Archives pour la catégorie Édition électronique

Le Centre pour l’édition électronique ouverte recrute un-e secrétaire de rédaction OPR

Disponibilité : du 1er octobre 2015 au 28 février 2016.

Statut : CDD à temps plein

Durée : 5 mois

Employeur : CNRS

Rémunération : Ingénieur d’études 2e classe :  1.770 € net/mois

Niveau d’études : Master

Expérience requise : 3-5  ans d’expérience dans le domaine de l’édition académique de sciences humaines sociales

Lieu de travail : Paris, 190 avenue de France, 75013

Date limite de dépôt des candidatures : 6 septembre 2015

Branche d’activité professionnelle : BAP F : Information, Documentation, Culture, Communication, Edition, TICE

Corps : Ingénieur d’études

Mission

Dans le cadre du projet européen OpenAire2020, le Centre pour l’édition électronique ouverte est chargé de mener une expérimentation de révision ouverte par les pairs (open peer review) s’appuyant sur la plateforme Hypothèses. Il s’agit d’accompagner les auteurs d’articles scientifiques dans l’évaluation ouverte de leur manuscrit sur un carnet de recherche avant publication en libre accès au sein d’une revue en ligne de sciences humaines et sociales.

Un rapport sera rendu à l’issue de cette expérimentation.

Activités principales

  •      Recension sur Internet des expérimentations et pratiques d’évaluation ouverte par les pairs existantes et passées
  •      Revue de littérature sur l’évaluation ouverte par les pairs (open peer review).
  •      Accompagnement éditorial des auteurs participant à l’expérimentation
  •      Accompagnement éditorial des commentateurs et évaluateurs participant à l’expérimentation
  •      Coordination avec les équipes ou d’édition participant à l’expérimentation
  •      Rédaction d’un rapport d’expérimentation en anglais

Activités associées

  •      Coordination avec le responsable de tâche au sein du projet OpenAire2020 (Université de Göttingen, communication en anglais)
  •      Communication sur l’expérimentation par la publication de billets de blogs sur la plateforme Hypothèses
  •      Coordination avec un chargé d’études de la Fondation Maison des sciences de l’homme travaillant sur les nouveaux modèles d’édition en libre accès

Compétences principales

  • Avoir une bonne connaissance des problématiques et pratiques de la communication scientifique
  • Avoir une bonne connaissance des problématiques et pratiques de  l’édition scientifique en accès ouvert

Compétences linguistiques

  • Excellente maîtrise de l’expression écrite en français ;
  • Très bonne maîtrise de l’anglais (compréhension et expression à l’écrit comme à l’oral).

Formations et expérience professionnelle

  • Master édition ou équivalent
  • Avoir une expérience du secrétariat de rédaction ou d’édition en sciences humaines et sociales, idéalement dans un domaine proche des sciences de l’environnement

Candidature

Envoyer CV et lettre de motivation à Pierre MOUNIER (pierre.mounier@openedition.org) avant le 7 septembre 2015.

1000 carnets au catalogue d’Hypothèses

Crowded spring

Le catalogue des carnets d’Hypothèses vient d’accueillir son millième carnet ! Ce chiffre symbolique vient couronner six années d’existence de la plateforme. Il témoigne du dynamisme de la communauté des carnetiers et de la qualité des contenus publiés chaque jour sur Hypothèses.

À cette occasion, nous avons souhaité mettre en avant des carnets représentatifs des disciplines, des thématiques, des pays et des langues accueillies sur la plateforme. Les équipes francophone, germanophone et hispanophone d’Hypothèses vous invitent à découvrir une sélection de dix carnets ayant rejoint la plateforme récemment :

Le catalogage est une étape importante dans la vie d’un carnet sur Hypothèses : elle permet une valorisation accrue des carnets, dès lors que ces derniers sont actifs et possèdent un projet éditorial structuré. La mise au catalogue améliore  la visibilité et le référencement du carnet, notamment via l’attribution d’un ISSN par la Bibliothèque nationale de France. Elle rend enfin possible l’abonnement par tout lecteur intéressé, qui peut ainsi être alerté régulièrement des nouvelles publications du carnet.

Si votre carnet ne figure pas encore dans notre catalogue et que vous pensez qu’il y aurait sa place, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse hypotheses[at]openedition.org.

L’équipe d’Hypothèses et son Conseil scientifique remercient chaleureusement les carnetiers pour la vitalité de leur communauté, la qualité de leurs publications et pour leur inventivité permanente.

À très bientôt sur Hypothèses !

Lire ce billet en anglais

Lancement du portail GIS « Moyen-Orient et Mondes musulmans »

logo momm

Le site du GIS « Moyen-Orient et Mondes musulmans » est en ligne ! Valorisant la recherche en sciences humaines et sociales portant sur cette aire au centre de l’actualité, le site a été réalisé par l’équipe d’Hypothèses dans le cadre d’un partenariat entre OpenEdition et l’équipe du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans.

Le Groupement d’intérêt scientifique « Moyen-Orient et Mondes musulmans » a été créé le 1er janvier 2013  par le CNRS. Il a vocation à fédérer l’ensemble des équipes de recherche françaises qui travaillent dans ce domaine, dans toutes les disciplines concernées. Il a également pour mission de favoriser la diffusion et la visibilité de la recherche francophone en France et à l’étranger, et de maintenir et développer une politique de documentation dynamique (bibliothèques, revues, numérisation).

Dans ce cadre, le GIS « Moyen-Orient et Mondes musulmans » a décidé de faire appel à OpenEdition pour créer et valoriser son site web, en s’appuyant sur le large spectre de revues, livres et carnets de recherche spécialisés déjà présents sur Revues.org, OpenEdition Books et Hypothèses.

Le site du GIS « Moyen-Orient et Mondes musulmans » a pour objectif de devenir un véritable portail d’information sur ce champ de la recherche. Il présentera, dans ses différentes rubriques, les activités du GIS et de ses partenaires, des organes de recherche (associations, centres de recherche), les collections en bibliothèque, l’offre de formation, les publications, les chercheurs via un annuaire, l’état de la recherche en France (Livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, thèses en cours et soutenues, programmes ERC/ANR) et les événements scientifiques, notamment le Congrès du GIS.

Ce site a été réalisé par l’équipe d’Hypothèses. Il s’agit d’un carnet de recherche spécifique, disposant de fonctionnalités particulières et pour lequel un suivi individualisé a été réalisé sous la forme d’une prestation. En 2015, le partenariat avec le GIS se poursuivra autour de la contribution de l’équipe d’Hypothèses à l’éditorialisation et à la maintenance technique du portail.

Journée internationale de la Francophonie 2015

francophonieÀ l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars 2015, nous proposons un aperçu des publications des différentes plateformes d’OpenEdition susceptibles d’intéresser nos publics francophones, que ce soit la communauté des chercheurs ou le grand public.

Repères. Recherches en didactique du français langue maternelle

La revue Repères, publiée par les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon depuis 1900, rend compte des recherches en cours en didactique du français langue maternelle ou dans des champs connexes. C’est une revue internationale qui publie principalement en français avec des résumés en anglais, en allemand et en espagnol. Elle est diffusée sur la plateforme Revues.org depuis 2013 en Open Access Freemium : le format HTML est en accès libre et les formats PDF et ePUB sont accessibles via les bibliothèques abonnées au programme OpenEdition Freemium for Journals.
http://reperes.revues.org

Littératures francophones. Parodies, pastiches, réécritures, Lise Gauvin et al (dir), Lyon : ENS Éditions, 2013

À partir d’exemples tirés des littératures québécoise, belge, antillaise et africaine, les auteurs examinent les conditions d’existence des littératures de langue française, leurs interrelations, et leur manière de coexister avec des littératures mieux établies et plus anciennes, comme la littérature française. Cet ouvrage est diffusé en ligne en accès libre sur la plateforme OpenEdition books. L’accès aux versions PDF et ePub est réservé aux usagers des bibliothèques abonnées au programme OpenEdition Freemium for Books.
http://books.openedition.org/enseditions/2430

Crier écrire. Genèses littéraires en Afrique et dans la Caraïbe

Ce blog diffuse le résultat des recherches sur la genèse et la réception des littératures francophones du Sud en cours à l’Institut des Textes et Manuscrits modernes (ITEM, CNRS/ENS, France). L’objectif est constituer progressivement un état des lieux de la recherche sur les patrimoines littéraires écrits en Afrique et dans les Caraïbes et de proposer une veille sur les approches génétiques menées sur ces corpus (actualités des parutions, des événements scientifiques et des recensions…). L’ensemble des billets sont en accès libre intégral. C’est le cas de tous les carnets diffusés sur la plateforme Hypothèses.
http://kouroumanus.hypotheses.org

Atelier numérique du LabexMed : les outils d’OpenEdition, 10 mars 2015

Logo du Labex Med

Le prochain Atelier du numérique organisé par le LabexMed sera consacrée à la présentation des plateformes et services d’OpenEdition par Delphine Cavallo (Cléo).

Dans le cadre du pôle Humanités numériques de LabexMed et du pôle Image, son, pratiques numériques en sciences humaines et sociales de la MMSH, les Ateliers du numérique proposent tout au long de l’année un programme de formations courtes.

L’atelier se tiendra le 10 mars prochain de 14h00 à 17h00 en salle PAF de la MMSH  à Aix-en-Provence. Cette session est ouverte à tou-te-s, sur simple inscription via un formulaire en ligne.

Les sciences à l’âge de l’accès ouvert

Nous reproduisons ci-dessous dans son intégralité un article de Marin Dacos, publié le 4 mars 2015 dans CNRS Le Journal à l’adresse : https://lejournal.cnrs.fr/billets/les-sciences-a-lage-du-libre-acces

Peu à peu, la mise à disposition gratuite de la littérature scientifique bouleverse l’accès du public à la recherche. Marin Dacos, directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte, revient sur les enjeux de cette discrète révolution.

La prochaine fois que vous verrez un lecteur penché sur un écran dans le métro, songez qu’il n’est peut-être pas absorbé par le dernier ragot concernant une star de la téléréalité, mais en train de lire un article scientifique. Pourtant, la littérature scientifique a mauvaise réputation : elle passe pour être illisible en égale proportion de sa scientificité. On demande alors souvent aux médiateurs en tous genres de simplifier, résumer et illustrer une littérature qui n’a, normalement, pour lecteur et pour destinataire que les spécialistes.

Un lectorat majoritairement non académique

La littérature « chiantifique » peut-elle donc intéresser d’autres personnes que les chercheurs à blouse blanche ? Contre toute évidence, oui. On découvre chaque jour des usages nouveaux et inattendus produits par l’existence de contenus scientifiques de très haute qualité sur la Toile. La consultation de PubMed Central, gigantesque base de littérature biomédicale, n’est qu’à 27 % le fait des universitaires : les autres lecteurs sont issus de sociétés privées (17 %) et, surtout, 40 % sont des « citoyens » nous apprend Alma Swan, spécialiste de la communication entre chercheurs, dans une publication de référence publiée par l’Unesco sur l’accès ouvert. On sait aussi que les communautés de patients sont particulièrement actives, non seulement dans la lecture de la littérature scientifique, mais aussi dans la production de savoirs nouveaux. Lire la suite

Salon du livre de Paris, 20-23 mars 2015

logo SDL 2015_dates_FRL’équipe d’OpenEdition sera présente au Salon du livre de Paris, du 20 au 23 mars 2015, au sein d’un stand associant plusieurs acteurs français de la valorisation de la recherche en science humaines et sociales. Cette édition du Salon, dont le pays invité est le Brésil, sera aussi l’occasion pour OpenEdition de présenter ses publications lusophones, notamment une nouvelle collection de livres, fruit d’une collaboration scientifique franco-brésilienne.

Un stand collectif pour les acteurs de la valorisation et la diffusion de la recherche en SHS

Le livre papier appartient-il au passé et le numérique au futur ? Le présent est bien plus riche que cette dichotomie réductrice. À l’occasion du Salon du livre, des acteurs de la valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales débattent de ces questions et s’associent pour présenter des objets éditoriaux adaptés à de nouveaux usages ainsi que les outils et infrastructures qui y donnent accès.
Sous le thème commun “Savoirs en mutation : produire, éditer, diffuser les sciences humaines aujourd’hui”, le stand rassemblera :

  • OpenEdition, quadruple plateforme de publication en sciences humaines et sociales (Revues.org, OpenEdition Books, Hypothèses, Calenda) ;
  • Les Éditions de la Maison des sciences de l’homme et le Comptoir des Presses d’université (FMSH-Diffusion) de la Fondation Maison des sciences de l’homme ;
  • L’Idefi CreaTIC (Initiative d’excellence en formations innovantes du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, portée par l’université Paris 8 avec 55 partenaires nationaux et internationaux) ;
  • L’Alliance Athéna (Alliance nationale pour les sciences humaines et sociales, lieu espace de concertation, de médiation et de coopération entre les institutions de recherche en sciences humaines et sociales).

Vous pourrez retrouver les participants à cette initiative et leurs auteurs dans une série de débats et de rencontres organisés tout au long du Salon du LivreÀ noter en particulier, le lundi 23 mars de 9h30 à 10h30, la table-ronde “Les mutations du savoir : la chaîne du livre collaboratif”, avec Emmanuelle Corne (Éditions de la MSH), Jean-Christophe Peyssard (OpenEdition), Michel Zumkir (FMSH-Diffusion).

OpenEdition lusophone : une collaboration scientifique avec les acteurs de la recherche au Portugal et au Brésil

Depuis 2011, OpenEdition tisse des liens avec la communauté scientifique et les éditeurs des pays lusophones en partenariat avec le Centro em Rede de Investigação em Antropologia et la Fundação Calouste Gulbenkian au Portugal, et la Capes (Coordenação de aperfeiçoamento do pessoal de nível superior, Ministério da Educaçã) au Brésil. Son catalogue rassemble à présent plus de 20 revues en sciences humaines et sociales publiées au Brésil, au Portugal ou en Angola. Par ailleurs, OpenEdition Press vient d’inaugurer une nouvelle collection de livres bilingues français-portugais avec un premier ouvrage intitulé Mémoire et nouveaux patrimoines, et dans son édition en portugais, Memória e novos patrimônios. Cette double publication est le fruit d’une coopération entre des équipes de recherche françaises et brésiliennes sous la direction Cécile Tardy et Vera Dodebei.
L’ensemble des contenus lusophones d’OpenEdition (livres, blogs et annonces) sont présentés sur le site LusOpenEdition et seront mis à l’honneur à l’occasion du Salon du Livre. Lire la suite

Conférence “L’édition en sciences sociales à l’ère numérique : perspectives franco brésiliennes”, Paris, 12 décembre 2014

capa_do_no_22-small480OpenEdition participe aujourd’hui à la conférence “L’édition en sciences sociales à l’ère numérique : perspectives franco-brésiliennes” organisée à l’ambassade du Brésil à Paris.

En amont du Salon du livre de Paris (20 au 23 mars 2015), dont le pays invité est le Brésil, les Éditions de l’EHESS et la Chambre brésilienne du livre proposent de confronter les expériences et les analyses sur l’édition numérique et les nouvelles pratiques de lecture.
Au-delà d’un état des lieux, les organisateurs souhaitent apporter une dimension prospective : le Brésil offre une dynamique intellectuelle et économique riche d’intérêts pour les Français.
Cette journée s’inscrit dans le cycle de conférences «Éditer les sciences sociales aujourd’hui».

Marie Pellen, chargée des projets lusophones d’OpenEdition, participera à la table ronde “De l’écriture à sa diffusion : quels modèles à l’ère numérique ?”, en compagnie de Guillaume Dervieux, directeur général d’Albin Michel, Suzanna Florisi, directrice du livre, Chambre brésilienne du livre (CBL) et François Gèze, éditeur (La découverte, Cairn, Relire). La discussion sera centrée sur la diffusion de la recherche en sciences sociales, et abordera notamment les enjeux autour des « frontières » entre marchand et non-marchand, articles-livres, papier-numérique, données-texte. Les modèles économiques seront questionnés.

Depuis plusieurs années, OpenEdition est engagé, à travers le programme LusOpenEdition, dans un partenariat avec plusieurs institutions de recherche au Brésil et au Portugal pour la publication de revues, de collections de livres et de carnets de recherche en sciences humaines et sociales. Citons l’exemple des huit revues brésiliennes qui sont en ligne sur Revues.org, notamment la revue franco-brésilienne de géographie Confins qui a rejoint Revues.org en 2006 et propose aujourd’hui l’intégralité de sa collection en accès libre intégrale, et la revue Cadernos de Arte e Antropologia qui vient tout juste de rejoindre Revues.org avec ses six numéros, également en accès libre intégral.

Voir Programme complet de la conférence sur le site des Éditions de l’EHESS

OpenEdition à la conférence de l’AIUCD, Bologne, 19-20 septembre

AIUCDL’équipe d’OpenEdition participe à la 3e conférence annuelle de l’Associazione per l’Informatica Umanistica e la Cultura Digitale (AIUCD) sur le thème “La metodologia della ricerca umanistica nell’ecosistema digitale” à Bologne, les 19 et 20 septembre prochains.  Elle présentera, au cours de la “poster session” de la conférence, le rôle central d’OpenEdition dans le développement des Humanités numériques en Europe.
> Voir le poster “OpenEdition: an international infrastructure for the digital humanities”

Par ailleurs, deux séances de présentation spécifiques sont organisées en partenariat avec le Corso Integrato di Storia e Civiltà comparate de l’Université de Bologne :

  • Samedi 20 septembre de 10h00 à 12h30 : présentation des plateformes d’OpenEdition par Pierre Mounier. Entrée libre.
    > Plus d’informations
  • Samedi 20 septembre de 14h00 à 17h00 : formation au blogging scientifique et à l’utilisation d’un carnet de recherche Worpdress sur la plateforme Hypothèses animée par Pierre Mounier et Alessia Smaniotto.  En raison du nombre limité de place, l’inscription est obligatoire.
    > Plus d’informations

Conference OASPA, Paris, 17-19 septembre 2014

oaspaLa 6e conférence annuelle de l’Open Access Scholarly Publishers Association (OASPA) se tiendra pour la première fois en France, à l’UNESCO à Paris, du 17 au 19 septembre 2014.

OpenEdition est heureux d’apporter son soutien à OASPA en tant que sponsor officiel de la conférence 2014. Pierre Mounier, directeur adjoint d’OpenEdition, sera présent à cet événement.

OASPA, fondée en 2008, a pour mission d’appuyer et de représenter les intérêts des éditeurs de revues et de livres en accès libre dans toutes les disciplines scientifiques, à travers :
– la définition de critères de qualité et de bonnes pratiques,
– le soutien au développement de modèles économiques et éditoriaux qui favorisent la diffusion des publications en open access,
– la sensibilisation de la communauté scientifique et du grand public aux valeurs et aux principes de l’open access.

L’association est ouverte aux éditeurs professionnels en accès libre commerciaux ou à but non lucratif (bibliothèques de recherche, presses universitaires…) et à toute institution qui œuvre dans le domaine de l’édition en open access. OpenEdition est membre d’OASPA depuis 2012.

Consulter le programme préliminaire de la conférence

Lire ce billet en anglais

Las bibliotecas deben estar en el centro del acceso abierto a la ciencia

uneesPierre Mounier, director adjunto de Openedition, Inès Secondat de Montesquieu, directora editorial y Daša Radovič, encargada de la cooperación internacional, responden conjuntamente esta entrevista. Participan en las IV Jornadas-Taller de formación sobre libro electrónico que, organizadas por la UNE y el CSIC, se van a celebrar los días 5 y 6 de junio.

P. Están desarrollando un modelo económico a favor del acceso abierto. ¿En qué consiste?

R. OpenEdition Freemium combina dos principios: el acceso abierto a la información y la comercialización de los servicios con valor añadido. Este modelo deriva de la Web (modelo Freemium). Se trata de proponer una oferta gratuita en acceso abierto a un público amplio y los servicios de pago a profesionales. Aplicamos los principios de este modelo a las Ciencias Sociales y Humanidades: los contenidos (libros y revistas) son accesibles para todos en acceso abierto en formato HTML, mientras que los formatos profesionales (PDF y ePub) y toda una gama de servicios, están comercializados para las bibliotecas.

P. ¿Cómo se financia?

R. Proponemos una vía de acceso abierto donde ni el autor ni el lector tienen que pagar para leer y publicar. Los contenidos se venden a las bibliotecas universitarias que se abonan a la oferta OpenEdition Freemium. La totalidad de los ingresos generados por el programa se reinvierte en el desarrollo de la edición electrónica científica en acceso abierto. El 66,6% del volumen de negocios es para los editores y el 33,4% es conservado por OpenEdition para continuar asegurando la calidad de los servicios y desarrollando nuevos servicios adaptados a las necesidades de investigadores y estudiantes.

P. ¿Cuáles son los pilares sobre los que se sostiene este modelo? ¿Cuáles sus principales actores o protagonistas?

R. Tenemos dos ofertas distintas: una para revistas y otra para libros. Los pilares de este modelo son en primer lugar las bibliotecas universitarias y los editores. Los editores difunden sus contenidos por medio de la plataforma, las bibliotecas financian la difusión. Y los actores principales son los investigadores y la comunidad científica en su conjunto al producir, leer y recomendar los contenidos de la plataforma.

P. ¿En qué fase de desarrollo se encuentra dicho proyecto?

R. El proyecto está en su fase inicial. La oferta para las revistas ha sido lanzada en 2012 y se encuentra actualmente en su segundo año de vida. La oferta de los libros es más reciente y ha sido lanzada en octubre del 2013.

P. ¿Cuentan con alguna experiencia piloto?

R. Hasta hoy, Openedition Freemium for Journals ha recibido la suscripción de casi cien bibliotecas e instituciones. El interés de los editores de revistas está demostrado por el hecho de que 120 publicaciones periódicas ya han aceptado participar en este proyecto para 2014. Por su parte, la oferta Openedition Freemium for Books (OEFB) permite a  35 editores miembros del consorcio OpenEdition Books asegurar la difusión de sus libros en las bibliotecas a escala internacional. La propuesta ha sido recibida muy favorablemente por parte de las bibliotecas que han adquirido los libros de las colecciones sugeridas a partir de la primera semana de lanzamiento. Actualmente en 44 bibliotecas de Francia, Italia, Canadá, Estados Unidos, Marruecos, Polonia y otros países más se están haciendo test de prueba de los servicios ofrecidos por OEFB.

P. ¿En qué se diferencia su modelo de otras plataformas de distribución de contenidos científicos?

R. En varios aspectos. Antes que nada por su perímetro: se trata de una plataforma internacional, realmente multilingüe (14 idiomas están representados), que acoge a todas las disciplinas de las ciencias humanas y sociales provenientes de todos los países, instituciones de investigación y a todos los editores que deseen difundir sus contenidos. En segundo lugar, por su arquitectura técnica: los contenidos están disponibles en varios formatos  – Web (HTML), PdF y Epub – generados a partir de una estructuración de contenidos de gran calidad en XML. Finalmente, a nivel editorial, es la flexibilidad de la plataforma lo que la da su originalidad: cada editor puede escoger entre varios modos de difusión (full open access, open access freemium, acceso restringido a una parte de los contenidos), y también entre diferentes servicios que ofrecemos, en función de su capacidad y voluntad de realizar directamente el trabajo o de delegarle a la plataforma algunas partes de la publicación digital.

P. Es un proyecto que arranca con una dimensión internacional. ¿En qué países están trabajando ¿Cómo se acoge el proyecto?

R. El acercamiento al enfoque internacional está basado sobre el concepto de “bibliodiversidad”: se promueve una diversidad de idiomas, una pluralidad de puntos de vistas, de paradigmas científicos y de modalidades de edición. Hemos creado varias colaboraciones con los distintos actores de edición científica en Europa, en Canadá y en América Latina. La colaboración más antigua es con Portugal, con la plataforma LusOpenEdition http://lusopenedition.org/ . Tenemos una oficina en Lisboa, en los locales del Instituto Universitario de Lisboa gracias a una colaboración con el CRIA (Centro em Rede de Inverstigaçao em Antropología) y a una financiación de la fundación Gulbenkian. La fundación Max Weber en Alemania anima desde hace algunos años la comunidad germanófona de la plataforma Hypotheses. A nivel europeo, colaboramos con la plataforma OAPEN y con el proyecto europeo DARIAH (Digital Research Infrastructures for Arts and Humanities). El conjunto de nuestras plataformas lo constituye la contribución francesa a esta infraestructura para la parte “Dissemination and digital publishing”, que nosotros coordinamos. Otros proyectos se están desarrollando en Canadá, Argentina, Brasil, México (con Redalyc) y Colombia.  Se trata de un proyecto de larga duración que ha sido bien recibido.

P. ¿Qué perspectivas tienen en España?

R. Hoy en día tenemos una colaboración con la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED) que anima el portal hispanófono de blog de investigación Hypotheses.http://es.hypotheses.org/ Quisiéramos acoger más contenidos en español y construir colaboraciones con los actores de la edición científica en España y en particular con los editores académicos. Esto nos permitirá construir una oferta de contenidos en español para las bibliotecas.

P. Quieren construir una biblioteca digital para las humanidades. ¿Cómo debería estar configurada?

R. El proyecto viene de la constatación de que los usos de las tecnologías digitales en Ciencias Sociales y Humanidades son desiguales y que una parte de la literatura científica es inaccesible en la Web. Construir esta biblioteca digital significa antes que nada poner una amplia cantidad de contenidos científicos en línea (15.000 libros en 2020) y de desarrollar herramientas digitales innovadoras para la investigación. Un programa de digitalización y de codificación de fondos editoriales contribuye a reunir esta masa crítica de obras. Algunos proyectos de investigación y desarrollo de OpenEdition participan en el desarrollo de herramientas innovadoras para la investigación y la edición electrónica: anotación automática de referencias bibliográficas, herramientas de cita, de lectura, de recomendación… Finalmente, la calidad científica de los contenidos está garantizada por un esfuerzo de validación científica de revistas, colecciones de libros, blogs. Se trata de construir un ambiente global para la producción y la difusión de saberes que integren distintos tipos de documentos: libros, revistas,  blogs de investigación y programas científicos. La biblioteca digital propone una importante colección de libros de calidad y proporciona una visibilidad internacional así como herramientas digitales innovadoras. El proyecto tiene por objeto también nivelar las barreras nacionales y lingüísticas con el fin de construir un equipamiento de envergadura internacional.

P. Ustedes tienen cuatro plataformas: libros electrónicos, revistas, blogs y eventos. ¿Qué grado de conexión tienen o deben tener estos cuatro conceptos desde el punto de vista de la edición?

R. Efectivamente nosotros consideramos que las 4 plataformas constituyen un ecosistema completo para la publicación y la comunicación de la investigación en ciencias humanas y sociales. Desde un punto de vista técnico, estas plataformas están relacionadas entre ellas por un medio de navegación integrado y por un motor de búsqueda federado. Trabajamos actualmente para una integración más profunda permitida por una multiplicación de enlaces entre los contenidos en las cuatro plataformas, así como por la creación de metaíndices. Es particularmente importante para nosotros respetar la especificidad de cada tipo de contenido. Por esta razón proponemos 4 plataformas y no solo una. Por ejemplo, mantenemos una distinción fuerte entre publicaciones “peer reviewed”: revistas y libros por un lado, y contenidos difundidos por comunicación científica directa por el otro (los blogs esencialmente). Pensamos que la comunicación científica necesita distintos tipos de contenido, que presentan distintos niveles de validación y diferentes temporalidades para ser eficaces e intentamos articularlos juntos, sin confundirlos.

P. ¿El acceso abierto a la ciencia debe pasar por las bibliotecas o deben promoverse además otros sistemas de acceso?

R. Creemos que las bibliotecas deben estar en el centro del desarrollo del acceso abierto a la ciencia. En realidad, la principal misión de las bibliotecas de la época moderna (desde su fundación) es la de permitirles a todos el acceso al conocimiento y esta misión adquiere un nuevo significado con el desarrollo de Internet y la Web abierta. Con respecto a las ofertas comerciales de contenido digital de acceso restringido, pensamos que la mayoría de éstas no permiten a las bibliotecas cumplir correctamente sus misiones de selección de contenido, de construcción de colecciones, de conservación del contenido y de desarrollo de servicios para los usuarios, porque aquéllas no les dan la posibilidad legal y técnica de “controlar” el contenido que “compran”. Muy a menudo, estas plataformas reducen las bibliotecas a un papel poco valorado, de control técnico de acceso a contenidos que éstas no pueden elegir. Al permitirles apropiarse de los contenidos sin cerrojo técnico y concentrando nuestra oferta en los servicios más que en el acceso al contenido, apostamos en dirección opuesta, incitando a las bibliotecas a desempeñar su indispensable papel de mediación al servicio de sus comunidades locales.

Estas jornadas, que acogerá el Instituto de Química-Física Rocasolano del CSIC, van dirigidas  a editores universitarios, institucionales y bibliotecarios y cuentan con el patrocinio de Xercode,  Imthe consultores,  E-Libro , Dawsonera y OdiloTID

Prensa UNE : http://www.une.es/Ent/Events/EventDetail.aspx?ID=914

Présentation d’OpenEdition Italia au Salon du livre de Turin

OE_italiaLa poursuite de l’internationalisation d’OpenEdition

Depuis plusieurs années, OpenEdition mène une politique d’internationalisation pour construire un portail pour la communication et la publication en libre accès en sciences humaines et sociales à l’échelle européenne. Des partenariats sont en place avec Allemagne, les Pays-Bas, l’Espagne et le Portugal. OpenEdition est aussi membre de l’infrastructure européenne pour les humanités numériques Dariah. Le projet OpenEdition Italia, en préparation depuis le début de l’année 2014, s’inscrit dans ce mouvement. Il vise à développer les usages des plateformes d’OpenEdition en Italie et dans la communauté scientifique de langue italienne. Il repose sur la construction de partenariats entre OpenEdition et différents acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales et des humanités numériques en Italie.
.

Neodrammatico digitale - Accademia University PressLes premières étapes du projet italien

En novembre 2013, à l’occasion du 58e congrès national de l’Associazione Italiana Biblioteche, l’équipe d’OpenEdition a rencontré des responsables de bibliothèques universitaires qui souhaitent soutenir le développement du libre accès. Suite à ce premier rendez-vous, le programme OpenEdition freemium a été testé par cinq bibliothèques italiennes qui ont établi une grille d’évaluation commune : l’Università degli Studi di Torino, l’Università Cattolica di Milano, l’Università “Federico II” di Napoli, l’Università degli Studi di Firenze et l’Istituto Universitario Europeo. Les résultats de cette période d’essai de 3 mois ont été présentés à Florence le 25 mars 2014 à la conférence organisée par l’Associazione Italiana Biblioteche (voir le compte rendu en italien). Une première présentation du projet OpenEdition Italia a également eu lieu à ce moment.

A ce jour, l’éditeur turinois Accademia University Press, qui a inauguré son site sur la plateforme OpenEdition Books en décembre 2013, propose 8 ouvrages issus de sa collection dont 5 en Open Access Freemium : le format HTML est accessible à tous et les formats HTML, PDF et EPub sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions abonnées.  D’autres ouvrages seront prochainement publiés sur le site. Trois autres éditeurs italiens préparent la mise en ligne de leurs ouvrages sur notre plateforme de livres : Ledizioni, Edizioni Kaplan et Nino Aragno Editore.

Du côté des revues, voici la liste des publications italiennes ou d’études italiennes qui sont d’ores et déjà sont en ligne sur Revues.org :

Hypothèses compte également quelques carnets de recherche dans ce domaine :

Ce catalogue de revues et carnets, ainsi que le nombre d’annonces d’événements scientifiques en italien sur Calenda, se développeront au cours des prochains mois.
.

OpenEdition au Salon du livre de Turin

CMYK baseLe Salon du livre de Turin, qui se tiendra du 8 au 12 mai 2104, sera l’occasion de lancer officiellement le projet OpenEdition Italia. Vous pourrez y retrouver l’équipe d’OpenEdition (stand K141, section Book to the future) qui présentera les différentes plateformes d’OpenEdition et proposera des démonstrations du logiciel d’édition électronique Lodel.  Si vous souhaitez prendre rendez vous avec un membre de notre équipe à l’occasion du salon, contactez nous à l’adresse : italia@openedition.org.

OpenEdition participe par ailleurs à plusieurs tables ronde inscrites au programme du salon :

Trois carnets d’Hypothèses dans l’anthologie des meilleurs blogs de science 2014

Les_meilleurs_blogues_de_science_en_francais_2014Depuis 2012, l’Agence Science-Presse (Québec) publie une anthologie des meilleurs billets de blogs scientifiques francophones. Ce projet, qui vu le jour en s’inspirant des “Open Laboratory” organisés par Scientific American, a pour ambition de stimuler la communauté des blogueurs, renforcer les échanges entre les membres de cette communauté et accroître leur visibilité auprès du grand public.

L’édition 2014 propose, parmi les 52 contributions sélectionnées, trois billets provenant de carnets de recherche de la plateforme Hypothèses :

  • Elisabeth Vallet, “Syrie: Barack Obama et la fin de la présidence moderne ?”,  À la Maison-Blanche [carnet de recherche], 19 septembre  2013. [En ligne] URL : http://usa.hypotheses.org/1359

Référence de l’ouvrage : Pascal Lapointe, ed, Les meilleurs blogues de science en français : sélection 2014, Québec : Éditions MultiMondes, avril 2014, 9782895444701

Les plateformes de publication en Open Access : journée d’études de l’AIB, 25 mars 2014, Florence

Cityscape view looking toward cathedral, Florence, Italy. Pas de resttruction de copyright connueL’Associazione Italiana Biblioteche organise le 25 mars à Florence une journée d’études intitulée Les plateformes en Open Access : modèles, tendances, défis. Les intervenants présenteront notamment la plateforme OpenEdition, dont le programme OpenEdition Freemium est actuellement testé par plusieurs bibliothèques universitaires italiennes.

L’Open Access est aujourd’hui un sujet stratégique pour les bibliothèques universitaires. De meilleurs résultats de l’accès ouvert aux publications universitaires sont obtenus quand celles-ci les diffusent sur des plateformes qui les rendent facilement identifiables et accessibles. Les plateformes de dimension européenne et internationale  jouent un rôle important dans le développement de l’Open Access quand elle sont relayées par des acteurs provenant de plusieurs pays qui eux mêmes collaborent directement avec les communautés scientifiques qui produisent des publications. Les plateformes en Open Access ont également un rôle à jouer dans le développement d’outils bibliométriques qui facilitent le peer reviewing et optimisent la diffusion des contenus.

Programme

10:00 : Allocution de bienvenue
10:30-11:30 Session 1 : OpenEdition: présentation (Daša Radovič, Julie Thérizols, Jean-Christophe Peyssard)
11:30-12:30 Session 2 : Les résultats des tests effectués sur la plateforme par : L’Université Cattolica, l’Université degli Studi di Firenze, l’Université degli Studi di Napoli “Federico II”, l’Université degli Studi di Torino, Institut Universitaire Européen.
Pause
14:00-16:00 Table ronde : Roberto delle Donne (Coordinateur), Mauro Guerrini, Mari (FUP), Casalini Torrossa, Costantino Thanos (ISTI CNR), Jean-Christophe Peyssard (Open Edition),  Lorenzo Armando (Aaccademia University Press), Elena Giglia (Università di Torino)
16:00-17:00 Discussions et conclusions  par AIB Toscana et AIB CNUR.

Cette journée se déroulera à Florence, à l’Università degli studi, salle Comparetti.

Plus d’information sur le site de l’AIB : http://www.aib.it/struttura/sezioni/2014/40901-piattaforme-per-lopen-access/

L’Institut français investit le champ des humanités numériques

IG DHLa publication de l’étude de Marin Dacos et Pierre Mounier consacrée aux humanités numériques, un programme de de soutien à la participation de chercheurs français à la conférence Digital Humanities 2014 de Lausanne, une table ronde au Salon du livre et une série de rendez-vous dans le réseau culturel : l’Institut français investit le champ des humanités numériques.

Humanités numériques. État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international

L’Institut Français vient de publier une étude sur les humanités numérique dont le double enjeu est de faire le point sur cette mutation en cours et de mesurer la part que peut y prendre la recherche française. Co-écrit par Marin Dacos et Pierre Mounier, respectivement directeur et directeur-adjoint du projet OpenEdition développé par  Centre pour l’édition électronique ouverte, le rapport Humanités numériques – État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international trace les contours d’un champ en pleine expansion. Qu’il s’agisse de publier en ligne de vastes fonds d’archives, d’analyser en direct l’impact des réseaux sociaux sur les mobilisations militantes ou de mettre au travail une communauté d’internautes sur des pans entiers du patrimoine culturel, le tournant numérique concerne aujourd’hui tous les secteurs de la recherche sur la société, les œuvres et la culture.


Soutien aux acteurs français de la recherche en humanités numériques

Parallèlement, l’Institut français lance un programme de soutien à la mobilité en direction des jeunes chercheurs et ingénieurs français souhaitant participer à Digital Humanities 2014. Cette conférence, qui se tiendra au mois de juillet à Lausanne, verra notamment le lancement de l’association francophone pour les humanités numériques, Humanistica : s’associer à ce lancement est pour l’Institut français une manière d’affirmer l’enjeu stratégique que constitue aujourd’hui le positionnement de la France dans le nouvel âge numérique. L’appel à candidatures pour ce programme de mobilité Digital Humanities 2014 est ouvert du 15 mars au 15 avril 2014. Ce programme s’adresse à tous les acteurs des humanités numériques (de nationalité française ou affiliés à une institution française d’enseignement supérieur et de recherche) sans distinction de discipline, d’affiliation ou de métier.


Un débat au Salon du livre de Paris

De cet enjeu global, il sera largement question lors du débat consacré aux humanités numériques qui se tiendra au Salon du livre de Paris, le 21 mars 2014, sur le stand de l’Institut français : animée par Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France-Culture, cette table-ronde réunira Pierre Mounier (OpenEdition), Michel Wieviorka (Fondation Maison des Sciences de l’Homme) et Alexandre Gefen (fabula.org).
 Informations pratiques
« Qu’est-ce que les humanités numériques ? »
Vendredi 21 mars 2014, 18h30 – 19h30
Stand de l’Institut français, P76
Paris, Porte de Versailles – Pavillon 1
Métro : porte de Versailles (ligne 12), tramway T2 et T3 (arrêt Porte de Versailles)


Des rendez-vous dans le réseau culturel de l’Institut Français

Par ailleurs, l’Institut français soutient, en 2014, de nombreuses actions en lien avec les digital humanities initiées par le réseau culturel français :
  • le colloque sur les humanités numériques organisé à Madrid par l’Institut français d’Espagne dans le cadre des rencontres consacrées en Espagne aux « nouveaux champs de la création numérique », en collaboration avec la Société internationale des humanités numériques espagnoles et l’Institut français à Paris.
  • une masterclass pour des doctorants en sciences humaines et sociales du Proche-Orient, organisée par l’Institut français du Liban en partenariat avec l’université Sorbonne-nouvelle et l’Agence Universitaire de la francophonie du 18 au 20 juin 2014.