Schlagwort-Archiv: métier

Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo

Les métiers du Cléo (1) : développeur PHP orienté XML (Nicolas Barts)

Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo

Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo

L’édition électronique ouverte inaugure aujourd’hui une série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Nous commençons par Nicolas Barts.

Quelle a été ta trajectoire avant d’arriver au Cléo ?

Initialement, je suis ingénieur en informatique. J’ai travaillé six ans dans le privé, à la suite desquels j’ai décidé de me reconvertir dans l’enseignement supérieur et la recherche. C’était finalement ce qui me convenait le mieux. J’ai donc fait un DEA puis une thèse en sciences de l’information et de la communication, que j’ai soutenue en décembre 2008. Mais dans le même temps j’étais abonné à des listes d’offres d’emploi, jusqu’à ce que j’apprenne que le Cléo recrutait. L’annonce se trouvait sur SupLibre ; j’y ai répondu et je me suis retrouvé au pôle informatique, ce qui correspond à ma première formation. Dans le même temps, ma seconde compétence m’a amené à m’intéresser fortement à ce que font les gens du pôle information scientifique.

Quel rôle joues-tu au sein de l’équipe ? Comment se situe ton intervention au sein du processus de l’édition électronique ?

Je suis développeur au sein du pôle informatique. Je m’occupe plus particulièrement de tout ce qui concerne l’interopérabilité, c’est-à-dire de transformer électroniquement le texte intégral des documents des revues ainsi que leurs métadonnées en format XML. Le schéma qui a été adopté dans ce cadre est la TEI. J’ai donc aussi dû effectuer une veille sur ce sujet.

Quels changements, quelles évolutions as-tu pu observer dans ton métier depuis que tu le pratiques au Cléo ?

En fait, les trois premiers mois j’étais un peu perdu… Maintenant, j’ai acquis une vision plus globale de ce que propose l’édition électronique et cela rend ma mission plus claire. Aujourd’hui les choses évoluent, il y a par exemple la refonte du servOo : OpenText. Ce n’était pas gagné d’avance. En fait, c’est après ces fameux trois mois, au cours d’une réunion décisive avec Bruno (Cénou) et Marin (Dacos), que j’ai présenté toute la veille que j’avais faite et ce à quoi j’étais arrivé. La décision de passer à OpenText à été prise à ce moment-là.

Et c’est quoi le OpenText exactement ?

C’est le serveur qui convertit les documents Word, Open Office ou même RTF en un format XML, un format électronique puisqu’on parle d’édition électronique. C’est comme ça que le CMS Lodel parvient à traiter de manière électronique ce type de documents sources.

Quels intérêts vois-tu dans ce métier appliqué à l’édition électronique ?

On dit souvent qu’il y a le producteur et le consommateur. Pendant ma thèse je me situais au niveau du consommateur, c’est à dire que j’ingurgitais des tas de notices bibliographiques, qui correspondent aussi aux métadonnées d’une revue par exemple, et je devais alors les traiter. Maintenant, je me retrouve au niveau du producteur. Au Cléo, on produit ces fameuses métadonnées pour les diffuser ensuite, ce qui me donne un aperçu de toute la chaîne. Je trouve cela passionnant ; pour moi, intellectuellement, cela se complète parfaitement.

Une question technique pour terminer : un DOI c’est quoi ?

Le Digital Object Identifier (DOI), c’est aussi une façon, parmi d’autres, d’identifier un élément électronique, un document par exemple, d’une manière unique sur internet. Cette manière-là va d’une certaine façon à l’encontre du mouvement Open Access parce que l’attribtion d’un DOI est payante. L’avantage pour le Cléo est que, si un document possédant un numéro de DOI cite un document venant de chez nous qui a lui-même un numéro de DOI, on en sera informé automatiquement. Je dirais que l’intérêt principal se trouve dans l’analyse des citations entre documents électroniques.

Bibliographie de Nicolas Barts

Nicolas Barts, Infocentre Recherche : un système d’information, outil d’aide au pilotage de la recherche d’un établissement de recherche. Application à l’Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, Thèse en Sciences de l’information et de la communication, Marseille, Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, soutenue le 19 décembre 2008.

Hervé Rostaing et Nicolas Barts, « Chantier de repérage des publications de l’Université Paul Cézanne », OST-MENESR, mars 2007.

Hervé Rostaing et Nicolas Barts, « ”Etiqueter” ses publications pour plus de visibilité », Intercours, Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, mars 2005.

Séminaires

Nicolas Barts, « Le rôle de la TEI dans les plateformes éditoriales, le projet Revues.org », communication à la Session publique du TEI Council à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines, Lyon, France, le 1er avril 2009.

Nicolas Barts, « Le rôle de la TEI dans le portail de sciences humaines et sociales Revues.org », communication aux Premières rencontres francophones TEI, Domaine de l’Asnée, Villers-lès-Nancy, France, 27-29 octobre 2008.

Hervé Rostaing, Nicolas Barts et Valérie Leveille, « Scientific portfolio analysis of a scientific area by a competitive position approach », communication au 11th International Conference of the International Society for Scientometrics and Informetrics, ISSI’07, CINDOC/CSIC, Madrid, 25-27 juin 2007.

Crédits photographiques : Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo, licence CC, par Lisa George.