopédies exhaustives de ces deux jours de travail ! De courts manuels sur un logiciel particulier, des plugins ou des scripts ajoutant une fonctionnalité utile à un logiciel existant, en revanche, c’est tout à fait possible. Certaines personnes ont déjà commencé à faire des propositions intéressantes.

De façon plus générale, quelle place ces manifestations tiennent-elles dans le paysage des Digital Humanities ? En quoi permettent-elles de fédérer, structurer la communauté des Digital Humanities ?

P. M. : Elles sont complémentaires par rapport à ce qui existe déjà. Leur fonction essentielle est de contribuer à créer ou renforcer des liens de communauté entre les personnes qui utilisent des technologies numériques dans la recherche en sciences humaines et sociales. C’est un univers relativement cloisonné par les spécialisations professionnelles des uns et des autres, les effets de concurrence entre établissements et les séparations disciplinaires. Le caractère non formel, auto-organisé et collaboratif du THATCamp, avec un petit aspect égalitariste et horizontal, est censé permettre des échanges et des modes de partage qui ne seraient pas possibles autrement.  Il ne faut pas concevoir ces rencontres comme alternatives aux grands événements qui fédèrent eux aussi la communauté des humanités numériques, comme par exemple, la conférence Digital Humanities, organisée par l’ADHO, qui aura lieu cet été à Hambourg. Mais les conférences Digital Humanities ont lieu une fois par an et une fois sur deux en Europe. Comme je l’ai dit, les THATCamps sont, au contraire, des rencontres de proximité.

Le mouvement des Digital Humanities s’est développé – pour le dire vite – autour de la numérisation et de la mise à disposition (souvent en libre accès) des sources de la recherche (données/publications). Quels sont, selon vous, les domaines qui constituent actuellement un enjeu de développement?

P. M. : Je pense que c’est du côté de l’exploitation, de la diffusion et de la visualisation de données que les enjeux sont aujourd’hui les plus importants. On a beaucoup discuté il y a deux ans, lors du premier THATCamp, de numérisation, de structuration, d’encodage, de conservation. Comment ces corpus peuvent-ils être exploités, comment peut-on y accéder, comment peut-on les explorer ? Ce sont des questions qui sont loin d’être résolues pour le moment mais qui connaissent des développements importants, en particulier du côté de la fouille de données et de textes. Il existe une communauté traditionnellement très active sur les questions de visualisation de données, plutôt en sciences exactes et en sciences sociales. La connexion avec la communauté des humanités numériques n’est pas encore totalement faite, il me semble, et c’est une convergence en cours qui sera très certainement fructueuse dans les années à venir.

Le Cléo a été particulièrement pionnier sur la question des nouveaux modes d’édition de la recherche. Il le demeure en proposant aux chercheurs en SHS un espace éditorial transnational qui correspond à leurs modes de travail. Même si beaucoup de chemin reste sûrement à parcourir, dans quelle mesure un ThatCamp contribue-t-il à affirmer ce mouvement ?

P. M. : On voit se développer de nouveaux modes de communication scientifique, y compris en sciences humaines et sociales, sur la base des outils et usages du web 2.0. La plateforme Hypothèses s’inscrit dans ce mouvement, à côté des réseaux sociaux ou des plateformes de signets partagés. Pour moi, les THATCamps sont aux colloques traditionnels ce que les carnets de recherche sont aux revues à comité de lecture : non pas des alternatives, pour l’instant du moins, mais des modes complémentaires de communication de la recherche, qui assument des fonctions que les publications classiques ne prennent pas en charge, ou très imparfaitement. J’espère bien que le THATCamp Paris nous permettra aussi d’évoquer cette question des nouvelles écritures des sciences humaines

Pour conclure, pouvez-vous nous dire, en quelques lignes, quels sont les grands débats qui agitent en ce moment la communauté des Digital Humanities ?

P. M. : Question difficile ! Car, la notion même de “communauté des Digital Humanities” est déjà problématique en soi, et les débats qui traverseraient la dite communauté ne me semblent pas très structurés. En témoigne le récent ouvrage de Matthew Gold, Debates in the Digital Humanities, qui est à la fois passionnant mais aussi impossible à résumer tant il est touffu de multiples contributions pas nécessairement connectées entre elles. Il y a pourtant un élément de débat que j’aimerais retenir, au-delà de la sempiternelle question de la définition et du périmètre des Digital Humanities. C’est la question tout à la fois de la formation et des cursus d’enseignement qui est posée, mais aussi celle de la reconnaissance de l’investissement des personnels de recherche dans ce type d’activité en terme d’évolution de carrière (et ce, depuis la thèse). Plusieurs initiatives sont en cours qui visent déjà à dresser un état des lieux, ce qui permettra sans doute d’avancer des propositions ici en France ou en Europe, comme le fait déjà la Modern Language Association aux États-Unis ou, sur un autre registre, le groupe #alt-ac. Lors de la conférence de Hambourg, plusieurs sessions traiteront de ce sujet.

Le ThatCamp Paris 2012 est soutenu par l’École des hautes études en sciences sociales, La Fondation Maison des sciences de l’homme, la Fondation Campus Condorcet et le Très grand équipement Adonis.

Pour en savoir plus

THATCamp 2012 : tcp.hypotheses.org
Le manifeste des Digital humanities : tcp.hypotheses.org/318
Hashtag Twitter : #tcp2012

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions au sujet de « THATCamp Paris, 25-26 septembre 2012 »

  1. Ping : Visualizing THATCamp « Electric Archaeology

  2. Ping : Le carnet de recherche comme pratiques de recherches : “comment écrire pour un carnet de recherche ?” – THATCamp 2012 | L'infusoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">